PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Epopée
Byzance et l'Islam (24e partie)
Publié dans Info Soir le 31 - 10 - 2005


Idéologie et justice royale
La légitimité idéologique : le roi de France apparaît pour les intellectuels au même niveau de pouvoir, de prestige et de légitimité politique que l'empereur. Le roi est le seul à être sacré, le sacre passant d'un cadre individuel à un cadre dynastique : on associe les fils à la royauté.
Cette unicité du lignage royal est renforcée par le développement d'une idéologie magique : le roi thaumaturge qui guérit des écrouelles. La dynastie capétienne détient des pouvoirs religieux et des pouvoirs magiques, renforçant ainsi sa légitimité.
On peut encore y ajouter l'importance des insignes de la royauté : on commence à voir apparaître la fleur de lys au XIIIe et la bannière royale (l'oriflamme).
Entre le XIIe et XIIIe siècle, la royauté fera en sorte que les intellectuels développent une mémoire royale, inventant une continuité de Clovis à Charlemagne jusqu'aux Capétiens.
Le roi devient un roi territorial par l'acquisition de la prérogative royale qu'est la justice. Se développe alors la paix du roi, remplaçant la paix de dieux. Il interdit la guerre privée en 1258 ; en 1268, le duel judiciaire. Il faut insister sur la suprématie de la justice royale.
C'est ainsi que le roi passe de suzerain à souverain.
Les pouvoirs législatif et administratif du roi
Pour mettre en ?uvre au quotidien sa supériorité, le roi doit compter sur un pouvoir législatif monopolisé et une administration compétente.
Il est représenté en premier lieu par les ordonnances royales, de plus en plus nombreuses. Elles vaudront pour l'ensemble ou une partie des terres du royaume de France. C'est l'ultime champ d'action. Pour les mettre en ?uvre, la royauté se dote d'une administration de plus en plus centralisée.
Fin XIe, début XIIe, il y a, autour du roi, un entourage composé de sa cour itinérante. Cette cour (curia regis), composée de chevaliers et de proches vassaux, va se diviser en deux : d'une part l'hôtel du roi et de l'autre le conseil du roi. Le premier est composé ses domestiques et cinq grandes officines : le sénéchal de l'armée, le chancelier, le chambrier, le connétable, et le boutellier. Au cours du XIIe, ils réussissent à rendre leur charge héréditaire.
Avec le besoin croissant de services administratifs, la cour va encore se diviser. On assiste à la centralisation et la stabilisation de l'administration. Les appareils administratifs sont disposés à Paris, qui apparaît comme une capitale avec la stabilisation des archives au Louvre. Cette administration développe l'écrit, conservant registres et archives.
A partir du conseil du roi, division en cour des pairs : vassaux ecclésiastiques et seigneurs laïcs, conseil du roi et parlement.
Le conseil du roi fonctionne en tant que conseil (rôle consultatif et législatif). (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.