De la supercherie démocratique du 5 octobre 88 à l'imposture de « l'Algérie nouvelle » post-22 février 2019.    Les députés plaident pour l'amélioration du cadre de vie du citoyen    Timimoune: adapter les offres de formation aux exigences du secteur du tourisme    Tabi met en avant "le rôle important" du Conseil d'Etat dans la consolidation des fondements de l'Etat de droit    Versement des tranches relatives à 16 projets cinématographiques estimées à plus de 63 millions DA    Tebboune reçoit le ministre d'Etat ougandais chargé de la coopération régionale    Championnat arabe de gymnastique artistique: la sélection d'Egypte séniors messieurs sacrée en individuel général et par équipes    Rencontre régionale sur les catastrophes: la proposition algérienne pour un mécanisme régional inscrite en marge des travaux    Le soutien de Bruxelles au processus mené par l'ONU au Sahara occidental exprimé    Le Président Tebboune distingué par l'Union arabe des engrais    Gymnastique/Championnat arabe: le staff technique satisfait des performances des algériens    Verdict confirmé pour Saïd Bouteflika    Vous pouvez retirer votre ordre de versement    Pluies sur plusieurs wilayas de l'intérieur du pays à partir de mardi    Accidents de la circulation: 28 décès et 1275 blessés en une semaine    Tir d'un missile balistique Nord-coréen: Tokyo, Séoul, Washington et Bruxelles condamnent    Ligue 1 (6ème journée): Première victoire de la JSK et du MCO    Valse des entraineurs: C'est l'esprit amateur qui prévaut    Championnat arabe des clubs de judo «minimes»: Les jeunes du CSA Nour Bir El Djir s'illustrent    Sommet arabe d'Alger: Les attentes palestiniennes    Un cas psychiatrique!    Hygiène, informel, constructions illicites, stationnement anarchique...: Le wali «sermonne» les élus de l'APC d'Oran    Dernière ligne droite avant la mise en service du téléphérique: Des essais sur tronçon de près de 1.900 mètres    Pour ramassage de déchets plastiques: Un véhicule saisi et trois personnes interpellées    Défis africains de la COP 27    Conseil des ministres: L'importation des tracteurs agricoles de moins de 5 ans autorisée    Belatoui espère un véritable départ    Est-ce le déclic?    Une délégation ouest-africaine à Ouagadougou    Bientôt le dénouement?    Les députés relèvent l'absence de chiffres    Les challenges de 2023    Washington dissipe les nuages    Les coupures d'eau exacerbent les habitants    La menace invisible    «Le bilan est positif, mais incomplet»    Une «pré-COP» en terre africaine se tient à Kinshasa    Belaïli met les points sur les «I»    «La colonisation n'a pas été un long fleuve tranquille»    Pourquoi Caritas n'exerce plus en Algérie    Une figure historique majeure    L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières et à la préservation de la souveraineté territoriale du pays    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Trabendisme mental !    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Patrimoine irakien
Les pillages continuent
Publié dans Info Soir le 15 - 11 - 2007

Trafic n L'Irak en plein chaos peine à protéger son patrimoine culturel, objet de toutes les convoitises, et a besoin d'une aide internationale pour faire face au pillage et à la détérioration de ses biens.
Entamée en 2003 avec le pillage du musée de Bagdad, dans le sillage des troupes américaines entrées dans la capitale irakienne, la razzia sur les objets archéologiques et culturels n'a jamais cessé, favorisée par le chaos et l'anarchie régnant dans le pays.
La situation sécuritaire et politique a relégué en arrière-plan la question du patrimoine, mais il faut agir «tant qu'il en est encore temps», a souligné la directrice générale adjointe pour la culture de l'Unesco, Françoise Rivière.
«Nous sommes confrontés à un très grand défi pour préserver nos monuments et nos sites des pillages», a expliqué le directeur des fouilles au ministère irakien de la Culture, Qais Hussein Rashid, présent à Paris dans le cadre d'une semaine culturelle irakienne organisée à l'Unesco.
«Plusieurs mesures ont été prises, mais elles restent très modestes», a-t-il dit. «Nous traduisons devant les tribunaux ceux qui sont pris à piller, nous organisons des tours de gardiennage» sur les sites en péril, a-t-il expliqué, reconnaissant qu'il s'agissait de «mesurettes» comparé à l'ampleur des vols.
L'Irak a mis en place, avec l'aide de l'Unesco, une force spécialisée, mais cette force compte 1 400 hommes pour 12 000 sites archéologiques en Irak, a-t-il poursuivi. «Il nous faudrait des systèmes de surveillance à distance, des barrières», a-t-il ajouté. Or, selon M. Rashid, l'Irak fait face «à un plan très agressif de la part des marchands d'art». Les objets archéologiques et biens culturels irakiens suscitent effectivement de grandes convoitises sur le marché de l'art. Certains objets pillés depuis 2003 figurent sur une liste rouge dressée la même année par Interpol et le Conseil international des musées, mais le trafic prospère toujours, particulièrement sur Internet. Le patrimoine culturel irakien est également menacé par le manque d'entretien et la déshérence, a poursuivi Mme Amira Idan, directrice des antiquités au ministère de la Culture irakien, soulignant que «les forces étrangères ont parfois participé à la dégradation des sites». Elle a cité «la destruction d'un portail historique» par des véhicules blindés américains, ou encore les dégâts causés par l'installation, en avril 2003, d'une base militaire sur le site de Babylone.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.