Session extraordinaire du Conseil national le 2 août pour l'élection d'un président par intérim    Les étudiants entre résistance et persévérence    Soupçonné de corruption, Tayeb Louh interdit de sortie du territoire algérien    L'APW de Tizi Ouzou dénonce un crime économique et social    Des résultats de recherche inexploités    Arkab qualifie l'incident avec l'Iran de «contrôle de routine»    MCA : Bourdim : « J'ai expliqué au coach les raisons qui ont fait que j'ai raté les deux jours de stage »    ATTERRISSAGE A CONSTANTINE D'UN AVION RELIANT EL OUED A PARIS : Les explications d'Air Algérie    Le Maroc abuse de la répression    SITUATION ECONOMIQUE DE L'ALGERIE : Des experts tirent la sonnette d'alarme    Zetchi démissionnerait ce jeudi    AU NIVEAU D'UNE ZONE NON AUTORISEE A LA BAIGNADE : Encore une énième noyade enregistrée à Mostaganem    TENTANT DE SAUVER DEUX FILLES DE LA NOYADE : Un jeune homme meurt noyé à Béjaia    Plusieurs mesures pour prévenir une réapparition du choléra    Guedioura se rapproche d'Al Gharafa    Djemiaï va soumettre la liste du BP au comité central    Driencourt quitte Alger    L'attaquant malien Mohamed Niapegue Cissé à l'essai    La compétition rapporte 83 millions de dollars à la CAF    Brahimi file à Al Rayan    La Ligue Sud-Est comptera 16 équipes    Le stage de Tunisie délocalisé à Alger    Israël enterre ce qui reste du processus de paix    Interception d'un avion espion américain    Dialogue : les raisons de l'impasse    Accueil des nouveaux bacheliers à l'université Yahia-Farès    La ville croule sous les ordures    2 frères meurent asphyxiés au fond d'un puits    Le ministre de l'Enseignement supérieur exige des en-têtes en anglais    sortir ...sortir ...sortir ...    Vive Raconte-Arts !    Le Sud ne perd pas le nord    «Le mouvement théâtral dans les Zibans a accompagné toutes les causes sociales»    Un nouveau documentaire sur la guerre d'Algérie    La dictature militaire racontée par les réalisateurs espagnols    Montage de camions Renault trucks : Soprovi obtient l'agrément    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    Méditation sur un nuage    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    CETA : L'accord "vise à destituer le politique au profit des puissances de l'argent"    Une "réponse forte à la bande"    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup d'arrêt de la mondialisation pèse sur la croissance
Impact moins fort que prévu du Brexit
Publié dans La Tribune le 22 - 09 - 2016

La croissance de l'économie mondiale tombera cette année et l'an prochain à ses plus bas niveaux depuis la crise financière, victime d'un coup d'arrêt de la mondialisation, estime l'Organisation de coopération et développement économiques.
La croissance de l'économie mondiale tombera cette année et l'an prochain à ses plus bas niveaux depuis la crise financière, victime d'un coup d'arrêt de la mondialisation, estime l'Organisation de coopération et développement économiques.
Le commerce, son principal moteur des deux dernières décennies, a vu sa croissance amputée de moitié depuis 2008 et restera à la traîne de l'activité cette année, prévoit l'Ocde dans ses perspectives économiques mondiales actualisées publiées hier.
«On est bien en dessous des normes passées et cela signifie que la mondialisation, mesurée par le niveau des échanges, a peut-être calé», soulignent les économistes de l'organisation.
L'Ocde ne table plus que sur une croissance mondiale de 2,9% cette année, contre 3,0% dans des précédentes prévisions publiées avant l'été, soit le rythme le plus faible depuis la crise de 2008-2009.
Elle voit des facteurs à la fois conjoncturels et structurels derrière ce ralentissement.
«Après la crise, les chaînes de valeur mondiale se sont détendues et le commerce chinois et asiatique a ralenti, les deux phénomènes étant peut-être liés», note-t-elle.
«Ces changements structurels ont été aggravés par une faible demande due à une croissance anémique de l'investissement international et du commerce intra-européen».
La montée des oppositions à la libéralisation du commerce et les récessions en cours chez de grands pays producteurs de matières premières contribuent aussi à ce ralentissement des échanges qui, s'il perdure, «aura des conséquences fâcheuses pour la croissance de la productivité et du niveau de vie», avertit l'Ocde.
«Si on pouvait retrouver le rythme de croissance des échanges des années 1990 et 2000, on reviendrait aux niveaux de croissance de productivité d'avant-crise», a déclaré à Reuters Catherine Mann, chef économiste de l'Ocde.
«La productivité a chuté depuis de moitié», ajoute-t-elle, soulignant que, avec cette situation, les gouvernements ne pourront plus tenir les promesses faites à leurs citoyens, notamment en matière d'emploi.
Dans ce contexte, on assiste actuellement dans plusieurs grands pays à une montée des sentiments anti-mondialisation, souvent exacerbés par l'approche d'échéances électorales.
Le candidat républicain à la présidentielle américaine, Donald Trump, affiche ainsi sa volonté de revenir sur des accords de libre-échange et des dizaines de milliers de personnes ont manifesté le week-end dernier en Europe, notamment en Allemagne, contre le projet de traité transatlantique.
Pour Catherine Mann, il est plus facile pour les électeurs de voir les inconvénients du développement des échanges, sous forme de pertes d'emplois, que ses avantages, des prix bas et un plus grand choix pour les biens de consommation.
Mais la croissance de l'économie mondiale entrevue pour l'an prochain, que l'Ocde a ramenée à 3,2% (contre 3,3% auparavant), sera insuffisante pour générer les emplois que les jeunes attendent et le maintien des niveaux de retraites promis aux plus âgés, estime l'économiste.
«Ce n'est pas un tableau de la croissance mondiale rassurant. Un taux de 3%, ce n'est pas assez pour tenir les promesses faites aux citoyens», dit-elle encore.
Pays par pays, l'Ocde revoit en nette baisse ses attentes pour les Etats-Unis cette année, avec une croissance de 1,4% contre 1,8% encore prévu en juin.
Mais elle estime que la Réserve fédérale ne doit pas pour autant renoncer au relèvement de ses taux, afin que les prix des actifs ne continuent pas à évoluer en déconnexion avec l'économie réelle, au risque de créer des bulles financières.
Pour l'an prochain, l'organisation anticipe une croissance américaine accélérant à 2,1% (2,2% précédemment).
S'agissant de la Grande-Bretagne, elle pense que l'impact du Brexit sur l'économie sera moins fort qu'estimé initialement, au moins à court terme. Elle revoit ainsi en légère hausse à 1,8% (contre 1,7%) sa prévision pour 2016 mais ampute d'un point entier celle pour 2017, à 1,0%.
Elle change peu ses chiffres pour la zone euro cette année (-0,1 point à 1,5%) mais est bien moins optimiste pour l'an prochain (-0,3 point à 1,4%).
L'Ocde abaisse ses prévisions pour la France à 1,3% pour cette année (-0,1 point) comme pour l'an prochain (-0,2 point), alors que le gouvernement vient de confirmer son scénario de croissance de 1,5% pour le projet de loi de finances 2017.
Reuters.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.