Le wali, homme-orchestre    Développement local: Passer d'une gestion administrative à une gestion économique    Des instructions à concrétiser dans les «meilleurs délais»    Algérie-Russie: Ouverture demain de la 10e Commission mixte économique    Un choc nucléaire inévitable ?    Youssef: Al-Qaradaoui est mort    Football Algérie-Nigéria aujourd'hui à 20h00: Un nouveau test à exploiter    Transport universitaire: L'application «MyBus» lancée en octobre    Santé: 11 décès par rage en 2021    El Kerma: Ouverture du marché de gros de poisson le mois prochain    Peaux de banane !    La bombe Benkirane    Mohammed VI: le Noriega du Maghreb    Lamamra: «La Palestine est la clé de la paix»    L'heure de vérité    Le plan de Benzema    Brèves Omnisports    Bouloussa meilleur algérien au classement mondial    Du coke russe pour le haut-fourneau    Les étudiants en costume de startupeurs    Un coup de piston et...    De la drogue et de la pédophilie    «Tous les indicateurs sont positifs»    De charmante hôtesse, à femme violentée!    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    «Les Algériens n'admettent pas la mémoire sélective»    Proposition pour la création de marchés de l'art    Quand la science se combine au religieux    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    La tension monte d'un cran au Maroc    Borne et les préoccupations de l'heure    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les pouvoirs publics doivent faire des choix essentiels
Les traitements et moyens de faire face aux maladies cœliaque
Publié dans La Tribune le 17 - 05 - 2015

Ce sont des maladies chroniques dont nous entendons parler avec étonnement tant elles sont peu fréquentes. Ces pathologies touchant les intestins ne sont en effet pas connues du grand public. Elles sont diagnostiquées, alors que la corporation médicale peine à les prendre en charge avec le peu de moyens dont dispose le secteur pour l'accès aux soins, tous types de maladies confondues. Sans être une maladie rare, la maladie cœliaque possède une prévalence qui varie d'un continent à un autre et d'un pays à un autre, les populations d'Amérique du Nord semblant les moins prédisposées génétiquement si l'on s'en tient aux chiffres (un cas sur 5 000). Elle varie même d'une région à une autre dans un même pays selon des études effectuées par des chercheurs. Au-delà du diagnostic (qui, soit dit en passant, reste difficile à faire, les symptômes pouvant renvoyer à d'autres affections), des causes, des complications et de la démarche à suivre, on en vient forcément à l'effort qui reste à faire pour améliorer la qualité de vie des personnes affectées par cette maladie, celle-ci répondant à une prise en charge typique qui doit passer par l'élimination de l'élément incriminé (les causes de l'intolérance ne sont pas connues) qui est le gluten. Sauf que cette solution (l'unique actuellement) possède un coût lorsque les produits indispensables sont disponibles.
Un coût très élevé qui est déploré par les associations des patients cœliaques, celles-ci devant s'entraider et se prendre elles-mêmes en charge aussi bien par des contacts directs qu'à travers les réseaux sociaux. Une manière d'investir un terrain ignoré par les pouvoirs publics, cette frange de la population ne rencontrant aucune aide en mesure de lui permettre d'accéder à des produits sans gluten à des prix abordables. Pathologie rare quant à elle, la maladie de Crohn continue à susciter l'inquiétude tant sa prise en charge reste aléatoire. Pour preuves, ces nombreux forums où des personnes atteintes de cette inflammation chronique font part de leur désarroi quant à l'inefficacité des médicaments disponibles dans nos officines.
Des appels de détresse sont lancés ici et là ce qui donne lieu à la création de réseaux d'aide pour l'acheminement de thérapeutiques inexistantes dans nos pharmacies. D'autant plus que, si elle n'est pas traitée, cette affection peut conduire à des complications graves qui peuvent, parfois, entraîner la mort. Il est déplorable que des médicaments vitaux fassent encore défaut, cette question ne semble pas interpeller les autorités sanitaires qui hésitent encore à faire des choix essentiels.
R. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.