Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Festival culturel panafricain
Donner une nouvelle image de l'Afrique
Publié dans Info Soir le 24 - 03 - 2009

Communication n Le rôle des médias dans la connaissance des cultures africaines est mis en exergue en prévision du Festival panafricain.
Le rôle important des médias africains dans la couverture du 2e Festival culturel panafricain prévu à Alger du 5 au 20 juillet, a été mis en exergue, lundi, à l'occasion de l'ouverture de la réunion technique regroupant les responsables des médias lourds africains.
«Une telle rencontre permettra aux professionnels des médias de réfléchir sur la meilleure manière de valoriser notre prochain festival», a indiqué Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, soulignant «la responsabilité» qui leur incombe «dans la construction de l'image que l'Afrique veut donner au monde».
«Le succès du Festival panafricain d'Alger requiert, tout naturellement, la synergie de tous les acteurs et la participation de tous. Les médias ont, dans ce cadre, un rôle fondamental à jouer dans la mobilisation des efforts et la couverture de cet important événement et, partant, dans la promotion de la culture africaine et la consolidation de notre patrimoine culturel», a ajouté M. Medelci.
De son côté, Mme Khalida Toumi, ministre de la Culture, a insisté sur le rôle des médias dans la couverture de cet événement et mis en valeur «le développement prodigieux» des technologies de l'information de la communication qui «nous permet de porter la voix de l'Afrique sur l'ensemble de la planète en montrant notre capacité à organiser de grands événements dans des normes et standards internationaux sans recourir au savoir-faire occidental». «Nous avons confiance en nos moyens et nos compétences et nous savons que l'Afrique peut relever de grands défis (...)», a affirmé Mme Toumi, ajoutant : «Nous voulons partager avec les peuples du continent, grâce aux médias, cette immense liesse populaire et ces moments de bonheur que seule la culture est capable de produire de nos jours.»
Les professionnels des médias africains ont discuté, lors de cette rencontre, des moyens et techniques nécessaires pour assurer une large couverture médiatique de la 2e édition du Festival culturel panafricain.
La rencontre, baptisée «Médias-Afrique», a vu la participation de responsables de médias (télévisions, radios et agences de presse) en provenance d'une quinzaine de pays africains.
Il est à rappeler que le 2e Festival culturel panafricain sera placé sous le signe de «la renaissance et du renouveau africains».
Un programme dense et riche l Le programme de cette manifestation sera riche, dense et varié. Il comprendra des concerts de musique traditionnelle, moderne, «diwan», jazz et de la musique symphonique. Au volet cinéma, est prévue notamment la projection de 2 documentaires sur l'Algérie et les mouvements africains de libération, d'un documentaire sur le rôle moteur de l'Algérie dans la mise en place du Nepad, de 12 courts métrages, chacun signé par les plus grands noms du cinéma africain, ainsi que d'un documentaire relatant les meilleurs moments du 2e Festival culturel panafricain. De nombreux espaces accueilleront, par ailleurs, des spectacles de danse et de chorégraphie ainsi que des troupes de danses folkloriques. Sont prévus également des colloques sur l'histoire et le patrimoine africain. Figurent également dans le programme des représentations théâtrales. Le festival sera aussi l'occasion d'éditer 200 titres d'auteurs africains et d'organiser des résidences d'écriture et de création de bandes dessinées. Les arts visuels seront présents notamment à travers des expositions d'art contemporain africain, de design africain, de photographies d'art contemporain africain. Le 2e Festival culturel panafricain verra la participation de la quasi-totalité des pays membres de l'Union africaine ainsi que des pays abritant une diaspora d'origine africaine (Etats-Unis, Caraïbes, Amérique latine) soit quelque 8 000 personnes. Les festivités, qui seront toutes gratuites, se dérouleront, à Alger, et dans les wilayas limitrophes (Tipaza, Blida et Boumerdès), ainsi que dans d'autres wilayas du pays et seront marquées par une cérémonie populaire sous forme de parade dans les rues d'Alger le 4 juillet et une cérémonie officielle le 5 juillet 2009.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.