La gendarmerie sera chargée d'enquêter    "Il est urgent de développer l'agriculture, l'agroalimentaire et le tourisme en Algérie"    L'Algérie, une "puissance de paix et d'équilibre"    Enlisement du conflit    Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    46 nouveaux cas enregistrés à Tindouf    Quel plan préventif pour l'Algérie ?    Une foule nombreuse accompagne Loubna Belkacemi à sa dernière demeure    Le Président Tebboune reçoit le ministre français des Affaires étrangères    Coupe du Monde 2022 (Zone Afrique): tirage au sort favorable pour l'Algérie    Khenchela : nécessité de la prévention pour se prémunir des asphyxies au monoxyde de carbone    Un tournoi de futsal dans la ville de Laâyoune est une "pure décision politique"    Benbouzid: une commission d'inspection à El Oued pour évaluer les services de santé    Vers l'élimination du problème de spéculation sur le prix du lait en sachet    Karim Tabbou maintenu en prison    SUR INSTRUCTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Envoi d'une caravane d'aides humanitaires en Libye    LUTTE CONTRE LA CRIMINALITE : 43 personnes arrêtées à l'extrême-sud du pays    BISKRA : Démantèlement d'un réseau de faussaires de monnaie    Saisie d'une importante quantité de kif    ACCIDENTS DE LA ROUTE : Tebboune ordonne la tenue d'un Conseil interministériel    JSK: Mellal condamné à 6 mois de prison ferme    Une réduction certes, mais la facture toujours aussi lourde    Cinq projets réalisés en 2019    Une quarantaine de walis concernés    Le MSP propose l'intégration du Hirak dans le préambule    Une base de l'ONU ciblée par des terroristes    Le PLD annonce sa participation    Le parquet requiert des peines de 1 an et de 18 mois de prison ferme    Des dizaines de manifestants blessés en Irak    L'état d'urgence renouvelé pour trois mois    Omari examine avec des représentants des Chambres d'agriculture le dossier des coopératives agricoles    ACTUCULT    Projection de "12 hommes en colère" à la cinémathèque de Béjaïa    "Il faut un plan pour sauver notre patrimoine culturel"    La Révolution racontée par Sid Ali Abdelhamid    L'UA réitère la position commune de l'Afrique sur le cessez-le-feu en Libye    «Il n'y a pas de plan B, ça sera au Cameroun»    MOB : Préparation perturbée    MC Oran : Un mercato hivernal tristounet    Aïn Témouchent : Réduction drastique du nombre de départs à la retraite    Scène artistique algérienne : Décès de l'artiste Loubna Belkacemi    Salon du livre à Tizi Ouzou : Réconcilier le public avec la lecture    Le sg de l'UGTA Annaba dépasse les bornes, il agresse et chasse les syndicalistes    L'APN examine la levée d'immunité d'un député    Le NCM et le PAC se neutralisent    Le mouvement des entraîneurs supplante celui des joueurs    Le COA demande à la CAF d'éviter «tout acte entravant l'action de l'ONU»    Un court-métrage tourné à Oran sélectionné    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Fonds filmique
Menace sur le patrimoine
Publié dans Info Soir le 27 - 01 - 2008

Constat n Le fonds filmique déposé à l'étranger est menacé par manque d'entretien.
Evoquer le cinéma en Algérie, c'est relever, ici et là, les différents problèmes inhérents à ce secteur, à savoir l'absence d'infrastructures chargées de la production, de la réalisation et de la diffusion du produit cinématographique notamment en pellicule. Il faut y ajouter, l'absence également de salles de cinéma, et l'inexistence d'école de cinéma.
Il se trouve néanmoins que parmi toutes ces questions liées à la problématique du cinéma on en occulte une, celle du patrimoine filmique algérien. On parle effectivement souvent – et d'ailleurs d'une manière récurrente – de toutes ces difficultés, mais à aucun moment, on aborde la question du patrimoine filmique. Qu'en est-il donc de cette réalité ?
Le patrimoine filmique continue d'être conservé dans des laboratoires étrangers – en Suisse… La location coûte chère et l'accès à cet héritage pose parfois des problèmes.
La question de la récupération et de la préservation du fonds filmique se pose alors sérieusement. Force est de rappeler qu'à l'occasion de «Djazaïr 2003, l'année de l'Algérie en France», l'Algérie a dû négocier l'accès à son patrimoine filmique. En plus, elle a payé en euro pour en faire des copies. Certains négatifs ont été endommagés, pour manque notamment d'entretien. C'est le cas du film Tahia Ya Didou de Mohamed Zinet. Certaines séquences du négatif du film fragilisés par le temps partent en lambeaux. C'est pour cette raison que l'opération de développer le négatif a été renouvelé délicatement à trois reprises. Le résultat n'était pas tout à fait concluant.
En effet, préserver les négatifs des films dans les conditions exigées par leur conservation ne suffit certainement pas. L'entretien permanent s'avère nécessaire pour une meilleure et efficace sauvegarde de ce patrimoine.
Si les négatifs des films se trouvent déposés dans des laboratoires étrangers, c'est parce que l'Algérie n'a pas envisagé, à l'époque de l'effervescence cinématographique, de créer ses propres infrastructures chargées de développer les négatifs des films, de former des gens à ce métier. Toute production cinématographique était développée à l'étranger : Italie, Yougoslavie…
Ainsi, le patrimoine filmique qui se révèle la mémoire en image d'un pays est menacé de déperdition. D'où l'urgence de la rapatrier. Il se trouve toutefois que l'Algérie ne dispose pas de moyens logistiques capables de recueillir ce patrimoine et de l'entretenir. D'abord, il n'y a pas de gens spécialisés dans le métier de développement des négatifs et de restauration, et ensuite il n'y a pas d'équipements susceptibles d'héberger ce fonds filmique.
Le ministère de la Culture envisage toutefois d'inscrire pour l'année 2008, et cela dans le cadre de la nouvelle loi de finances, une étude d'un projet portant sur la réalisation d'un blockhaus à Alger.
Alors que notre mémoire se décompose, aucune mesure urgente n'est prise pour la réhabiliter. On en est encore en phase d'étude ! Alors que des sommes faramineuses sont dépensées, dilapidées dans des projets s'avérant d'aucune rentabilité, l'héritage filmique de l'Algérie risque de disparaître à jamais. A quand alors une réelle prise de conscience ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.