Covid-19: au moins 721 902 décès dans le monde    Incendie à Beni-Slimane: un mineur mis en détention préventive et son complice sous contrôle judiciaire    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    TREMBLEMENT DE TERRE A MILA : Beldjoud ordonne un recensement urgent des familles sinistrées    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    Tenue dimanche de la réunion du Conseil des ministres    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Arrestation d'une bande criminelle spécialisée dans la vente d'armes à feu et de munitions    27 migrants morts    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    El Tarf: Deux morts par noyade    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Libyens discutent de la création d'une armée unifiée
La rencontre se tient à Tunis sous l'égide de l'ONU
Publié dans La Tribune le 18 - 07 - 2016

Des discussions, notamment autour de la formation d'une armée libyenne unifiée, se tiennent à Tunis sous l'égide de l'ONU regroupant des membres du dialogue politique inter-libyen, dont est issu le gouvernement d'union (GNA), qui doivent discuter également des entraves à la mise en œuvre de l'accord politique en Libye.
Des discussions, notamment autour de la formation d'une armée libyenne unifiée, se tiennent à Tunis sous l'égide de l'ONU regroupant des membres du dialogue politique inter-libyen, dont est issu le gouvernement d'union (GNA), qui doivent discuter également des entraves à la mise en œuvre de l'accord politique en Libye. D'après le représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU et chef de Mission d'appui des Nations-unies en Libye (Manul), Martin Kobler, le Conseil présidentiel se réunira encore aujourd'hui et demain, toujours à Tunis, avec «les parties sécuritaires influentes» en Libye (pas identifiées jusque-là), pour évoquer la formation d'une armée unifiée. Autrement dit, explique Kobler, «une architecture sécuritaire intérimaire inclusive» pour éviter les hostilités entre les acteurs libyens impliqués dans la lutte contre l'organisation terroriste Etat islamique (EI). «Tous les problèmes de la Libye aujourd'hui sont liés à la situation sécuritaire [...]. Et la seule issue, c'est une armée libyenne unifiée sous le commandement du Conseil présidentiel» du GNA, a déclaré à la presse M. Kobler. «La Libye ne peut être unifiée alors qu'elle compte plusieurs armées», a-t-il ajouté.
Au seuil de son deuxième mois d'existence, le Conseil présidentiel du GNA dirigé par Fayez al Sarraj, a réussi à convaincre «deux importantes milices», jusqu'alors loyales au général controversé Khalifa Haftar, de rallier les forces du GNA. Mais l'objectif de l'émissaire de l'ONU est désormais de convaincre Haftar de faire de même. «Je veux rencontrer le général Haftar, voir sa position et la comprendre. Je le contacte toutes les semaines pour fixer un rendez-vous, mais il n'a jusqu'ici pas accepté de me rencontrer», dira-t-il.
M. Kobler avait annoncé début juillet le début d'une nouvelle phase de la mise en œuvre de l'accord politique en Libye, qui consiste notamment en la rédaction d'une nouvelle Constitution et l'organisation de nouvelles élections en vertu de l'accord politique en Libye, signé en décembre 2015. Après la formation d'un gouvernement d'union, clause clé de l'accord, les parties libyennes engagées dans les négociations inter-libyennes doivent s'attaquer à une nouvelle phase à même de faire progresser la mise en œuvre de l'accord et l'installation des institutions de l'Etat. Avec l'appui notamment de la Manul dont le mandat a été prolongé récemment de six mois, l'Union africaine (UA), l'Union européenne (UE) et la Ligue arabe, les acteurs libyens vont se pencher sur la rédaction d'une nouvelle Constitution et l'organisation d'un référendum. Il sera question, a déclaré Bachir Abou al-Kacem, membre de la Commission constitutive pour l'élaboration d'une nouvelle Constitution, au cours de la réunion en cours à Tunis, de soumettre aux membres du dialogue la nouvelle version de la Loi fondamentale. Une copie a été déjà remise au Parlement et la Commission supérieure électorale. Une commission chargée de préparer la loi référendaire a été créée et devra se réunir pour la première fois le 27 juillet prochain.
Outre les progrès sur le plan sécuritaire, le GNA compte à son actif plusieurs succès à la fois politiques et économiques, le denier en date est lié la fusion du Fonds souverain libyen à Tripoli et son rival basé dans l'Est. Début juillet, c'étaient la compagnie nationale de pétrole (NOC) et sa rivale basée dans l'Est libyen qui avaient annoncé leur réunification, mettant fin à deux ans de division au sein de cette institution qui gère la principale source de revenu du pays. Néanmoins, le GNA, soutenu par l'ONU et la communauté internationale, peine depuis son installation, le 30 mars à Tripoli, à stabiliser un pays profondément divisé où l'EI est implanté. Issu d'un accord inter-libyen parrainé par l'ONU, le GNA s'est installé lundi dernier dans des locaux officiels dans le centre de la capitale Tripoli, mais peine encore à asseoir son pouvoir à l'échelle de tout le pays et à appliquer son agenda gouvernemental, notamment en raison de l'opposition d'une autorité politique rivale basée dans l'est du pays, (Tobrouk). L'arrivée du GNA avait ravivé les espoirs d'une sortie de la crise politique, sécuritaire et économique dans laquelle est plongée la Libye, livrée aux milices armées et meurtrie par les violences depuis 2011.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.