Annoncée par Bensalah pour demain.. La conférence de concertation aura-t-elle lieu ?    Commémoration du printemps berbère et du printemps noir.. Imposante marche contre l'oubli et le déni à Bouira    Rassemblement des militants et cadres du RND pour exiger son départ.. Ouyahia charge Chihab    Elles sont de l'ordre de 17 %.. Les recettes douanières en hausse    Ouyahia et Loukal convoqués par le tribunal de Sidi Mhamed d'Alger    ETRHB Haddad à Tizi Ouzou.. Incertitude et angoisse des travailleurs    FAC.. L'AG élective fixée au 27 avril    Championnats d'Afrique U18 et U20 d'athlétisme.. Médaille d'or pour l'Algérien Ameur    Championnat de France de natation.. Médaille de bronze pour Sahnoune sur le 100m    Annaba.. 26 kg de drogue saisis    Lutte contre la criminalité.. Interpellations à Tlemcen, Tébessa, et Aïn defla    Célébration du mois du patrimoine à Tizi-Ouzou.. Pour la sauvegarde du patrimoine amazigh    Le président américain motive le maréchal Haftar.. Washington soutient la guerre en Libye    TLEMCEN : Du chocolat fourré aux psychotropes !    France.. Les protestations continuent    PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE : Le DG des douanes, Farouk Bahamid limogé !    TLEMCEN : Plus de 400 kg de kif saisis en 90 jours !    PROCHAINE SAISON ESTIVALE A ORAN : Trois nouvelles plages autorisées à la baignade    AEROPORT DE TUNIS : Saisie de plus de 100.000 euros sur un Algérien    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    «Je ne laisserai personne détruire ce que nous construisons»    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Sous le signe de «dégage !»    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    En bref…    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    El Braya: Un homme mortellement poignardé    Mascara: Plus de 30 dealers arrêtés    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El-Gosto»
Les oubliés de l?art
Publié dans Info Soir le 23 - 01 - 2005

Présentation Le film nous montre des lieux, ceux de La Casbah, et des gens qui ont occupé ces lieux de mémoire.
La cinémathèque algérienne a organisé, mercredi, une rencontre-débat autour de la production du film documentaire El-Gosto, dont le sujet se rapporte à l?histoire du genre musical chaâbi, et ce en présence de la réalisatrice Safinez Bousbia.
La rencontre a été enrichie ? et soutenue ? par la projection d?un film présentant le projet que Safinez Bousbia entreprend de réaliser. «Ce film n?est pas le documentaire lui-même», précise-t-elle. «Ce n?est que l?idée du projet pour le promouvoir et soutenir mon entreprise auprès des partenaires financiers», ajoute-t-elle. Le film projeté et qui n?est donc qu?un aperçu de cette vaste action culturelle, raconte la rencontre d?anciens musiciens du chaâbi ayant marqué leur époque, celle des années 1940 jusqu?aux années 1970.
Le film nous montre des lieux, ceux de La Casbah, et des gens qui ont occupé ces lieux de mémoire. Des lieux et des gens oubliés, cependant. Oubliés de tous, et surtout de la plupart des Algérois (en particulier les jeunes générations), devenant ainsi les oubliés de l?art, de l?histoire, de l?Algérie.
Ces artistes, qui se sont voués au chaâbi, qui lui ont donné ses lettres de noblesse, déplorent la situation dans laquelle ils se trouvent : dénuement moral et matériel.
«L?initiative est excellente», déclarent Ahmed El-Barnaoui, Mohamed Laâgab et El-Hadi El-Anka présents à la rencontre. «Car cela a permis aux anciens musiciens du chaâbi de se revoir après trente années de séparation, mais cela permet aussi de faire connaître le chaâbi, son origine et ses pionniers.»
El-Gosto n?est pas seulement un film sur des hommes et des lieux, il est également un retour ? nostalgique ? sur les traces du chaâbi, notamment sur ceux qui l?ont impulsé et rendu populaire, en l?insérant dans le patrimoine culturel algérien.
Le chaâbi d?antan tel qu?il était pratiqué, et le chaâbi d?aujourd?hui, tel qu?il est présenté, ne sont certainement pas les mêmes. Un fossé les sépare. «C?est vrai que le chaâbi a changé», disent-ils, ajoutant que «pour vivre, la musique doit avoir un environnement social et culturel.» Le chaâbi est d?abord une fresque : c?est une pratique, un rituel, une musique s?inscrivant dans un contexte culturel bien déterminé.
De l?ancien chaâbi ne subsiste, aujourd?hui, que la mélodie. Tout a disparu, s?est effiloché au fil des ans. El-Gosto se veut également une prise de conscience, c?est-à-dire un appel lancé aux compétences concernées en vue de considérer le chaâbi (et la culture musicale en général) dans un discours de préservation, et donc l?urgence de réhabiliter les anciens musiciens du chaâbi encore vivants afin de léguer leur savoir aux jeunes générations, car il est en déperdition. La problématique d?El-Gosto est de savoir s?il y a vraiment une relève après ceux qui étaient les disciples du maître El-Hadj M?hamed El-Anka.
«Il y a une relève, timide certes, mais elle existe, il suffit seulement de l?encourager et de lui créer une environnement favorable à son accomplissement», Mais tous s?accordent à dire qu?entre l?ancienne et la nouvelle génération, il y a une différence. «Les chanteurs de chaâbi sont des artistes, l?art est inné chez eux, mais ils sont loin d?être des professionnels», souligne El-Hadi El- Anka.
Quant à Safinez Bousbia, elle lance un appel aux sponsors sollicitant leur aide pour venir soutenir financièrement la réalisation de la deuxième partie de son film. «La première partie était un autofinancement, et il se trouve que je n?ai plus les moyens de mener à terme mon projet, J?appelle donc au soutien des pouvoirs publics, des entreprises tant étatiques que privées, et je les invite à s?impliquer dans mon action culturelle, car il s?agit d?un travail de mémoire, puisque le chaâbi n?est pas seulement une musique, il est aussi une culture et un patrimoine, ce sont des noms et des lieux, c?est donc une histoire, celle de l?Algérie ? notamment pendant la colonisation», explique-t-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.