Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afrique et Asie : l'accouchement tue 500 000 femmes /an
Publié dans Info Soir le 15 - 01 - 2009


Le Fonds des nations unies pour l'enfance (Unicef) a souligné, ce jeudi, que la grossesse et les difficultés éprouvées pour l'accouchement constituent les principales causes de mortalité maternelle et infantile dans les deux continents africain et asiatique. En moyenne, 1 500 femmes meurent chaque jour à cause de leur grossesse ou de l'accouchement, soit un demi-million par an. Un quart de ces femmes meurent d'hémorragies, 15% d'infections, 13% de complications liées à un avortement, 12% d'éclampsie (dérèglement du métabolisme qui se traduit par de l'hypertension et des convulsions) et 8% d'obstruction au travail. Ces décès ont un impact sur la mortalité néonatale qui survient dans la période au cours de laquelle l'enfant est le plus vulnérable, soit les 28 jours après la naissance. «Les bébés dont la mère meurt dans les six premières semaines de la vie risquent beaucoup plus de décéder avant leur deuxième anniversaire que ceux dont la mère a survécu.» L'Unicef souligne toutefois qu'«environ 80% des décès maternels pourraient être évités si les femmes avaient accès à des soins de santé primaires ou obstétricaux essentiels». Les femmes vivant dans les pays les moins avancés risquent 300 fois plus que celles des pays industrialisés de mourir de complications liées à la grossesse ou à l'accouchement, précise le rapport. Le risque de décès maternel sur une vie entière est de un sur sept au Niger contre un sur 47 600 en Islande, illustre le rapport.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.