Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cela s'est passe un jour/ Aventures, drames et passions célèbres
La tragédie du «Titanic» (41e partie)
Publié dans Info Soir le 09 - 08 - 2007

Résumé de la 40e partie n Les naufragés voguent dans l'obscurité quand brusquement, alors que l'aube pointe, un navire apparaît à l'horizon.
Des bras se lèvent. Ceux qui somnolaient ou dormaient, engourdis par le froid, se réveillent brusquement.
«Un navire ! Nous sommes sauvés !»
On crie, on fait des gestes, on se lève même au risque de faire chavirer les chaloupes. Comme on ne voit pas de signes du bateau, on prend peur.
«Ils ne nous ont pas vus !»
«Ils vont passer devant nous !»
C'est la panique. Il faut toute l'autorité du matelot qui conduit la barque pour ramener le calme.
«On nous a vus, on vient vers nous !»
Au fur et à mesure que le bateau approche, en effet, on aperçoit, debout sur le pont, des matelots : ils font signe aux naufragés !
D'autres barques de naufragés approchent.
«Un bateau !»
Et partout, c'est le même cri, le même soulagement : «Nous sommes sauvés, nous sommes sauvés !»
C'est alors qu'au milieu des cris de joie, on se rappelle ceux qui n'ont pas eu cette chance de trouver une place dans une chaloupe : ils sont des dizaines, des centaines, à être restés sur le «Titanic» au moment où il coulait. Ceux qui sont retournés sur les lieux du naufrage dans l'espoir de recueillir des survivants n'ont vu que des cadavres flottant dans l'eau ; quelques rares personnes vivaient encore et ont pu être sauvées. Cependant, le «Carpenthia» arrive au niveau des barques. Le commandant du navire est là et c'est lui qui va présider au sauvetage des naufragés.
Le «Carpenthia», qui est également un navire britannique, appartient à la Cunard et c'était le paquebot le plus proche du «Titanic» au moment où celui-ci avait lancé ses appels de détresse. Le «California» était encore plus proche, mais malheureusement sa radio, qui était éteinte, n'avait pu capter les signaux de détresse. Il a aussitôt changé de route et foncé vers le lieu du naufrage. Il mettra quatre heures pour y arriver : il serait arrivé une ou deux heures plus tôt, il aurait pu sauver la plupart des naufragés qui n'avaient pu accéder aux barques. Le «Carpenthia» était parti de Gibraltar pour New York et habituellement, il emportait toujours de nombreux immigrants. Ce jour-là, heureusement, il était à moitié vide, ce qui a permis d'embarquer tous les rescapés sans constituer une charge pour le navire. Les barques sont maintenant toutes à côté du navire.
«Doucement, dit le commandant, il y a de la place pour tous !»
Le sauvetage va prendre plusieurs heures mais, comme promis, tout le monde monte dans le bateau. 315 femmes, 52 enfants et 126 hommes ont pu être ainsi sauvés. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.