Benflis à propos de la dernière lettre de Bouteflika.. «Un mépris insondable à l'égard du peuple»    FCE.. Le Conseil exécutif se réunira fin mars    Chlef.. Un réseau de vol de voitures démantelé    Selon le ministère des affaires étrangères ..«Les informations attribuées à M. Lamamra sont sans fondement»    Constantine.. Opération d'attribution de 4.254 logements    Guerre de libération.. 203 heures de témoignages enregistrées à Tlemcen    Anthar Yahia sort de sa réserve : «Je n'ai jamais été sollicité pour le MJS»    Rabah Bouarifi, ancien président de la fédération algérienne de basket-ball : «Ali Slimani n'a pas tenu ses promesses»    MINISTRE RUSSE LAVROV : La Russie rejette toute ingérence dans les affaires algériennes    Du butin au report du scrutin, pour quel destin ?    Ouyahia prépare ses valises    AEROPORT INTERNATIONAL D'ALGER : Arrestation d'une personne en possession de 9.200 euros    GAID SALAH AFFIRME : ‘'Des solutions existent pour sortir de la crise''    LES BUREAUX DESERTES DEPUIS LUNDI : Grève dans les inspections des impôts à Oran    Les étudiants et les médecins marchent en force dans plusieurs villes d'Algérie    Aucun Algérien n'est dupe : halte aux manœuvres de diversion !    Alors qu'ils marchent aujourd'hui à Alger et dans d'autres wilayas du pays : Les étudiants toujours mobilisés pour maintenir la pression    NAHD : place à la Coupe d'Algérie    La maternité dans les périodes assimilées à des périodes d'activité    27 milliards de centimes d'aide aux nécessiteux pour le mois de Ramadan    La longue complainte de Lakhdar Brahimi    Bonne opération pour l'ASO Chlef à Béjaïa    ACTUCULT    Ouverture d'une exposition du livre sur la femme algérienne    Lucky Luke et les Dalton, 5 contre le 5e mandat    Augmentation des réserves obligatoires des banques : Le spectre de l'inflation    Les travailleurs de la formation professionnelle manifestent à Tizi Ouzou : «Pour la souveraineté du peuple»    Il ne répond à la demande populaire concernant le départ du système : Bouteflika tient toujours à sa conférence    Le DG de l'EPTV, Tewfik Khelladi, défend une «ouverture douce» : Protestation des journalistes de la Télévision publique    Equipe nationale: Belmadi fidèle à ses promesses    MC Oran: Le spectre de la relégation hante les esprits    Un jeune retrouvé pendu    Bouira: Les dispositifs anti-feux de forêts à améliorer    Il affirme ne pas avoir été mandaté: Le hors-jeu de Lakhdar Brahimi    Ecrire l'histoire d'une fin de saison pas souvent très sportive    Plus de 1.400 dossiers d'investissement en attente d'agrément    Arrestation de Belhassen Trabelsi en France, la Tunisie demande son extradition    Des enquêteurs de l'ONU appellent à des arrestations pour crimes de guerre à Gaza    Treizième trophée pour l'équipe de Ouargla    «Les Aurès dans l'histoire» Ouverture de la 7e édition    Des milliers d'opposants rassemblés devant la présidence    POMME DE TERRE : Prévision de déstockage de près de 990 000 quintaux    L'impératif de nouvelles réformes    CACHEMIRE INDIEN : Le Pakistan pourrait appliquer la "théorie du fou"    Atelier LOPIS: Encourager le développement local pour prévenir la radicalisation    Syrie : "Les Casques blancs donnent à l'Occident un prétexte pour bombarder Assad"    Mostaganem: Mise en exergue de l'importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Illizi : Signature d'un contrat pour le développement du champ gazier d'Ain Tsila    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cinématographie
La mémoire collective en image
Publié dans Info Soir le 25 - 12 - 2007

Panoplie n Le cinéma se révèle un véhicule de la mémoire collective et un moyen permettant de récupérer et de promouvoir le patrimoine populaire.
Ainsi, de nombreuses productions – films et documentaires – sont à relever, cette année, consistant à faire connaître l'histoire et la culture amazighes, notamment kabyle.
La dernière production en vue est Mimezrane. Réalisé par Ali Mouzaoui, le film, qui a été récemment projeté, s'est inspiré d'une légende kabyle.
C'est l'histoire d'une jeune femme, Mimezrane, qui, admirée pour sa beauté et surtout ses belles tresses, avait les yeux étrangement tristes.
Orpheline, elle a comme seul ami et confident Hennouche. Tous deux ont vécu une belle enfance, heureuse et insoucieuse.
Plus tard, et au fil des années, Mimezrane et Hennouche, devenant adulte, finissent par s'aimer.
Il se trouve que cet amour est menacé : toute petite, Mimezrane a été frappée de malédiction et condamnée à être stérile tant qu'elle ne porterait pas les deux bracelets de la fécondité. Or, l'un est enfoui dans les neiges du Djurdjura, sous la vigilance d'un terrible ogre ; l'autre est pendu au cou d'une gazelle plus rapide qu'une flèche, dans un désert lointain. Nennouche, fou amoureux de Mimezrane, décide d'aller à la quête des bijoux au risque de perdre la vue, car toute personne qui verrait les bracelets avant même de les toucher deviendrait aveugle.
D'un conte à l'autre est un autre long-métrage qui met en exergue la tradition orale et les contes kabyles comme les fameuses péripéties de M'qidèche, un malicieux petit garçon aux yeux noirs, ou encore le légendaire récit de Avava Aynouva, histoire rendue célèbre par Idir, en la reprenant en chanson.
Produites dans le cadre de la manifestation «Alger, capitale de la culture arabe», ces œuvres ont la caractéristique commune d'illustrer les traditions et les rites kabyles dans la vie quotidienne ; chargés de couleurs locales et de poésie, ces films se veulent un enseignement sur l'une des facettes de notre culture ancestrale.
Par ailleurs, Arezki, l'indigène, une fresque historique, est un long-métrage de Djamel Bendedouche. C'est «l'histoire d'une révolte indigène». C'est une saga de ce célèbre «bandit d'honneur» qui, au fil du temps, entre dans l'Histoire et devient même une légende. Le réalisateur vise à travers ce film à faire connaître ce personnage méconnu de la mémoire collective.
Syphax est un documentaire réalisé par Mokran Aït Saâda. Il raconte l'histoire d'un roi berbère, père de Massinissa. Ce film réhabilite la mémoire les grandes figures ayant marqué notre histoire.
Enfin, Ath Yeni, paroles d'argent de Arezki Metref est un autre documentaire qui raconte la vie et les traditions kabyles. Toutes ces productions filmiques viennent enrichir le paysage cinématographique et audiovisuel algérien en vue faire voir et connaître une culture, une histoire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.