Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Koléa
Aux senteurs de ramadan
Publié dans Info Soir le 01 - 11 - 2005

Traditions n C?est pendant ce mois sacré que les us et coutumes transparaissent dans les faits et gestes de tous les jours.
«A 130 mètres d'altitude, dominant la vallée du Mazafran et la plaine de la Mitidja, à près de 45 km à l'ouest d'Alger, Koléa, la ville des jasmins, beauté des jasmins de Koléa, roses de jardin de Blida», a écrit Mohammed Dib.
Orthographiée à l'époque coloniale Coléa, Koléah ou Coléah, la ville attirait les hommes de culture. Elle a été rayée de la carte en 1825 par un fort tremblement de terre et rebâtie quelques années plus tard. Vu sa hauteur, on dit que l'origine de son nom est el-kalaâ (petit fort).
Koléa a une vocation artisanale. A citer les petits métiers des femmes koléaciennes au foyer : broderie (fetla, s'radja), crochet, tricot (m'chakel) et vannerie (transformation de l'osier).
Les Koléaciens tiennent toujours à leurs coutumes pendant le neuvième mois de l'année hégirienne : ramadan. Des traditions limitées désormais à quelques familles natives de Koléa.
Ce mois saint de jeûne ne peut passer inaperçu chez les Ouled Ben Allal (saint homme). Il est de coutume de préparer des mets spécifiques à cet invité de marque. Ainsi, la Koléacienne prépare à la main, du bout des doigts, la m'katfa (vermicelle), la makarna ou m'krina (pâtes rissolées) ou les confitures de nèfles et d'oranges (vu la vocation de la région).
Les gens aisés avaient l'habitude d'égorger un cabri de quelques mois pour le mois de ramadan, raconte-t-on.
Les veillées sont des occasions de rencontres et de divertissement. Mais «nos traditions commencent à disparaître» se désole el-hadja Cherifa.
Heureusement, de temps à autre, des soirées musicales andalouses et chaâbies sont organisées après les tarawih.
Elles sont animées par El-Gharnatia, El-Bachtarzia ou Cherif Saoudi, le jeune et talentueux chanteur chaâbi. Parfois, des pièces théâtrales sont données par le Mouvement théâtral de Koléa (MTK), une bouffée d'oxygène après une dure journée de jeûne et de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.