Des détenus d'opinion quittent la prison, d'autres condamnés à des amendes    Raffinerie d'Alger: mise en service des unités de production    Real : Hazard face à un choix compliqué    L'ancien chef du protocole de Bouteflika en prison    Conseils d'éthique pour l'université    Lait subventionné, la pénurie perdure    Pourquoi un Parlement en Iran ?    Du monde unipolaire à l'avènement d'un nouveau monde multipolaire (2e partie)    Fraude et irrégularités à la présidentielle au Togo    Libye : Haftar avance ses pions dans l'ouest amazigh    Bernie Sanders favori pour affronter Donald Trump    Communiqués poussés par des vents contraires et panique chez les PPE    Enfin le derby de la capitale !    Farès rejoue six mois plus tard    Rentrée professionnelle: la nomenclature de la formation étoffée par 4 nouvelles spécialités    Hasna El Becharia en concert à Alger    ...Sortir ...Sortir ...Sortir ...    «Un solfège thématique»    Participation du film Synapse au Festival de Louxor    L'ANFC interpelle le chef de l'Etat et le ministre de la Justice    Tibane rend hommage à Rachid Talbi    Un représentant du FMI souligne une "vraie volonté de changement" de la situation économique    Congestion routière à Alger: plus de 100 points noirs recensés    Coronavirus : Onze villes en quarantaine en Italie    Afrique de l'Ouest : Les organisations terroristes «coordonnent» leurs opérations    Enamarbre de Skikda : Les travailleurs exigent le départ du Directeur    Adoption de la stratégie d'adaptation de la communication gouvernementale à la nouvelle situation    La révision de la Constitution intervient pour satisfaire les revendications du Hirak    Boxe/Tournoi pré-olympique (4e j): Abdelli en quarts de finale    Le coronavirus menance les prochains matchs de l'Inter Milan    MO Béjaïa : Les Crabes toujours menacés    Journée nationale du patrimoine : La Casbah célébrée sous le signe du deuil    Criminalité à Boumerdès : Les chiffres inquiétants de la police    Constantine : 12 blessés dans un accident de la route près de l'aéroport    Du lundi au jeudi : Perturbations dans l'alimentation en eau potable    Ooredoo confirme l'expulsion du PDG de sa filiale algérienne    Tebboune préside un Conseil des ministres    Handball - O. Maghnia: Les frontaliers qualifiés au play-off    La réforme de l'administration au pas de charge ?    Grève des PNC: Des poursuites disciplinaires contre 200 travailleurs d'Air Algérie    Benfreha: 1.000 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Ras El Aïn: Des terrains désaffectés transformés en décharges de déchets inertes    Time is money ?    Le 53 ème vendredi de la contestation populaire à Sétif. Un an déjà    Makri réitère le soutien du MSP    Une loi sur les religions ravive les tensions du passé    Il a atteint 1,9 % en janvier    Le groupe Ooredoo confirme l'expulsion de Nickolai Beckers    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Formation : l'université à la traîne
Publié dans Info Soir le 26 - 01 - 2008

Manque n Le constat a été fait par l'Ordre national des pharmaciens : les universités algériennes ne forment pas des diplômés en pharmacie industrielle.
Sur les 10 départements de pharmacie qui existent sur tout le territoire national, aucune (faculté) n'assure une formation dans cette spécialité. Même celle de médecine d'Alger, la plus ancienne en Afrique (elle remonte au XIXe siècle), a exclu cette formation. Pourtant, ce ne sont pas les besoins qui manquent en la matière.
Selon la réglementation en vigueur dans le secteur de la santé, pour pouvoir monter une unité de production de médicament, l'initiateur du projet doit avoir une qualification dans la pharmacie industrielle.
L'enjeu est important : aider à promouvoir l'industrie pharmaceutique nationale. La question qui se pose : pourquoi l'Algérie ne forme-t-elle pas des pharmaciens industriels ? Autrement dit : quelle importance accorde-t-on au développement de la production nationale ? Le président de l'Ordre national des pharmaciens ne se fait pas d'illusions : «la filière a été initiée une fois, mais elle a été suspendue une année après, sans qu'on puisse savoir pourquoi. Il y a des personnes qui ne veulent pas qu'on forme des pharmaciens industriels.» Ces personnes, argue-t-il, auraient peur de perdre le monopole en restant les seules diplômés sur le terrain. La relation entre l'importation des médicaments et la suppression de cette formation est aussi évoquée.
Ce constat a été réitéré à l'occasion d'un colloque international organisé à la fin du mois d'octobre à Alger par l'union nationale des opérateurs de pharmacie (Unop). Dans sa déclaration d'ouverture des travaux du colloque, Ammar Ziad, a dit : «L'Algérie accuse un retard considérable dans le domaine de la formation de cadres, et encore plus dans la formation des cadres spécifiques à l'industrie pharmaceutique. C'est certainement un point fondamental qui requiert toute l'attention, le développement de l'industrie pharmaceutique étant actuellement, aussi un problème de ressources humaines qualifiées.» Et d'ajouter : «A ce jour, il n'existe pas de chaire de pharmacie industrielle, ni de centre de formation pour les techniciens afin d'assurer le bon fonctionnement des unités pharmaceutiques.
Parallèlement, l'université produit chaque année des centaines de pharmaciens généralistes sans débouché.»
Le paradoxe a été relevé par l'Ordre national des pharmaciens : «Le nombre de pharmaciens dirigeants d'entreprise dans la distribution et l'industrie pharmaceutique est paradoxalement moins important qu'il ne l'était à l'époque du monopole d'Etat.»
A ce sujet, l'Ordre recommande de déployer «un énorme effort dans la formation universitaire initiale par le renforcement des moyens pédagogiques et matériels, l'introduction de nouvelles disciplines (pharmacie clinique, sémiologie, etc.) et de nouvelles filières de spécialisation (pharmacie industrielle …).»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.