Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Faits et méfaits
Publié dans Info Soir le 25 - 09 - 2005

Réputation n Les écoles primaires sont connues pour être le fief de la violence infligée aux jeunes élèves par leurs instituteurs.
L?exemple le plus illustratif est celui de ce garçon L. M. qui, après une bonne séance de coups de règle de bois franc, asséna un bon coup de poing à la figure de son professeur N. A dans un CEM de la wilaya de Tizi Ouzou. Il semble pourtant qu'une bonne entrée en matière «musclée», peut avoir des résultats positifs. Voici un exemple : à la rentrée de septembre, une nouvelle maîtresse arrive décidée à mettre les élèves au pas. Dès la première journée d'école, un garçon de troisième année n?arrête pas de jeter des papiers en classe. «La maîtresse, qui était grande et forte, lui asséna immédiatement une forte tape au visage. Cela nous a fait très peur ! Ce fut une leçon pour toute la classe : il fallait écouter», se souvient Faïza, actuellement en première année secondaire au lycée Aïcha à Hussein Dey.
Une autre maîtresse, voulant établir son autorité, décida de frapper un jeune garçon. Selon le rituel en vigueur, celui-ci s?approche du bureau, face au tableau noir. La maîtresse se place devant lui, prend la règle de bois franc réglementaire et dit au jeune : «Tends la main. Au premier coup, très habilement, l'élève la referme sur l'instrument et dévisage la maîtresse qui éclate en sanglots. Par la suite, ce fut la paix et tous passèrent une bonne année», raconte Rédha qui passe cette année en première année moyenne.
Après une dure année scolaire et des notes souvent très faibles, Anis passe en troisième année primaire. Il nous révèle qu?il a passé près du quart de sa deuxième année au fond de la classe les mains sur la tête. «Tout le monde me connaît, je suis le perturbateur de la classe. Pour me punir ma maîtresse me demande souvent de me mettre au fond de la classe jusqu?à la fin du cours.»
Ce n?est pas la première fois que Salem arrive en retard à l?école. C?est un élève de première année moyenne dans un CEM en Haute Kabylie, l?enseignant, d?origine palestinienne, ne le punit pas et ne lui demande pas non plus de justificatif, comme à l?ordinaire. Mais pendant le cours, Salem reste indifférent et n?écoute pas, pour attirer son attention l?enseignant envoie dans sa direction un stylo qui se loge dans l??il gauche de Salem. L?affaire est toujours en justice.
D?autres histoires font état d'enfants qui se font tirer les oreilles ou reçoivent des claques sur le visage.
Lors de notre travail d?investigation de nombreuses histoires nous ont été révélées, mais elles restent tout de même à vérifier.
Ainsi, selon certains témoignages, une fillette a été retrouvée morte par la femme de ménage d?une école primaire dans la région de Médéa. L?élève en question n?arrêtait pas de se déplacer d?un bout à l?autre de la classe. Lasse de l?hyperactivité de celle-ci, la maîtresse l?enferme dans le placard. Malheureusement, à la fin du cours, la fillette y a été oubliée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.