Nous assistons à une dégradation des habitats côtiers et une baisse de la biodiversité    Conflit du Sahara Occidental : Le tweet de Biden qui a rendu malade le Maroc    JO-2020 : lutte Fin de parcours pour Bachir Sid Azara    Commission d'éthique de la FIFA : Issa Hayatou suspendu un an pour absence de «loyauté»    Amir Sayoud bientôt en Arabie Saoudite    Comment jouer avec la vie    Le comédien Saïd Hilmi tire sa révérence    Abominable Delta    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Les élections locales en novembre    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Enseignements tunisiens    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    Baâdji passe à l'action    Le paiement électronique effectif    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    "Le Maroc fait chanter des pays pour les amener à s'aligner sur la décision de Trump"    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    Les poèmes de Mohamed Benhanafi enfin édités    Des mesures pour stabiliser le marché    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    C'est plus pire !    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Trump ranime la tension avec l'Iran
Les exercices militaires de Téhéran irritent Washington
Publié dans La Tribune le 05 - 02 - 2017

Trump semble mettre à exécution ses menaces de durcir la position américaine envers Téhéran et risque bien de faire dérailler l'accord international sur le nucléaire scellé en 2015 par son prédécesseur Obama. Des son côté l'Iran exclut de renoncer à son droit souverain de tester des missiles destinés à la défense de son territoire.
L'Iran a repris ses exercices militaires incluant des missiles alors que les Etats-Unis multiplient les actes et déclarations hostiles depuis l'investiture du président Donald Trump. La nouvelle administration américaine a ressorti le discours guerrier contre Téhéran, le secrétaire à la Défense James Mattis affirmant que l'Iran était «le plus grand Etat soutenant le terrorisme au monde». Les exercices militaires ont lieu dans la région de Semnan (nord-est), au lendemain de nouvelles sanctions américaines imposées à l'Iran prétextant un tir de missile balistique le 29 janvier. L'armée iranienne affirme qu'il s'agit de tests à visée défensive. Différents types de systèmes de radars et de missiles de fabrication locale, ainsi que de centres de commandement y seront testés. La liste des missiles utilisés pendant l'exercice montre qu'il s'agit d'engins de très courte portée (75 kilomètres). Mais Washington semble déjà avoir tranché sur ses relations futures avec Téhéran. Depuis l'investiture de Trump le 20 janvier, le ton belliqueux de Washington n'a cessé de monter contre l'Iran. Les deux pays n'ont pas de relations diplomatiques officielles depuis 1980. Vendredi, l'annonce des nouvelles sanctions américaines a entraîné la réaction du gouvernement iranien qui a annoncé des mesures de réciprocité visant «des individus et des entreprises américaines soutenant des groupes terroristes». Cette réciprocité à l'encontre de citoyens américains a déjà été appliquée après la décision de l'administration Trump d'interdire l'entrée aux Etats-Unis des ressortissants de sept pays à majorité musulmane, dont l'Iran. Une mesure «insultante et honteuse», a estimé Téhéran. Trump a multiplié sur son compte tweeter les petites phrases incendiaires contre l'Iran, la dernière, quelques heures avant les nouvelles sanctions, accusant ce pays de «jouer avec le feu». En dépit de cette tension croissante, le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, a assuré que son pays n'était «pas impressionné par les menaces» et qu'il ne «déclencherait jamais une guerre». L'Iran exclut de renoncer à son droit souverain de tester des missiles portant des armes conventionnelles et non-nucléaires, uniquement destinées à la défense de son territoire. Jeudi, le général Hossein Salami, numéro deux des Gardiens de la révolution, a affirmé que non seulement l'Iran poursuivra sa politique mais allait même l'accentuer. Trump semble avoir mis à exécution ses menaces de durcir la position américaine envers Téhéran et risque bien de faire dérailler l'accord international sur le nucléaire scellé en 2015 par son prédécesseur Barack Obama. Cet accord signé par cinq autres puissances a permis à l'avionneur américain Boeing de conclure avec l'Iran un gros contrat pour l'achat de 80 appareils devant renouveler sa flotte. Le marché iranien intéresse également d'autres entreprises américaines, dont celles du secteur pétrolier et gazier. Des éléments auxquels le nouveau locataire de la Maison Blanche ne semblait guère indifférent.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.