L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    ANCIEN LEADER DU FIS DISSOUS : Abassi Madani n'est plus    SELON ABDELAZIZ RAHABI : La transition a toutes les chances de ne pas aboutir    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    INFRACTION A LA REGLEMENTATION DES CHANGES : La Cour suprême ressuscite le dossier Chakib Khellil    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    Belfodil dans l'équipe type de la 30e journée    Ll'Algérie se plus chère sélection africaine présente en phase finale    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    Semaine de la critique riche en premiers films    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Les Belouizdadis visent la finale    Mellal, en "président" populaire du MCO    Mahrez veut partir,Guardiola dit non !    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Washington menace ses alliés    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Des habitants de la Casbah protestent devant la wilaya    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Café littéraire de Bouzeguène : Blocage de la subvention par la wilaya    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    Tabbou fidèle à ses positions    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Un humoriste comédien à la tête de l'Ukraine    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Le parcours de la 5e édition détaillé    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Kaddour favorable au solaire
Publié dans La Tribune le 29 - 04 - 2017

Après le ministre de l'Energie Noureddine Bouterfa, naguère opposant quasi intégriste aux énergies non carbonées, c'est au tour du nouveau patron de Sonatrach de se monter nettement favorable à l'énergie solaire. Il a fallu attendre donc le récent 18e Sommet international du pétrole à Paris pour savoir qu'Abdelmoumène Ould Kaddour a emboîté le pas de son ministre de tutelle pour prédire de beaux jours en Algérie aux énergies non fossiles et notamment au solaire. Il a affirmé que Sonatrach visait à diversifier ses activités et à investir de plus en plus dans les sources d'énergies renouvelables, en particulier dans l'énergie solaire. En vérité, le tournant de la diversification énergétique, c'est le chef de l'Etat lui-même qui l'a pris en février dernier. Le président Abdelaziz Bouteflika avait en effet décrété que l'essor des énergies renouvelables est une «priorité nationale». Il fallait donc s'attendre à ce que le ministre de l'Energie et le P-dg de Sonatrach deviennent des adeptes des énergies alternatives. Et qu'un coup d'accélérateur soit par conséquent donné à l'application du programme ad hoc adopté en Conseil des ministres en mai 2015. Le chef de l'Etat avait rappelé à ce moment une plate, mais heureuse évidence, à savoir que le développement des énergies renouvelables «est à même de prolonger durablement l'indépendance énergétique de notre pays et de générer aussi une dynamique de développement économique dans son sillage». Le signe le plus tangible de cette conversion aux énergies non fossiles, est venu de Houston en décembre 2016 lors du Forum algéro-américain sur l'Energie. Sous forme d'appel à investisseurs nationaux et internationaux pour la réalisation d'une gigantesque capacité de 4 000 MW, en énergie solaire photovoltaïque. Le projet porte en effet sur l'installation de centrales électriques et la fabrication en Algérie des équipements dédiés. Il était donc plus que temps d'être résolument en capacité de produire de l'énergie solaire à grande échelle. Et comment pouvait-il en être autrement dans un pays qui a un des tous premiers taux d'ensoleillement annuel au monde ! Comme tout le monde ne l'ignore pas, et grâce à la géographie, l'Algérie dispose d'un des gisements solaires les plus importants au monde. La durée d'insolation sur la quasi-totalité du territoire dépasse les 2 000 heures annuellement et peut atteindre presque les 4 000 sur les Hauts-Plateaux et le Sahara, contre 2 800 sur le littoral méditerranéen. Une irradiation moyenne de 5 KWh/m2 par jour sur la majeure partie du pays, soit environ 1 700 KWh/m2/an au Nord et 2 263 kWh/m2/an au Sud. Comment n'avait-on pas pensé à se lancer plutôt dans l'énergie solaire en lui consacrant une place importante dans le mix énergétique ? Surtout lorsqu'on sait que dans un pays d'ensoleillement beaucoup moindre comme l'Allemagne, plus du quart de la consommation d'électricité a été couverte par les énergies renouvelables (EnR) en 2012, solaire photovoltaïque et éolien terrestre en tête. Et dire que d'aucuns ont longtemps tenté de faire croire qu'il n'existe pas d'alternative aux énergies fossiles, contribuant ainsi à la pollution des esprits, comme le soulignait pour son pays, Hermann Scheer, père de la loi allemande sur les EnR. Il était tout à fait heureux d'entendre alors Noureddine Bouterfa annoncer la création de la plus grande centrale solaire du monde. Station qui dépasse de très loin la centrale solaire marocaine Noor de Ouarzazate, qui est aujourd'hui la plus importante à l'échelle planétaire, et qui ne produira à terme «que» 500 MW, contre 4 000 MW pour le projet algérien. La future centrale solaire algérienne est donc à apprécier en rapport avec le secteur de l'énergie qui a une place hyper stratégique dans l'économie. Secteur qui contribue actuellement à près de 30% du PIB, à plus de 50% des revenus du budget de l'Etat, mais surtout à plus de 90% des recettes d'exportation du pays. Ce mégaprojet solaire s'inscrit dans le cadre de la politique énergétique nationale qui vise au développement et à la valorisation de toutes les ressources énergétiques. Le pari sur les EnR s'inscrit dans un programme mixte EnR et projets fossiles qui mobiliseront environ 100 milliards de dollars que le secteur prévoit d'investir d'ici 2020; soit un niveau absolument important vue la taille de l'économie algérienne.
N. K.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.