Le groupe parlementaire du FLN met la pression    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Terres agricoles : Retrait de 50 000 hectares à Ali Haddad    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Ce que votre façon de marcher dit de vous    Real : Zidane saute sur l'occasion pour Mbappé    Tribunal militaire de Blida : Saïd Bouteflika, les généraux Mediène et Tartag et Louisa Hanoune restent en prison    L'OPEP pourrait prolonger son accord en juin prochain : Le pétrole atteint près de 73 dollars le baril    Un sandwich au pain de la galette    Vers l'impasse    Pour récupérer plus de 3 milliards de DA de créances: La SEOR accorde un échéancier aux «mauvais payeurs»    Conservation des forêts: 50 chasseurs en stage pour l'obtention du permis de chasse    L'HUMILITE SOURCE DE CREDIBILITE    Les pénalités de retard    Bensalah à l'occasion de la Journée nationale de l'étudiant : "La réussite de la transition exige d'immenses efforts de tous"    Afin de mettre fin à la crise : "La tenue de l'élection présidentielle est primordiale" affirme Gaïd Salah    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    La vision de Xi sur les civilisations inspire de l'espoir pour l'avenir de l'humanité    Les craintes d'un conflit toujours vives    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    12 jihadistes présumés tués dans des opérations de police    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    Chine La banque centrale met en garde contre les incertitudes économiques mondiales générées par les frictions commerciales    Chettih fait les éloges de Cherrad    Ibbou battue en finale par Molinaro    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Qui aura le dernier mot de la saison 2018-2019 ?    Ghoulam et Ounas retenus dans la liste élargie    Les joueurs en grève avant le match de la «survie» face au MCA    Un fléau politique    On prépare "l'électricité" estivale    Le mouvement populaire se mêle de tout    L'appel des trois suscite toujours des réactions    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    La nouvelle scène Chaâbi continue d'animer Alger    CLASSEMENT ANNUEL ETABLI PAR L'HEBDOMADAIRE JEUNE AFRIQUE : Le Peuple algérien le plus influent d'Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fonds filmique
Menace sur le patrimoine
Publié dans Info Soir le 27 - 01 - 2008

Constat n Le fonds filmique déposé à l'étranger est menacé par manque d'entretien.
Evoquer le cinéma en Algérie, c'est relever, ici et là, les différents problèmes inhérents à ce secteur, à savoir l'absence d'infrastructures chargées de la production, de la réalisation et de la diffusion du produit cinématographique notamment en pellicule. Il faut y ajouter, l'absence également de salles de cinéma, et l'inexistence d'école de cinéma.
Il se trouve néanmoins que parmi toutes ces questions liées à la problématique du cinéma on en occulte une, celle du patrimoine filmique algérien. On parle effectivement souvent – et d'ailleurs d'une manière récurrente – de toutes ces difficultés, mais à aucun moment, on aborde la question du patrimoine filmique. Qu'en est-il donc de cette réalité ?
Le patrimoine filmique continue d'être conservé dans des laboratoires étrangers – en Suisse… La location coûte chère et l'accès à cet héritage pose parfois des problèmes.
La question de la récupération et de la préservation du fonds filmique se pose alors sérieusement. Force est de rappeler qu'à l'occasion de «Djazaïr 2003, l'année de l'Algérie en France», l'Algérie a dû négocier l'accès à son patrimoine filmique. En plus, elle a payé en euro pour en faire des copies. Certains négatifs ont été endommagés, pour manque notamment d'entretien. C'est le cas du film Tahia Ya Didou de Mohamed Zinet. Certaines séquences du négatif du film fragilisés par le temps partent en lambeaux. C'est pour cette raison que l'opération de développer le négatif a été renouvelé délicatement à trois reprises. Le résultat n'était pas tout à fait concluant.
En effet, préserver les négatifs des films dans les conditions exigées par leur conservation ne suffit certainement pas. L'entretien permanent s'avère nécessaire pour une meilleure et efficace sauvegarde de ce patrimoine.
Si les négatifs des films se trouvent déposés dans des laboratoires étrangers, c'est parce que l'Algérie n'a pas envisagé, à l'époque de l'effervescence cinématographique, de créer ses propres infrastructures chargées de développer les négatifs des films, de former des gens à ce métier. Toute production cinématographique était développée à l'étranger : Italie, Yougoslavie…
Ainsi, le patrimoine filmique qui se révèle la mémoire en image d'un pays est menacé de déperdition. D'où l'urgence de la rapatrier. Il se trouve toutefois que l'Algérie ne dispose pas de moyens logistiques capables de recueillir ce patrimoine et de l'entretenir. D'abord, il n'y a pas de gens spécialisés dans le métier de développement des négatifs et de restauration, et ensuite il n'y a pas d'équipements susceptibles d'héberger ce fonds filmique.
Le ministère de la Culture envisage toutefois d'inscrire pour l'année 2008, et cela dans le cadre de la nouvelle loi de finances, une étude d'un projet portant sur la réalisation d'un blockhaus à Alger.
Alors que notre mémoire se décompose, aucune mesure urgente n'est prise pour la réhabiliter. On en est encore en phase d'étude ! Alors que des sommes faramineuses sont dépensées, dilapidées dans des projets s'avérant d'aucune rentabilité, l'héritage filmique de l'Algérie risque de disparaître à jamais. A quand alors une réelle prise de conscience ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.