"Je paie ma candidature à la présidentielle"    Abdelkader Bensalah s'est éteint à l'âge de 80 ans    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'offre se resserre    Rentrée scolaire perturbée à Béjaïa    La décrue renforce les réticences    Grand projet pour la culture du colza    L'Algérie ferme son espace aérien au Maroc    L'Isacom dénonce l'arrestation de militants sahraouis    Le groupe paramilitaire russe Wagner fait peur à Pari    Vers la résiliation du contrat de l'entraîneur tunisien    Ali Larbi Mohamed signe pour quatre saisons    La sélection algérienne boucle son stage d'évaluation    La Casnos explique ses mesures exceptionnelles    182 agressions contre le réseau gazier cette année    Bekkat plaide pour le rattachement de la sécurité sociale à la Santé    Sauce aux fines herbes    La montée des extrémismes    La France déchirée?    Haut Conseil de Sécurité: L'espace aérien algérien fermé aux avions marocains    Tébessa: La bataille d'El Djorf revient    Bouteflika, héros tragique de l'Algérie    L'ONU débloque 8,5 millions de dollars américains pour aider le Niger    Trois projets innovants au concours national de l'entrepreneuriat    Renault signe un contrat avec la Bourse de l'Ouest    Les préoccupations locales dominent    Griezmann n'y arrive toujours pas    14 joueurs recrutés et la liste encore ouverte    Pas trop de choix pour le CRB, l'ESS, la JSK et la JSS    Boulahia s'engage avec l'Emirates Club    Tuchel ne lâche pas Werner    Salah Goudjil, président du Conseil de la nation    Lumière sur les zones d'ombre    La pénurie en eau potable était évitable    Annaba a trouvé la parade    Une saignée inévitable    18 et 36 mois de prison requis contre deux agents    MERIEM    Cinglant revers du makhzen    L'Algérie ferme son espace aérien avec le Maroc    Ici, ailleurs, de Borges à El-Harrach    "LA LITTERATURE NOURRIT L'IMAGINAIRE ET FAÇONNE UN INDIVIDU LIBRE"    De quoi la littérature est-elle le nom en Algérie ?    «Ma renaissance en couleurs...»    Elle est accusée de conflit d'intérêts    Tayeb était calme et juste    Abdelkader Bensalah n'est plus    12 éléments de soutien au terrorisme en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mohamed Harbi
Une œuvre en débat
Publié dans Info Soir le 31 - 01 - 2008

Histoire n L'œuvre de Mohamed Harbi était, mercredi à Oran, au centre d'un colloque international.
Consacrée à cet historien algérien «à contre-courant», cette manifestation a été initiée par la fondation culturelle Avempace institution.
Cette rencontre, tenue en présence de Mohamed Harbi, a notamment permis aux participants de mettre en relief la méthodologie spécifique à l'historien dans sa quête mémorielle.
Le mode de connaissance qu'affectionne Harbi lui a permis «d'imposer en France la Guerre d'Algérie comme un objet historique digne d'intérêt», a souligné le président d'Avempace, Houari Touati.
L'œuvre de Harbi est à l'origine «de grandes avancées dans la reconnaissance du fait colonial», a estimé M. Touati dans son allocution d'ouverture expliquant le «pourquoi» de cette rencontre. L'œuvre, objet du colloque, participe, a fait observer l'organisateur de la rencontre, «au mouvement de la recherche de l'authenticité, à contre-courant de l'approche de nombre d'analystes qui s'étaient limités à aborder quelques segments de l'histoire». Abondant dans le même sens, les conférenciers sont unanimes à décrire l'entreprise Harbi comme un exercice consistant à «faire sortir de l'oubli les acteurs historiques, et comme une œuvre appelant à l'ouverture vers l'universel». L'historien économiste, Menaouar Merrouche de l'université d'Alger, a, quant à lui, établi le parallèle entre le parcours de Harbi et celui de plusieurs écrivains arabes qui s'étaient heurtés «à ceux qui veulent faire de l'histoire une fiction». «La justesse du combat de Harbi a échappé aux tenants de la critique», a relevé, pour sa part, Gilbert Meynier, de l'université de Lyon (France), auteur de plusieurs publications sur l'histoire de l'Algérie. «Mohamed Harbi a rempli avec sérieux son contrat d'historien à l'égard de son pays, c'est une figure-clé de l'historiographie contemporaine», a souligné en substance, M. Meynier. Dans un bref entretien à la presse, M. Harbi a, de son côté, réitéré sa conviction quant à la nécessité de «faciliter l'accès de l'historien aux documents à caractère historique, conformément au principe de territorialité des archives». Cette rencontre se poursuivra demain et aujourd'hui, jeudi, avec la participation d'autres spécialistes algériens et étrangers, dont Benjamin Stora, de l'Institut des langues et cultures orientales de Paris (France).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.