PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El-Gosto»
Les oubliés de l?art
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2005

Présentation Le film nous montre des lieux, ceux de La Casbah, et des gens qui ont occupé ces lieux de mémoire.
La cinémathèque algérienne a organisé, mercredi, une rencontre-débat autour de la production du film documentaire El-Gosto, dont le sujet se rapporte à l?histoire du genre musical chaâbi, et ce en présence de la réalisatrice Safinez Bousbia.
La rencontre a été enrichie ? et soutenue ? par la projection d?un film présentant le projet que Safinez Bousbia entreprend de réaliser. «Ce film n?est pas le documentaire lui-même», précise-t-elle. «Ce n?est que l?idée du projet pour le promouvoir et soutenir mon entreprise auprès des partenaires financiers», ajoute-t-elle. Le film projeté et qui n?est donc qu?un aperçu de cette vaste action culturelle, raconte la rencontre d?anciens musiciens du chaâbi ayant marqué leur époque, celle des années 1940 jusqu?aux années 1970.
Le film nous montre des lieux, ceux de La Casbah, et des gens qui ont occupé ces lieux de mémoire. Des lieux et des gens oubliés, cependant. Oubliés de tous, et surtout de la plupart des Algérois (en particulier les jeunes générations), devenant ainsi les oubliés de l?art, de l?histoire, de l?Algérie.
Ces artistes, qui se sont voués au chaâbi, qui lui ont donné ses lettres de noblesse, déplorent la situation dans laquelle ils se trouvent : dénuement moral et matériel.
«L?initiative est excellente», déclarent Ahmed El-Barnaoui, Mohamed Laâgab et El-Hadi El-Anka présents à la rencontre. «Car cela a permis aux anciens musiciens du chaâbi de se revoir après trente années de séparation, mais cela permet aussi de faire connaître le chaâbi, son origine et ses pionniers.»
El-Gosto n?est pas seulement un film sur des hommes et des lieux, il est également un retour ? nostalgique ? sur les traces du chaâbi, notamment sur ceux qui l?ont impulsé et rendu populaire, en l?insérant dans le patrimoine culturel algérien.
Le chaâbi d?antan tel qu?il était pratiqué, et le chaâbi d?aujourd?hui, tel qu?il est présenté, ne sont certainement pas les mêmes. Un fossé les sépare. «C?est vrai que le chaâbi a changé», disent-ils, ajoutant que «pour vivre, la musique doit avoir un environnement social et culturel.» Le chaâbi est d?abord une fresque : c?est une pratique, un rituel, une musique s?inscrivant dans un contexte culturel bien déterminé.
De l?ancien chaâbi ne subsiste, aujourd?hui, que la mélodie. Tout a disparu, s?est effiloché au fil des ans. El-Gosto se veut également une prise de conscience, c?est-à-dire un appel lancé aux compétences concernées en vue de considérer le chaâbi (et la culture musicale en général) dans un discours de préservation, et donc l?urgence de réhabiliter les anciens musiciens du chaâbi encore vivants afin de léguer leur savoir aux jeunes générations, car il est en déperdition. La problématique d?El-Gosto est de savoir s?il y a vraiment une relève après ceux qui étaient les disciples du maître El-Hadj M?hamed El-Anka.
«Il y a une relève, timide certes, mais elle existe, il suffit seulement de l?encourager et de lui créer une environnement favorable à son accomplissement», Mais tous s?accordent à dire qu?entre l?ancienne et la nouvelle génération, il y a une différence. «Les chanteurs de chaâbi sont des artistes, l?art est inné chez eux, mais ils sont loin d?être des professionnels», souligne El-Hadi El- Anka.
Quant à Safinez Bousbia, elle lance un appel aux sponsors sollicitant leur aide pour venir soutenir financièrement la réalisation de la deuxième partie de son film. «La première partie était un autofinancement, et il se trouve que je n?ai plus les moyens de mener à terme mon projet, J?appelle donc au soutien des pouvoirs publics, des entreprises tant étatiques que privées, et je les invite à s?impliquer dans mon action culturelle, car il s?agit d?un travail de mémoire, puisque le chaâbi n?est pas seulement une musique, il est aussi une culture et un patrimoine, ce sont des noms et des lieux, c?est donc une histoire, celle de l?Algérie ? notamment pendant la colonisation», explique-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.