La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le football mondial dans la tourmente
Les élections de la Fifa se dérouleront aujourd'hui
Publié dans La Tribune le 31 - 05 - 2011

La situation est tellement tendue que la fédération anglaise a demandé, hier, le report de cette élection. Ajoutant à cela les menaces de boycott de ce congrès lancées par certains membres de la Confédération asiatique qui veulent, par ce geste, exprimer leur soutien au Qatari Bin Hammam, qui était candidat à la présidence de la Fifa avant de se retirer il y a de cela trois jours. La planète football va mal. Très mal même. Il est pratiquement sûr que cette élection ne sera pas reportée, comme le souhaite la fédération anglaise, dont le président a indiqué d'ailleurs qu'il s'abstiendrait de voter et que Blatter sera reconduit. Il est également clair que certaines parties, en lançant des accusations de corruption ou autre, ne veulent en fin de compte que prendre une «revanche» sur des personnes qu'ils jugent responsables de leur élimination de la course pour l'organisation des mondiaux 2018 et 2022 attribués respectivement à la Russie et au Qatar. Il s'agit principalement de l'Angleterre, pour 2018, et de l'Australie, pour 2022. Ces deux pays ont vécu leur élimination comme une «humiliation». Mais le fait est que la multiplication de ces accusations de corruption renseigne sur le fonctionnement d'une instance décriée depuis plusieurs années déjà. A ce titre, il est sans rappeler la polémique qui a suivi la sortie, en 2006, du livre du journaliste britannique Andrew Jennings, intitulé Carton rouge ! : Les dessous troublants de la FIFA. Celui-ci avait évoqué déjà à l'époque ces pratiques.
En tout état de cause, Blatter va inéluctablement arracher aujourd'hui un quatrième mandat. Seul en course, ses opposants, qui peuvent éventuellement se compter parmi les membres de la Confédération asiatique en plus de l'Australie et de l'Angleterre, ne constitueraient nullement une majorité. Mais ce sera le mandat de trop. Les choses ne vont certainement pas s'arrêter là. Et ce n'est pas son programme «Tolérance zéro» contre la corruption qui va apaiser les esprits. Le Suisse est à la tête de la Fifa depuis 1998. Si celui-ci a le «mérite» d'avoir pesé de tout son poids pour «ramener» la Coupe du monde en Afrique, il est également «responsable» des déviations ou dérives financières de l'instance internationale ou de quelques-uns de ses membres, ne serait-ce que par l'absence de réactions adéquates de sa part. En dernier lieu, il est utile de rappeler que Mohammed Bin Hammam, président de la Confédération asiatique, s'était porté candidat à l'élection de la présidence de la Fifa, avant de retirer sa candidature, dans la nuit de samedi à dimanche dernier. Le lendemain, il a été suspendu «le temps d'une enquête interne de la Fifa» par le comité d'éthique, «sur une fraude présumée liée au scrutin».
En d'autres termes, Bin Hammam ne pourra même pas participer au scrutin d'aujourd'hui, à moins que sa suspension soit levée à la dernière minute. La même suspension a été prononcée à l'endroit du président de la Concacaf (Confédération de football d'Amérique du Nord et centrale), Jack Warner. Ces deux personnalités sont accusées d'avoir offert des «cadeaux» à des fédérations en échange de leurs «voix» lors du congrès de la Fifa. Entre temps, Bin Hammam et Warner ne se laissent pas faire en multipliant les accusations à l'endroit de Blatter ou même de Jérôme Valcke, le secrétaire général de la Fifa.
Election classique ou par acclamation ?
Le congrès de la Fifa à Zurich doit élire aujourd'hui son président : comme il ne reste plus qu'un seul candidat en lice, Joseph Blatter, président sortant, se pose la question de l'élection avec vote classique ou par acclamation, prévue dans les statuts.
Qui vote ?
En théorie, chacune des 208 fédérations qui composent la Fifa dispose d'une voix et vote. Mais cette année, seules 205 fédérations vont voter. Un règlement stipule qu'une fédération qui n'a pas participé à deux compétitions sous l'égide de la Fifa dans les quatre dernières années ne peut pas voter. C'est le cas de trois petites fédérations, Brunei, Sao Tomé et Montserrat.
Comment se passe le vote ?
Si le vote classique est décidé, 2/3 des votes sont exigés au premier tour pour la majorité. La majorité absolue est nécessaire au second tour. M. Blatter est sûr d'être élu. L'intérêt d'un vote avec un seul candidat est de savoir si le nombre des opposants grandit ou pas.
Qu'est-ce que l'acclamation ?
Il est prévu, dans les statuts de la Fifa, comme dans ceux de l'UEFA, que, lorsqu'il y a un seul candidat, le vote puisse se faire par acclamation, c'est-à-dire applaudissements des membres du congrès. Cette procédure est proposée aux membres du congrès, qui rassemble les 208 fédérations. C'est de cette façon que Blatter avait été réélu il y a quatre ans. Et plus récemment, c'est comme cela qu'a été aussi réélu en mars dernier à Paris Michel Platini, président de l'UEFA. Cette procédure devrait être privilégiée


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.