PSG: Neymar attend un geste du Barça avant de lâcher une bombe !    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Lille ou Nice pour Ounas ?    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un espace favorable à l'émergence de nouveaux talents
Publié dans Info Soir le 17 - 01 - 2009

Filmographie n Le cinéma d'expression amazighe se définit comme étant productif, puisque 63 productions cinématographiques, toutes catégories confondues ont prétendu à une participation au festival.
Lors de la cérémonie d'ouverture de la 9e édition du festival du film amazigh, le commissaire du festival, El-Hachemi Assad, avait, dans son allocution, souligné que ce rendez-vous cinématographique est devenu, au fil des années, «un espace propice pour la création filmique et la relance du 7e art en Algérie» - ces propos ont été rapportés par l'Agence Presse Service (APS).
Au départ, il y a neuf ans, le festival n'était qu'une aventure culturelle menée par le haut commissariat à l'amzighité. C'était un rendez-vous itinérant, dont le souci premier, et à l'origine, était de rendre visible et d'encourager la production cinématographique d'expression amazighe et de la faire connaître au grand public en la diffusant à l'échelle nationale et institutionnelle.
Mais au fil des années, il semble que ce rendez-vous cinématographique a été institutionnalisé. Il a acquit un statut, celui de festival.
Ainsi, parler de ce festival qui, d'année en année, revêt une importance de plus en plus capitale tout en prenant son envol et en enregistrant un essor notable, c'est d'emblée s'interroger tant sur la création que sur la production filmique, notamment celle d'expression amazighe et où l'amazighité est porté à l'écran.
Aujourd'hui, le festival est devenu le vecteur d'une cinématographie, le révélateur d'une production qui, d'année en année, s'avère de plus en plus prolifique. Le cinéma d'expression amazighe se définit comme étant productif, puisque 63 productions cinématographiques, toutes catégories confondues, allant du long-métrage au court, et en passant par le documentaire et le film d'animation, ont prétendu à une participation au festival. 63 films ont été alors visionnés par le comité d'organisation, mais seulement 19 ont été retenus. Comme il est à noter que, selon des spécialistes, le cinéma amazigh gagne davantage en professionnalisme tant sur le plan technique qu'esthétique et thématique. Il y a recherche et diversité. Diversité, parce que ce cinéma porte à l'écran toute l'expression amazighe, à savoir le kabyle, le chaoui, le mozabite, le targui… Toutes ces expressions font la richesse de cette cinématographie. D'où la question : le cinéma amazigh est-il un cinéma algérien ou bien un cinéma régional adhérant à une appartenance identitaire et culturelle type ? Cette question nous amène à une autre, à savoir pourquoi un cinéma amazigh ? C'est simplement pour dire l'amazighité en image de la même manière qu'en mots (littérature) ou en chansons. Quant à la question de savoir si le cinéma amazigh est algérien ou pas, il est certain qu'il l'est , mais il en est une variante. «C'est un cinéma algérien mais d'expression amazighe», s'accordent à expliquer les professionnels . Si une filmographie insiste à mettre l'accent sur l'identité amazighe, une autre tient à élargir sa thématique et à figurer dans un ancrage socialement et culturellement algérien. «La maison jaune» d'Amor Hakkar illustre cette nouvelle tendance du cinéma amazigh. Ce film est réalisé en chaoui, mais il raconte l'homme. En effet, le cinéma amazigh tend aujourd'hui à s'arracher mais peu à peu des clichés culturelles et des connotations politiques ou idéologiques dont il s'est lui-même revêtis, et à se situer par rapport à une vision globale d'une expression cinématographique authentiquement algérienne.
l Le premier long-métrage en tamazight dans l'histoire du cinéma algérien remonte à 1994 avec La Colline Oubliée adapté du roman éponyme de Mouloud Mammeri par Abderahman Bouguermouh. Mais le projet de réaliser ce film date de 1968 où le cinéaste dépose le scénario à la Commission de Censure du Scénario, en précisant à celle-ci, dans une lettre d'intention, que le film ne peut se faire qu'en langue kabyle. Le projet lui est refusé et est rejeté sans explication. Vingt-ans plus tard, Abderahman Bouguermouh reformule son désir de tourner le film et en kabyle. C'est alors qu'on lui accorde l'autorisation de tourner La Colline Oubliée en berbère, et c'est alors que commence l'aventure du cinéma amazigh, où ce dernier, Abderahman Bouguermouh, est considéré comme le pionnier. Plus tard, et en 1995, le cinéaste Belkacem Hadjadj réalise Machahou, suivi d'une année après, en 1996, de La Montagne de Baya de Azzedine Meddour. On enregistre bien plus tard d'autres long-métrages en tamazight, à savoir Si Mohand Ou M'hand l'insoumis de Yazid Khodja et Rachid Benallal ou La Maison jaune d'Amor Hakkar. Toutes ces productions enrichissent la filmographie amazighe et marque une cinématographie naissante que le festival du film amazigh œuvre à développer et à promouvoir. C'est un festival qui, en s'engageant, soutient les initiatives et expériences créatrices et encourage les expressions et tendances cinématographiques. En somme, c'est un espace favorable à l'éclosion de nouveaux talents ou la confirmation d'autres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.