Tribunal de Sidi M'hamed: 18 ans de prison pour Ali Haddad, 12 ans pour Ouyahia et Sellal    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Casnos: Une campagne d'information sur la nouvelle plate-forme électronique    Coronavirus: Les deux prochaines semaines seront cruciales pour Sétif    La tablette et les diplômés chômeurs    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    La FAF s'est fixé une date butoir    Le verdict du procès des trois activistes de Béjaïa renvoyé au 8 juillet    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    Le marché informel des télés offshore    Les explications de Météo Algérie    Le pétrole progresse,    Les hôpitaux sont à nouveau sous pression    Pourquoi la population ne respecte pas les mesures barrières ?    L'université pilier de l'économie du savoir ?    L'épreuve    L'infrangible lien...    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Les retombées de la crise sanitaire en débat    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    Répression contre l'opposition à Hong Kong    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    58e anniversaire de l'Indépendance: le Président Tebboune décrète une grâce présidentielle au profit de détenus    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    Les violations des droits de l'Homme au Sahara occidental occupé sont source de tension dans la région    Le président de la République décide de réserver un quota de logements supplémentaire de 450 unités à Tindouf    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    SONATRACH ET ENI : Signature de trois accords gaziers    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    DECLARATION DU 1ER NOVEMBRE : Goudjil appelle à une interprétation plus approfondie    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Kia se maintient en tête    L'extravagance toujours au menu    Le ciné-club virtuel qui crève les écrans    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    AGEX du GS pétrolier : Reportée au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Schengen ouvre ses frontières pour les Algériens    FAF: Qui succédera à Kheireddine Zetchi ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accord d'Astana : la panacée à la crise syrienne ?
La Russie, l'Iran et la Turquie face à un test crucial
Publié dans La Tribune le 09 - 05 - 2017

Moscou a d'ores et déjà annoncé que les avions de la «coalition internationale» menée par les Etats-Unis ne pourront pas opérer au sein des «zones de désescalade». Pour Moscou «les opérations de l'aviation dans les zones de désescalade, en particulier celles des forces de la coalition internationale, ne sont absolument pas prévues. Qu'il y ait avertissement en avance ou non. Cette question est close». La fermeté des Russes concernant cette question pourrait bien constituer un gage de réussite du processus en question. Les pourparlers d'Astana ont ainsi couronné un succès diplomatique de Moscou et de Damas malgré les pressions récurrentes, comme l'affaire de l'attaque chimique, et le bombardement des Américains
L'accord entre la Russie, l'Iran et la Turquie pour la création de quatre «zones de désescalade en Syrie» dans l'objectif de parvenir à une trêve durable est soumis à l'épreuve du très complexe terrain syrien. Les pays garants devraient définir avant le 4 juin les contours de ces zones, qui seront instaurées avec une validité initiale de six mois et ouvriront de la sorte une étape importante dans le processus politique à venir. L'accord signé à Astana pourrait bien constituer le début du règlement de la crise syrienne qui prendrait en compte les intérêts des pays garants, ceux la même qui sont engagés sur le terrain. Mais surtout mettre définitivement en échec toutes les tentatives de partition de la Syrie en plusieurs entités. Le terme de «zones de désescalade», désignées également par «zones de sécurité», reste particulièrement difficile à appliquer sur le terrain qui échappe en partie au contrôle. Les observateurs parlent de zones tampon séparées du reste du territoire par des postes de surveillance contrôlés par les pays garants. Des «forces tierces» pourraient être déployées après consensus entre la Russie, la Turquie et l'Iran pour participer à ce processus. Pour l'heure les zones concernées par l'accord sont connues : la province d'Idlib et des zones des provinces limitrophes de Lattaquié, Hama et Alep, des zones dans le nord de la province de Homs, la Ghouta orientale à l'est de Damas et un territoire englobant une partie des provinces de Deraa et de Kuneitra, dans le sud du pays. Des territoires qui ont enduré les affres de la guerre et dont la physionomie territoriale reste compliquée. Dans ces territoires, «les hostilités entre les parties en conflit doivent cesser, tout comme l'emploi de tout type d'armes, y compris de moyens aériens», souligne le texte du mémorandum d'entente, qui précise que les «pays garants doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour continuer de combattre Daech, Fatah Al-Cham (ex-Al Nosra) et tous les individus, groupes ou entités associés à Al-Qaïda ou Daech à l'intérieur comme à l'extérieur de ces régions». La lutte contre les groupes extrémistes semble pour l'heure la seule idée consensuelle entre les différentes parties. En dehors de celle-ci c'est à un véritable jeu d'échec sur le terrain que s'adonnent les acteurs.
Avertissement russe
Les représentants des groupes armés ont évidement critiqué le plan et dénoncé un «marché de dupes». Les différents groupes soutenus par l'étranger ont souvent revendiqué des zones tampons mais pour d'autres raisons. Aujourd'hui ils ne ratent pas l'occasion de dénoncer la présence de l'Iran en tant que «garant» de l'application de cet accord. Reste un élément d'importance dans l'application du plan d'Astana : comment gérer les rapports avec les autres acteurs, en activité sur le terrain et qui n'ont pas été associés à l'accord ? Moscou a d'ores et déjà annoncé que les avions de la «coalition internationale» menée par les Etats-Unis ne pourront pas opérer au sein des «zones de désescalade». Pour Moscou, «les opérations de l'aviation dans les zones de désescalade, en particulier celles des forces de la coalition internationale, ne sont absolument pas prévues. Qu'il y ait avertissement en avance ou non. Cette question est close». La fermeté des Russes concernant cette question pourrait bien constituer un gage de la réussite du processus en question. Les pourparlers d'Astana ont ainsi couronné un succès diplomatique de Moscou et de Damas malgré les pressions récurrentes, comme l'histoire de l'attaque chimique et le bombardement des Américains. Le soutien, par le Conseil de sécurité de l'ONU, le 31 décembre dernier, à l'accord russo-turc pour un cessez-le-feu et des négociations en Syrie tient toujours. S'ils appuient du bout des lèvres Astana et le voient comme un complément des négociations politiques de Genève, les Occidentaux, comme les capitales des pays du Golfe, insistent sur la nécessité d'en revenir à la fameuse résolution 2 254. Cette dernière établissait une feuille de route détaillée : l'instauration d'un cessez-le-feu, l'ouverture de négociations pour une transition politique, l'élaboration d'une nouvelle Constitution et des élections générales. Mais pour Damas la réussite d'Astana pourrait bien constituer la victoire attendue dans cette guerre imposée de l'extérieur. «Nous respecterons l'accord d'Astana, mais nous continuerons à combattre le terrorisme là où il existe», a tenu à préciser le gouvernement syrien, dont l'objectif principal reste de reconquérir l'ensemble du pays. Plusieurs accords de trêve ou de cessez-le-feu ont achoppé en six ans de tragédie, mais ce dernier mémorandum d'Astana prévoit un mécanisme autrement plus ambitieux. Est-ce la panacée à la crise syrienne ?
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.