Prolongation de la suspension des cours d'une semaine    Entreprise portuaire de Skikda: hausse de 5% du volume des activités en 2021    Sétif: démantèlement d'un réseau international spécialisé dans le trafic de drogue dure    L'Algérie envoie une 4ème cargaison d'aides humanitaires au Mali    Cour d'Alger: début du procès en appel du général-major à la retraite Ali Ghediri    Maroc: le déficit budgétaire dépasse 7,6 milliards de dollars en 2021    Covid-19: l'urgence de se faire vacciner réitérée par le Pr Rachid Belhadj    L'information locale au centre des préoccupations    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Mohcine Belabbas de nouveau devant le juge aujourd'hui    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quand les plans de l'AEP font défaut    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Un challenge au sommet de l'UA    Cinq éléments de soutien arrêtés    Messi penserait à un retour au Barça    «Le pays est toujours ciblé»    Les preuves du complot    Le temps de l'efficacité    Les APC sans majorité absolue débloquées    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les geôles israéliennes, de sinistres lieux du déni de droit
Le sort des milliers de détenus palestiniens ignoré
Publié dans La Tribune le 18 - 04 - 2015

Ghaza et la Cisjordanie ont manifesté hier en solidarité avec les plus de 6 000 Palestiniens détenus dans les geôles d'Israël et ce, à l'occasion de la Journée du prisonnier. Depuis 1967 et l'occupation par Israël des territoires palestiniens, 800 000 Palestiniens ont été emprisonnés par Israël dans le non-respect des droits humains et des principes universels.
Cet anniversaire a la particularité de survenir alors que les Palestiniens sont engagés dans la dénonciation internationale des exactions des Israéliens. Début avril, les Palestiniens ont adhéré à la Cour pénale internationale (CPI) réclamant au tribunal de La Haye de poursuivre des dirigeants israéliens pour crimes de guerre. L'emprisonnement en masse pourrait être, de ce fait, considéré comme un crime de guerre, et un crime contre l'Humanité. Chaque année le peuple palestinien célèbre la Journée du prisonnier palestinien. Toutes les familles palestiniennes son concernées par cette célébration. L'Etat colonial israélien n'a eu de cesse d'imposer une répression de masse dans l'objectif de casser la résistance légitime du peuple Palestinien. Ils sont aujourd'hui plus de 6 800 dans les prisons, centres d'interrogatoire et centres de détention israéliens en violation franche de la 4e Convention de Genève.
«Parmi eux, 454 sont placés en détention administrative (sans charge ni procès), 238 mineurs, dont 96 âgés de moins de 16 ans, 25 femmes, 26 journalistes, 2 anciens ministres, 16 députés dont Marwan Barghouti, Ahmad Saadat et dernièrement Khalida Jarrar, des médecins, des avocats dont Shirin Issawi, sœur de Samer Issawi qui a mené la plus longue grève de la faim pour protester contre sa détention administrative. Samer a été libéré en décembre 2013 et reprise quelques mois après. Parmi ces détenus, 480 sont condamnés à la perpétuité. Près de 1 700 prisonniers souffrent de maladies contractées pour la
plupart en prison. Ils sont tous victimes de négligences médicales délibérées, ce qui pour certains, peut les condamner à mort après leur libération. Ainsi, Ja'afar Awadh, 22 ans, atteint de pneumonie depuis plus d'un an, vient de mourir quelques jours après sa libération», note l'association France-Palestine solidarité. Depuis le début de l'occupation, le ministère des Prisonniers palestiniens a recensé 206 détenus morts pendant leur incarcération, dont 54 pour négligence médicale et 83 suite à de la torture et du mauvais
traitement. Ce qui contrevient à l'article 131 de la 4e Convention de Genève. «Ainsi Raed Jaabari, 34 ans, est décédé le 9 septembre 2014 sous les coups violents qui lui ont été portés à la tête par les forces spéciales israélienne qui bénéficient d'une impunité totale». Les autorités pénitentiaires de l'Etat colonial retiennent, au mépris des règles élémentaires du droit international, un nombre important de corps de prisonniers palestiniens dans «des tombes anonymes situées dans des zones militaires interdites d'accès». Egalement en violation de l'article 130 de la 4e Convention de Genève. Toutes ces violations des conventions internationales devraient se trouver sur le bureau du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU
M. B./Agences


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.