Du mépris insondable, estime Benflis    Une tournée et des questions    Suspension des vols pour les avions de type «Boeing 737-Max 8» et «Boeing 737-Max 9» dans l'espace aérien algérien    Moderne et consensuelle    Le groupe au complet, les choses sérieuses commencent pour la Gambie    Le torchon brûle entre Mellal et la FAF    Khazri et Sekhiri forfaits face au Swaziland et l'Algérie    Refus des blouses blanches et robes noires de Annaba    Apparition de 87 cas en milieu scolaire    Filets de poulet à la chapelure    La 51e édition de la Fête du tapis reportée sine die    Pitié pour l'Algérie    Ghaza : L'ONU demande à Israël de revoir ses règles d'engagement militaires    Crise syrienne : Les dernières heures de Daech ?    Tébessa: Les devises flambent !    Bouteflika s'obstine, Gaïd Salah prêche la sagesse patriotique    Le président de la FOREM l'affirme: Il n'y a pas de société civile en Algérie    Saisie de kif et de comprimés psychotropes    UNAF - Tournoi international U15: Coup d'envoi aujourd'hui au stade Ahmed-Zabana    Rappel à l'ordre    Un gain de 31 places pour l'Algérien Rihane    Le MCO plus que jamais en danger    Brentford fixe la clause libératoire de Benrahma    Des femmes ayant activé dans l'action humanitaire et de solidarité honorées    Médecins et étudiants hier à Alger    Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019    Prise en charge des malades atteints du cancer au CHU Nedir Mohamed de Tizi Ouzou    Neutralisation d'un réseau régional spécialisé dans le vol de véhicules    Livraison de 252 camions au MDN    L'égoïsme économique, obstacle majeur devant la relance du secteur de l'exportation    Le syndrome de la déconcentration et de la déconnexion    60e Salon international du livre de Québec    Comment est-il arrivé sur le trône ?    Guerre commerciale USA-UE: "Ce sont les Etats-Unis qui sont le vrai perdant aujourd'hui"    Mali : Le gouvernement réaffirme sa détermination à lutter contre le terrorisme    Etats-Unis : Wall Street signe l'arrêt de mort des producteurs de schiste américains    Pétrole : L'AIE s'inquiète de la baisse de production au Venezuela    Le choix du destin de l'Algérie    Ouyahia dément    Oran: Réception l'été prochain de 15 projets d'établissements hôteliers    Bouchareb tente de reprendre la main    GAID SALAH : "Pour chaque problème existe une solution"    Chine : Plus fort ralentissement de la production en 17 ans    Fifagate: Deux sociétés de marketing sportif condamnées à 500.000 dollars d'amende    Brexit: Le président de la Chambre des communes bouleverse les plans de May    Programme "Forsa, école de la 2ème chance" : Une vingtaine de jeunes en voie d'insertion à Oran    FÊTE DE LA VICTOIRE (19 MARS 1962) : Une célébration dans un contexte politique national particulier    Concert de guitare flamenca    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Au coin de la cheminée : Marie la petite bergère 5e partie
Publié dans Info Soir le 15 - 05 - 2016

Résumé de la 4e partie n Les pauvres aiment bien recevoir de la main des enfants ; les sous leur en semblent plus jolis…
Marie aimait beaucoup le jardinage, et je ne lui en voulais pas pour cela ; mais quand elle avait planté, déplanté et même arrosé ses fleurs, elle s'en allait dans les plates-bandes à côté ravager les choux et les oignons du jardinier. Je la surpris un matin qui arrachait de belles betteraves dans le potager pour les repiquer dans son parterre. Je lui retirai son piquet des mains, et elle se mit dans une telle colère rouge, qu'elle leva la main sur moi en criant et me frappa sur le bras. Aussitôt je lui dis : Mamselle, je ne suis plus ni votre nourrice ni votre servante ; voilà du pain dans ce buffet et de l'eau dans ce pot ; arrangez-vous comme vous voudrez. Et je me retirai dans ma chambre.
Qui fut penaude ? Ce fut Marie. J'avais resserré dans le garde-manger la viande, dans le fruitier le dessert, et quand arriva l'heure du dîner, il fallut bien se contenter de pain et d'eau, parce que j'avais défendu à la jardinière de rien donner, ni poire, ni pêche. Par amour-propre, elle ne voulut rien me demander ce soir-là, et elle se coucha toute seule, sans pouvoir ôter son corset.
Le lendemain, au déjeuner, même régal : du pain et de l'eau, et le pain devenait dur. Enfin, elle vint frapper à la porte de ma chambre et me promit qu'il ne lui arriverait jamais plus de me battre, et qu'elle était bien fâchée de ce que je ne l'aimais plus. Je l'embrassai, et ce fut fini.
Le boucher de la ville avait loué, au-dessous du jardin, un champ où il envoyait paître les vaches, les veaux et les moutons qu'il devait tuer la semaine suivante. Marie passait des heures à regarder ces pauvres bêtes, et quelquefois elle me demandait : Qu'est donc devenue la vache rousse, ou bien le petit veau tout jaune, ou bien le joli mouton qui était là hier ? Alors, je lui répondais qu'on l'avait mené à l'abattoir, et que c'était avec ces malheureux animaux-là qu'on faisait les côtelettes, ou le gigot, ou les grillades qu'elle mangeait à dîner. Un jour, elle me dit : Ma bonne Françoise, voilà deux jolis petits agneaux, l'un blanc, l'autre noir ; je ne voudrais pas que le boucher les tue, je les trouve si gentils, si gentils ! et s'ils étaient à moi, je leur ferais manger l'herbe du verger. Je ne fis pas grande attention à ce qu'elle me disait là ; mais quand le boucher vint le soir chercher ses bestiaux dans le champ, Marie l'appela du haut du chemin : Monsieur Vaudron ! monsieur Vaudron ! est-ce que vous allez les tuer aussi, ces petits agneaux mignons ?
A suivre
Charles-Philippe de Chennevières-Pointel


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.