Blida: 3 blessés lors de l'opération d'extinction des incendies de forêt à Chréa    Coronavirus: 1305 nouveaux cas, 602 guérisons et 16 décès    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    Décès du metteur en scène Hassan Assous    Soudani s'engage avec Damac FC    JO - Judo : Fethi Nourine suspendu par la fédération internationale de judo    Arrivée d'experts chinois pour inspecter les équipements de Saidal    La FAF procédera à une désignation des quatre équipes pour les coupes africaines    La crise sanitaire alimente le différend au sommet de l'état tunisien    L'ANCIEN MINISTRE DE L'INDUSTRIE MAHMOUD KHOUDRI N'EST PLUS    L'ambassade d'Algérie à Paris dépose plainte    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    Plein gaz pour Medgaz    LES FOURNISSEURS FRANÇAIS S'INTERROGENT    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    L'IMAM VOLONTAIRE DE LA MOSQUEE DE M'KIRA ASSASSINE    Journées portes ouvertes à l'université Yahia-Farès    ALGER RIPOSTE    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Ahmed Yahya énonce les critères de participation    Prêtez votre téléphone sans stresser    Larbi Houari emporté par le Covid-19    Le Makhzen viole les fondements des relations algéro-marocaines !    Qui dirige le Maroc ?    La campagne de vaccination gagne en cadence    375 personnes hospitalisées au niveau de la wilaya de Béjaïa    Pâtes gratinées à la viande hachée    Les Relizanaises en conquérantes à Berkane    Stage de dix jours à Alger    Adieu Hakim, on t'aimait bien    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    61% des candidats au baccalauréat admis à l'université : Les filières littéraires à la traîne    A Kaddour M'hamsadji    Prix du Président de la langue et de la littérature amazighes : Appel à participation    L'absentéisme, tout le monde connaît, mais sinon, le présentéisme, qu'est-ce que c'est ?    Une et indivisible    L'Algérie et le nouvel ordre mondial énergétique    Catastrophe écologique au Yémen    Washington et Baghdad discutent sur la présence militaire américaine    La FAF appelle à une large vaccination    Le président entame des consultations    Fini la politique de l'autruche    Du banal au pas normal?    Les «ripoux», les magistrats et les «privilèges»!    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    «Moussawiri» de l'Algérien Ahmed Tounsi    «Donner de l'espoir grâce à la musique est la meilleure chose que j'ai faite...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les élèves risquent d'être saturés avant les examens en raison des rat
Aïn Defla
Publié dans La Tribune le 04 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
Le débrayage enregistré dans le secteur de l'éducation suite à la grève lancée par des syndicats n'a pas laissé les élèves et leurs parents indifférents, puisque leur colère s'est fait ressentir particulièrement pour les classes d'examen. Si les syndicalistes sont arrivés à obtenir des résultats après leur bras de fer avec la tutelle, cela n'a pas été du goût des élèves, lesquels se sont retrouvés face à un retard important dans les cours.
Au niveau de la wilaya d'Aïn Defla, le mouvement de grève n'a pas eu un effet sur l'ensemble des paliers, d'autant que seules certaines classes du 3e palier se sont retrouvées touchées par cette grève. Pour le moyen et le primaire la situation ne pousse pas à prendre des mesures de rattrapage puisque des enseignants n'ont pas tardé à reprendre le chemin des classes pour ne pas causer des retards pouvant par la suite influer sur eux et sur les élèves. En revanche, pour les lycées, la situation est autre puisque le rattrapage des cours s'impose.
Pour Samir, l'un des élèves pénalisés par la récente situation de gel des cours, cela va perturber ses vacances. «Ce n'est pas moi qui ai fait la grève pour qu'on m'oblige à suivre des cours durant les vacances», dira cet élève avant de poursuivre qu'heureusement cela ne concerne que certaines matières seulement. Pour le lycée situé dans le centre-ville d'Aïn Defla, les élèves sont un peu soulagés d'autant que les enseignants des classes terminale n'ont pas tous répondu à l'appel à la grève. Ainsi le retard semble maîtrisable selon Rayan, un lycéen interrogé à ce sujet. Dans d'autres lycées, la situation semble un peu compliquée et la programmation de cours de rattrapage est nécessaire, comme à Khemis Miliana et ailleurs. Les élèves, quant à eux, sont habitués aux cours de soutien, lesquels sont donnés dans certains cas par les enseignants du même établissement scolaire, mais à leur domicile généralement ou dans des
locaux loués à cet effet. Pour Nabil, il est absolument nécessaire que des
dispositions soient prises pour éviter de surcharger les élèves par des cours
de rattrapage. Dans ce cadre, il préconise que les examens se déroulent sur ce qui a été enseigné sans compter sur les cours de rattrapage. Ce qui, en effet, a été finalement accepté par la tutelle. «De cette manière, la prochaine fois les
syndicalistes vont penser à une autre forme de débrayage sans nuire à la
scolarisation des élèves», estime notre interlocuteur.
Par ailleurs, certains parents d'élèves ont déjà pris toutes les dispositions
pour assurer des cours de soutien à leurs enfants inscrits en classes d'examen. Ce qui a été constaté, c'est que même durant la période de grève les cours de soutien se sont déroulés le plus normalement possible dans différents lieux,
dispensés par les enseignants grévistes et par d'autres. En somme, les élèves et leurs parents attendent que les sujets d'examens soient abordables et que l'administration des établissements scolaires prenne en compte cette situation particulière, laquelle a des conséquences sur différents plans, même psychologique, sur l'élève.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.