Affaire Tahkout : poursuite au tribunal de Sidi M'hamed des plaidoiries de la défense    Covid-19: appel à des mesures urgentes pour atténuer l'impact sur l'Afrique    L'adoption par le Conseil de sécurité d'une lettre du Président Ghali comme document officiel irrite le régime marocain    Feux de forêts: plus de 1.888 ha détruits en une semaine    Covid19: 460 nouveaux cas, 308 guérisons et 10 décès en Algérie durant les dernières 24h    APN: Clôture de la session ordinaire 2019-2020    Covid-19 : mobilisation d'un plus grand nombre de lits dans les hôpitaux    Rachad, les harragas et la décennie noire    9 juillet 1962    Benrahma et Brentford à deux points des barrages    Chelsea chasse Leicester du podium    Faut-il avoir peur de la seconde «ouhda» ?    Se sauver ou sombrer    Le ministre des Ressources en eau dévoile la directive du président    «La perte du goût et de l'odorat sont deux symptômes du Covid-19»    «La sensibilisation et le confinement ciblé des zones endémiques sont la clé pour contenir le Covid-19»    Le barrage de Boukourdane face aux aléas du déficit hydrique    Le secteur culturel salue l'aide débloquée pour affronter le coronavirus    Papicha de Mounia Meddour au 9e Festival du cinéma arabe de Séoul    Lancement prochain de la dernière phase de l'aménagement de la Maison de la culture    La FAF tranchera le 15 juillet    Me Meftah : "Deux procès contre Hannachi sont programmés pour le 27 juillet"    Cafouillage administratif et réunions sans résultat    Climat: nouvelle hausse des températures jusqu'en 2024, selon l'ONU    Hommage aux détenus d'opinion algériens à Montréal    Relaxe pour trois activistes du hirak à Béjaïa    Boukadoum met en garde contre la gravité de la détérioration de la situation en Libye    Risque de famine pour 7 millions de personnes en Afrique de l'Est    Plus de 3 000 réfugiés arrivés en Ouganda en trois jours    Le Burkina pris dans une spirale de violence    Pour quelle réorganisation territoriale ?    Cap sur un nouveau plan de relance    Nos prénoms dissimulent tant de guerres et tant de conflits !    "Hourof El Jenna", un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Installation de Mohamed Boukerras au poste de Directeur général de l'ISMAS    Installation du comité d'évaluation des œuvres des candidats au concours du "Prix Ali Maachi" pour les jeunes créateurs    Azazga : Electro-industries dans la zone des turbulences    Football Amateur : Attention au chant des sirènes    Relance du Barrage vert : ce qu'il faut éviter    MO Béjaïa : Hadjar a subi une intervention chirurgicale    Annulation de la CAN-2020 Féminine : Une pétition pour la restauration du tournoi    Libye : Boukadoum plaide pour une solution "opérationnelle et pratique"    Les chouhada sont revenus ce vendredi    Appel à commentaires pour l'élaboration d'une feuille de route    Le passeport Algérien toujoura a la traine    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    Les walis entrent en action    Le Kremlin promet de riposter aux sanctions britanniques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Redéfinir la mission de l'école, une lourde mission
À la charge de la nouvelle ministre, Nouria Benghabrit-Remaoun
Publié dans La Tribune le 10 - 05 - 2014


La nouvelle ministre de l'Education nationale, Mme Nouria Benghabrit-Remaoun, plutôt son nom de jeune fille, suscite de vives réactions sur le net, particulièrement sur le réseau social Facebook. Elle serait juive et certains vont jusqu'à accuser le grand-père de la nouvelle ministre d'avoir été un «agent» de la France. Il est vrai que la dame, qui n'a jamais occupé un poste politique auparavant ni milité dans un quelconque circuit politique, du moins officiellement, dispose d'un bagage intellectuel assez lourd. Elle a été directrice du Centre national de recherche en anthropologie sociale et culturelle (Crasc) d'Oran de 1992 jusqu'à sa nomination à la tête du département ministériel. Titulaire d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en sociologie de l'éducation à l'université d'Oran (1977) et d'un doctorat, toujours dans le même domaine d'études, délivré par l'université de Paris (1982), elle s'est particulièrement spécialisée et chargée de tout qui est «éducation». Ce n'est pas une femme politique, c'est plutôt une technocrate, le domaine et les enjeux de l'éducation sont loin d'être un secret pour elle. De 2003 à 2006, elle a présidé le Comité arabe de l'Unesco pour l'enseignement supérieur. Ses «origines juives» ont toutefois suscité un certain rejet et dénégation. Mais s'il y a lieu de choisir entre elle et celle qui était l'épouse d'El Qaradaoui, en l'occurrence la députée Asma Benkada, que le FLN voulait imposer dans le gouvernement du quatrième mandat, beaucoup diront oui pour «la juive». Après tout, beaucoup de juifs ont sacrifié leur vie pour une Algérie indépendante, soutiennent-ils sur la toile, et Mme Benghabrit semble avoir l'étoffe d'un bon responsable. Un bon «manager». Non pour les «desseins impérialistes» que redoutent certains, mais simplement remettre l'école algérienne sur les rails. Une école qui demeure sinistrée malgré les réformes, plutôt les réformettes, nombreuses et confuses, qui lui ont davantage portée préjudice qu'elles l'ont servie. De cette «éducatrice», «mère de famille», «sociologue», il est surtout attendu d'aplanir les différends entre l'administration centrale et les syndicats autonomes, de façon à arriver à mettre les deux parties autour d'une même table et que tous se considèrent comme de véritables partenaires et non pas des adversaires. Il est aussi souhaité la mise en œuvre d'actions concrètes pour amener les parents d'élèves à adhérer davantage aux projets de l'école et que ces derniers s'impliquent aussi dans l'éducation véritable de leurs enfants. Les collectivités locales devraient aussi être de la partie pour de meilleures conditions de scolarité pour les élèves et de travail pour les enseignants. Les trois ou quatre partenaires doivent travailler de concert pour un véritable projet d'école performante qui réponde aux aspirations de tous, loin de toute question et polémique d'ordre idéologique, comme c'était le cas jusqu'à présent. Les deux ministres, Abdelatif Baba Ahmed et Boubekeur Benbouzid, et ceux qui les ont précédés, ont échoué dans leur mission d'éloigner justement l'école du débat idéologique et, pire encore, de lui faire accomplir sa véritable mission. À la nouvelle ministre de travailler de telle sorte qu'il soit possible de sauver ce qui reste de l'enseignement et de la qualité de l'enseignement en Algérie. Tous les partenaires du secteur sont appelés à travailler sur la base d'une feuille de route qui sera acceptée par tous de façon à ce qu'ils puissent regarder ensemble dans la même direction pour atteindre les mêmes objectifs. Des différends et des divergences de points de vue continueront à exister et c'est tant mieux d'ailleurs, la richesse est dans la diversité des idées, mais que cela ne dépasse pas un certain cadre. Il y va de l'avenir de l'école, des enfants et de l'image de toute l'Algérie. En fait, la principale mission de la nouvelle ministre, en collaboration avec ses partenaires, est de revoir, voire redéfinir, la mission de l'école. C'est une lourde tâche, une lourde responsabilité. K. M.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.