Mohammed VI invité au Sommet arabe d'Alger    Real : Un gros chèque pour le recrutement    Accidents de la circulation: 45 morts et 1245 blessés en une semaine    Organisation à Londres du Festival algérien des arts et de la culture "Dz Fest"    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Déclaration de politique générale du Gouvernement: Une politique sociale "efficiente" et "équitable"    Mostaganem: lancement de la 53e édition du Festival culturel national du théâtre amateur    Festival national du Malouf de Constantine: le chant traditionnel authentique ravive la scène artistique    Médicaments: Aaon évoque avec une délégation du Snapo l'amélioration de l'approvisionnement    Football: la DGSN prend des mesures en prévision du match Algérie-Nigéria    Juventus : Paredes n'avait pas de contact avec Mbappé    OL : Cherki veut plus de temps de jeu    Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Un choc nucléaire inévitable ?    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Réunion gouvernement-walis: Les équilibres financiers au vert    Peaux de banane !    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Du coke russe pour le haut-fourneau    Strictes recommandations aux commis de l'état    Le plan de Benzema    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Open field : Jasmin quand tu nous tiens !
Publié dans Horizons le 12 - 02 - 2010

Dans le langage des fleurs, il y a comme un soupçon de fringance manquant à notre paysage florale. Pourtant dans la culture des senteurs, la ville de Blida passe pour maîtresse des lieux. Aux côtés des fleurs d'oranger, poussent le bégonias et le jasmin ainsi que Mesk El Lil, cette plante mystérieuse qui ne réagit qu'au-delà du crépuscule pour narguer le jasmin. Pourtant, dans toutes les habitations mauresques, le basilic (habaca) faisant foi d'un majestueux ornement est souvent accompagné d'un chapelet de jasmin pour jeter le baume sur une assistance acquise à une causerie culturelle. Nul doute par aspiration aux coutumes ancestrales, les habitations algéroises et fahses continuent de pérenniser jalousement la culture du jasmin et du basilic. Aussi, la senteur de cette fleur nostalgique titillant nos narines arrive-t-elle quand même à faire parler d'elle. Le jasmin a toujours orné les quartiers d'Alger et, dans toutes les « douirettes » (petites maisonnettes) de la Casbah, fleurissait cette plante qui hante, encore aujourd'hui, de sa fragrance exceptionnelle, nos souvenirs d'enfance. Le jasmin est, avec la rose, une des deux fleurs reines de la parfumerie. Son nom vient de l'arabe yasimin, lui-même emprunté au persan. La fleur pousse sur un arbuste appartenant à la famille des oléacées, surtout cultivée en Inde, dont il est originaire est en Egypte. Parmi plus de 200 espèces, les jasmins sont les plus utilisés en parfumerie. Dans les cours des maisons mauresques, le jasmin s'invite dans toute sa grâce pour agrémenter la traditionnelle pause café. La ville des roses s'est lancée dans la culture du jasmin juste au lendemain de l'arrivée des réfugiés andalous, à leur tête Sidi Mohamed El Kebir. Cet homme de grande culture, animé par une grande connaissance florale avait insisté pour faire du jasmin le symbole de la fringance à Blida. On ira de tous les commentaires pour essayer de délocaliser le jasmin de ses premières prémisses. Rien n'y fit, on se trouve nez à nez avec la traditionnelle senteur de la Mitidja, lieu de prédilection du faste floral en Algérie. L'un des principaux producteurs de jasmin a toujours été la Chine. La récolte du jasmin se déroule pendant le mois d'août. Les fleurs doivent être cueillies juste avant l'aube et traitées le plus rapidement possible. Pour obtenir un kilogramme d'essence absolue de jasmin, il faut recueillir environ sept millions de fleurs.
Autant dire que le jasmin naturel est cher, réservé aux parfums de luxe. Le jasmin est à l'origine du prénom arabe féminin Yasmina (également Yasmine). Cléopâtre serait allée à la rencontre de Marc Antoine dans un bateau dont les voiles étaient enduites d'essence de jasmin.
Les noces de jasmin sont aussi le symbole des 66 ans de mariage.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.