Ménès : "La déclaration de Le Graet sur Benzema est déplacée"    Qualifs CAN 2021 : Le Sénégal enchaine bien face à l'Eswatini    PRESIDENTIELLE : Mihoubi dévoile son programme électoral    SONATRACH : Kamel-Eddine Chikhi prend ses fonctions    CAMPAGNE ELECTORALE : Les médias signent la charte d'éthique    ORAN : Une marche de soutien à l'élection présidentielle    SIDI BEL ABBES : 30083 doses de vaccin antigrippal remises aux établissements de santé    Karaté/Coupe de France 2019 l'Algérienne Inès Abid en or    Sahara occidental: grande manifestation en Espagne contre la déclaration de Madrid    Des averses de pluie, parfois orageuses, annoncées au Centre et à l'Ouest du pays    Diabète : 5% seulement des diabétiques ont besoin de médicaments innovants    Syrie: les USA s'efforcent de faire obstacle aux négociations entre le gouvernement et les Kurdes    CHU d'Oran : 100 cas d'intoxications aiguës aux pesticides enregistrés annuellement    Iran: 40 arrestations durant les manifestations contre le prix de l'essence    Marches populaires à Aokas et à Kherrata    20 morts dans une attaque contre un village    Manifestation pour le départ du Premier ministre    RCD : "Le rendez-vous du 12 décembre est déjà disqualifié"    Entrée en service avant fin 2019 de l'Agence nationale pour le développement de la numérisation    La planche du naufrage !    Mellal : "La JSK aura besoin d'Al-Tubal en championnat"    Le Mouloudia pour oublier la dernière déconvenue    Les douze premiers qualifiés à l'Euro-2020    Ronaldo veut un 100e but, une qualif' et une revanche    La grande improvisation    «L'usine RAP a respecté tous ses engagements»    Le MNEA se mobilise    La France va revoir sa politique des visas    9 morts et 14 blessés en 48 heures    Le saviez-vous… ?    César Manrique, l'homme qui a fait de Lanzarote une œuvre d'art    Grande affluence aux Journées de la chanson bédouine et de la poésie populaire    Accord de partenariat pour l'entretien des sites archéologiques    16e édition de Dimajazz : inoubliable soirée de clôture avec le Wonder Collective    Le débat sur l'Islam est une provocation politique    Début officiel de la campagne présidentielle aujourd'hui : Les candidats sur un «terrain miné»    Alors que Trump fait le cavalier seul, l'UE doit-elle s'allier à la Chine ?    Iran : Découverte d'un énorme gisement de pétrole, quel avenir pour son développement ?    Intempéries: De nombreux dégâts déplorés à Béjaïa    Oran Le projet de la "gestion intégrée des déchets ménagers" en débat    Liga: Villarreal - Atlético Madrid ne se jouera pas à Miami    Boumerdes Un projet de jumelage signé entre la wilaya et la province chinoise de Hainan    Chine La Chine porte un coup dur à la première puissance économique européenne    Bolivie: La sénatrice Jeanine Añez se proclame présidente par intérim, Morales dénonce "un coup d'Etat"    Liban: Un nouveau gouvernement après huit mois de blocage    2e Journée d'Art Contemporain de Carthage : 57 artistes à "L'Internationale à l'Œuvre"    10e Fica : Remise des prix aux lauréats et hommage à Moussa Haddad    Cinéma : "Yuli" et "Karma" projetés à l'avant dernier jour du FICA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ould Kaddour favorable au solaire
Publié dans La Tribune le 29 - 04 - 2017

