Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Athlétisme-Covid19: la Fédération algérienne décrète une saison à blanc    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    Le nouveau tsar    Les Syriens et les Français en tête    Disponibilité d'Android 11 Beta sur OPPO Find X2 Series    Chanegriha confirmé au poste de chef d'état-major de l'ANP    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Débat virtuel sur le hirak avec Bouchachi et Belkaïd    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Les candidats à l'instance présidentielle connus mardi prochain    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les médecins critiquent la gestion de la crise    L'organisation des fêtes de fin d'année interdite    «L'obstination de certains pour un projet inutile»    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Deux navires de Sonatrach mis sous séquestre    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Brèves    Chlef : Le projet des deux trémies toujours en souffrance    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    Biskra : La Casnos active un portail électronique pour ses affiliés    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    Agression de l'éditeur Karim Chikh : Vague d'indignation sur la toile    Paléontologie : Le jurassique au pied de la cite Malki    Ligues 1 et 2: Encore des divergences sur la reprise    En dépit d'une décision de l'UE: L'Espagne ne rouvrira pas ses frontières aux Algériens    Non respect des mesures préventives contre le Covid 19 : 1034 infractions en un mois    De l'eau pour tous...    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    Adrar: L'ex-député Mohamed Guerrot n'est plus    l'Algérie a honoré sa dette    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump ranime la tension avec l'Iran
Les exercices militaires de Téhéran irritent Washington
Publié dans La Tribune le 05 - 02 - 2017

Trump semble mettre à exécution ses menaces de durcir la position américaine envers Téhéran et risque bien de faire dérailler l'accord international sur le nucléaire scellé en 2015 par son prédécesseur Obama. Des son côté l'Iran exclut de renoncer à son droit souverain de tester des missiles destinés à la défense de son territoire.
L'Iran a repris ses exercices militaires incluant des missiles alors que les Etats-Unis multiplient les actes et déclarations hostiles depuis l'investiture du président Donald Trump. La nouvelle administration américaine a ressorti le discours guerrier contre Téhéran, le secrétaire à la Défense James Mattis affirmant que l'Iran était «le plus grand Etat soutenant le terrorisme au monde». Les exercices militaires ont lieu dans la région de Semnan (nord-est), au lendemain de nouvelles sanctions américaines imposées à l'Iran prétextant un tir de missile balistique le 29 janvier. L'armée iranienne affirme qu'il s'agit de tests à visée défensive. Différents types de systèmes de radars et de missiles de fabrication locale, ainsi que de centres de commandement y seront testés. La liste des missiles utilisés pendant l'exercice montre qu'il s'agit d'engins de très courte portée (75 kilomètres). Mais Washington semble déjà avoir tranché sur ses relations futures avec Téhéran. Depuis l'investiture de Trump le 20 janvier, le ton belliqueux de Washington n'a cessé de monter contre l'Iran. Les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques officielles depuis 1980. Vendredi, l'annonce des nouvelles sanctions américaines a entraîné la réaction du gouvernement iranien qui a annoncé des mesures de réciprocité visant «des individus et des entreprises américaines soutenant des groupes terroristes». Cette réciprocité à l'encontre de citoyens américains a déjà été appliquée après la décision de l'administration Trump d'interdire l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont l'Iran. Une mesure «insultante et honteuse», a estimé Téhéran. Trump a multiplié sur son compte tweeter les petites phrases incendiaires contre l'Iran, la dernière, quelques heures avant les nouvelles sanctions, accusant ce pays de «jouer avec le feu». En dépit de cette tension croissante, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a assuré que son pays n'était «pas impressionné par les menaces» et qu'il ne «déclencherait jamais une guerre». L'Iran exclut de renoncer à son droit souverain de tester des missiles portant des armes conventionnelles et non-nucléaires, uniquement destinées à la défense de son territoire. Jeudi, le général Hossein Salami, numéro deux des Gardiens de la révolution, a affirmé que non seulement l'Iran poursuivra sa politique mais allait même l'accentuer. Trump semble avoir mis à exécution ses menaces de durcir la position américaine envers Téhéran et risque bien de faire dérailler l'accord international sur le nucléaire scellé en 2015 par son prédécesseur Barack Obama. Cet accord signé par cinq autres puissances a permis à l'avionneur américain Boeing de conclure avec l'Iran un gros contrat pour l'achat de 80 appareils devant renouveler sa flotte. Le marché iranien intéresse également d'autres entreprises américaines, dont celles du secteur pétrolier et gazier. Des éléments auxquels le nouveau locataire de la Maison Blanche ne semblait guère indifférent.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.