De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les élèves risquent d'être saturés avant les examens en raison des rat
Aïn Defla
Publié dans La Tribune le 04 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
Le débrayage enregistré dans le secteur de l'éducation suite à la grève lancée par des syndicats n'a pas laissé les élèves et leurs parents indifférents, puisque leur colère s'est fait ressentir particulièrement pour les classes d'examen. Si les syndicalistes sont arrivés à obtenir des résultats après leur bras de fer avec la tutelle, cela n'a pas été du goût des élèves, lesquels se sont retrouvés face à un retard important dans les cours.
Au niveau de la wilaya d'Aïn Defla, le mouvement de grève n'a pas eu un effet sur l'ensemble des paliers, d'autant que seules certaines classes du 3e palier se sont retrouvées touchées par cette grève. Pour le moyen et le primaire la situation ne pousse pas à prendre des mesures de rattrapage puisque des enseignants n'ont pas tardé à reprendre le chemin des classes pour ne pas causer des retards pouvant par la suite influer sur eux et sur les élèves. En revanche, pour les lycées, la situation est autre puisque le rattrapage des cours s'impose.
Pour Samir, l'un des élèves pénalisés par la récente situation de gel des cours, cela va perturber ses vacances. «Ce n'est pas moi qui ai fait la grève pour qu'on m'oblige à suivre des cours durant les vacances», dira cet élève avant de poursuivre qu'heureusement cela ne concerne que certaines matières seulement. Pour le lycée situé dans le centre-ville d'Aïn Defla, les élèves sont un peu soulagés d'autant que les enseignants des classes terminale n'ont pas tous répondu à l'appel à la grève. Ainsi le retard semble maîtrisable selon Rayan, un lycéen interrogé à ce sujet. Dans d'autres lycées, la situation semble un peu compliquée et la programmation de cours de rattrapage est nécessaire, comme à Khemis Miliana et ailleurs. Les élèves, quant à eux, sont habitués aux cours de soutien, lesquels sont donnés dans certains cas par les enseignants du même établissement scolaire, mais à leur domicile généralement ou dans des
locaux loués à cet effet. Pour Nabil, il est absolument nécessaire que des
dispositions soient prises pour éviter de surcharger les élèves par des cours
de rattrapage. Dans ce cadre, il préconise que les examens se déroulent sur ce qui a été enseigné sans compter sur les cours de rattrapage. Ce qui, en effet, a été finalement accepté par la tutelle. «De cette manière, la prochaine fois les
syndicalistes vont penser à une autre forme de débrayage sans nuire à la
scolarisation des élèves», estime notre interlocuteur.
Par ailleurs, certains parents d'élèves ont déjà pris toutes les dispositions
pour assurer des cours de soutien à leurs enfants inscrits en classes d'examen. Ce qui a été constaté, c'est que même durant la période de grève les cours de soutien se sont déroulés le plus normalement possible dans différents lieux,
dispensés par les enseignants grévistes et par d'autres. En somme, les élèves et leurs parents attendent que les sujets d'examens soient abordables et que l'administration des établissements scolaires prenne en compte cette situation particulière, laquelle a des conséquences sur différents plans, même psychologique, sur l'élève.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.