Après le ministre de l'Energie Noureddine Bouterfa, naguère opposant quasi intégriste aux énergies non carbonées, c'est au tour du nouveau patron de Sonatrach de se monter nettement favorable à l'énergie solaire. Il a fallu attendre donc le récent 18e Sommet international du pétrole à Paris pour savoir qu'Abdelmoumène Ould Kaddour a emboîté le pas de son ministre de tutelle pour prédire de beaux jours en Algérie aux énergies non fossiles et notamment au solaire. Il a affirmé que Sonatrach visait à diversifier ses activités et à investir de plus en plus dans les sources d'énergies renouvelables, en particulier dans l'énergie solaire. En vérité, le tournant de la diversification énergétique, c'est le chef de l'Etat lui-même qui l'a pris en février dernier. Le président Abdelaziz Bouteflika avait en effet décrété que l'essor des énergies renouvelables est une «priorité nationale». Il fallait donc s'attendre à ce que le ministre de l'Energie et le P-dg de Sonatrach deviennent des adeptes des énergies alternatives. Et qu'un coup d'accélérateur soit par conséquent donné à l'application du programme ad hoc adopté en Conseil des ministres en mai 2015. Le chef de l'Etat avait rappelé à ce moment une plate, mais heureuse évidence, à savoir que le développement des énergies renouvelables «est à même de prolonger durablement l'indépendance énergétique de notre pays et de générer aussi une dynamique de développement économique dans son sillage». Le signe le plus tangible de cette conversion aux énergies non fossiles, est venu de Houston en décembre 2016 lors du Forum algéro-américain sur l'Energie. Sous forme d'appel à investisseurs nationaux et internationaux pour la réalisation d'une gigantesque capacité de 4 000 MW, en énergie solaire photovoltaïque. Le projet porte en effet sur l'installation de centrales électriques et la fabrication en Algérie des équipements dédiés. Il était donc plus que temps d'être résolument en capacité de produire de l'énergie solaire à grande échelle. Et comment pouvait-il en être autrement dans un pays qui a un des tous premiers taux d'ensoleillement annuel au monde ! Comme tout le monde ne l'ignore pas, et grâce à la géographie, l'Algérie dispose d'un des gisements solaires les plus importants au monde. La durée d'insolation sur la quasi-totalité du territoire dépasse les 2 000 heures annuellement et peut atteindre presque les 4 000 sur les Hauts-Plateaux et le Sahara, contre 2 800 sur le littoral méditerranéen. Une irradiation moyenne de 5 KWh/m2 par jour sur la majeure partie du pays, soit environ 1 700 KWh/m2/an au Nord et 2 263 kWh/m2/an au Sud. Comment n'avait-on pas pensé à se lancer plutôt dans l'énergie solaire en lui consacrant une place importante dans le mix énergétique ? Surtout lorsqu'on sait que dans un pays d'ensoleillement beaucoup moindre comme l'Allemagne, plus du quart de la consommation d'électricité a été couverte par les énergies renouvelables (EnR) en 2012, solaire photovoltaïque et éolien terrestre en tête. Et dire que d'aucuns ont longtemps tenté de faire croire qu'il n'existe pas d'alternative aux énergies fossiles, contribuant ainsi à la pollution des esprits, comme le soulignait pour son pays, Hermann Scheer, père de la loi allemande sur les EnR. Il était tout à fait heureux d'entendre alors Noureddine Bouterfa annoncer la création de la plus grande centrale solaire du monde. Station qui dépasse de très loin la centrale solaire marocaine Noor de Ouarzazate, qui est aujourd'hui la plus importante à l'échelle planétaire, et qui ne produira à terme «que» 500 MW, contre 4 000 MW pour le projet algérien. La future centrale solaire algérienne est donc à apprécier en rapport avec le secteur de l'énergie qui a une place hyper stratégique dans l'économie. Secteur qui contribue actuellement à près de 30% du PIB, à plus de 50% des revenus du budget de l'Etat, mais surtout à plus de 90% des recettes d'exportation du pays. Ce mégaprojet solaire s'inscrit dans le cadre de la politique énergétique nationale qui vise au développement et à la valorisation de toutes les ressources énergétiques. Le pari sur les EnR s'inscrit dans un programme mixte EnR et projets fossiles qui mobiliseront environ 100 milliards de dollars que le secteur prévoit d'investir d'ici 2020; soit un niveau absolument important vue la taille de l'économie algérienne.
N. K.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.