L'enjeu des locales et la survie des partis    Fraude électorale: la justice frappe fort    Une ambition en sursis    La connexion électrique    Les mesures phares mises en exergue    Les ressources humaines en point de mire    Les élections en ligne de mire    Chanegriha à Moscou    Les négociations prennent fin sans parvenir à un accord    La belle leçon d'italien du professeur Mancini    Brèves    Fin de saison pour Frioui?    L'auteur condamné à 3 ans de prison ferme    5 Tentatives de suicide en deux jours    Un téléphérique, dites-vous!    «Ne souillez pas nos symboles!»    «Urban Jungle» expo à l'USBA    «Les planches me manquent!»    34 ans de négociations et toujours pas d'accords !    Qu'en est-il pour les visas ?    366 nouveaux cas et 10 décès    4 ans de prison ferme contre Kamel Chikhi    Qui succédera à Chenine ?    Lavagne met en garde ses joueurs    Suppression officielle début juillet    Le ministère des Moudjahidine rejette toute tentative d'atteinte aux symboles nationaux    Le secteur réfléchit à la relance du projet du film sur l'Emir Abdelkader    Baccalauréat: les candidats mitigés sur l'épreuve de mathématiques    Suspension des programmes de la chaîne "El Hayat TV" pour une semaine à partir de mercredi    Le Président Tebboune félicite Guterres pour sa réélection à la tête de l'ONU    Mali: L'application de l'accord de paix est "poussive", regrette le CMA    À quoi joue Haftar ?    Les Béjaouis décrochent !    L'ESS ne fait pas de cadeau !    4 personnes carbonisées suite à un accident    Les mesures de confinement reconduites dans 14 wilaya    Le Soudan qualifié    Pétrole algérien, les barils de la peur, lecture prospectiviste de l'ouvrage du Dr M. S. Beghoul    Les acteurs politiques en attente des tractations    Relance cherche finances    Actuculte    L'enseignement à distance en débat    APLS: Poursuite des attaques contre les positions des forces d'occupation marocaines    Ligue des champions : Option pour Al Ahly et Kaiser Chiefs    Carnet de voyages - Lettre des états-Unis d'Amérique : Le putschisme carnavalesque    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?!    Tiaret: Hommage au producteur radiophonique Hadjarab    Liste des 851 produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brouilleurs et équipements de vidéosurveillance pour contrer la fraude
Benghabrit affirme que toutes les mesures sont prises pour la sécurisation des examens
Publié dans La Tribune le 10 - 05 - 2017

La ministre de l'Education nationale, Nouria Benghabrit, a affirmé hier que toutes les mesures ont été prises pour assurer le bon déroulement et la sécurisation des examens scolaires nationaux en vue d'éviter la «fraude» à travers l'utilisation des brouilleurs et des équipements de vidéosurveillance au niveau des Centres d'impression des sujets du Baccalauréat et des Centres de conservation «sans recourir au blocage des réseaux sociaux». Lors d'une conférence de presse, Mme Benghabrit a précisé que «la sécurisation des examens, notamment le Baccalauréat, a fait l'objet d'une attention particulière du gouvernement», soulignant que la commission mixte en charge de la sécurisation des examens «n'a épargné aucun effort pour réunir les bonnes conditions à l'effet de garantir le bon déroulement de ces examens». Parmi ces mesures, la ministre a cité la «sécurisation des sites conformément à un plan adopté par le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, la réhabilitation du siège régional de l'Office national des examens et concours d'Alger, la réduction du nombre de centres où sont gardés les sujets des épreuves, l'installation de brouilleurs et d'équipements de vidéosurveillance au niveau des Centres d'impression des sujets du Baccalauréat et Centres de conservation des sujets (DE) et interdiction de l'accès des véhicules aux Centres d'examen». Rappelons qu'en juin 2016, une fuite des sujets a été organisée via les réseaux sociaux, déclenchant un scandale national. Ce qui a contraint le ministère a réorganisé, une dizaine de jours après, des examens partiels pour plus de 550 000 lycéens et à bloquer temporairement l'accès aux réseaux sociaux dans tout le pays pour tenter d'empêcher la réédition de fraudes. Juste après, la ministre s'est engagée à prendre plusieurs mesures en vue de lutter contre la fraude aux prochaines épreuves, dont la sécurisation du site électronique de l'Office national des examens et des concours (Onec) et la préparation de sujets de réserve. Mme Benghabrit avait souligné la nécessité de prise de mesures techniques pour s'adapter aux développements survenus dans les technologies d'information et de communication et faire face à ces phénomènes, affirmant que «la lutte contre la fraude doit se faire en coordination avec les départements ministériels concernés dont le ministère de l'Intérieur». Ce qui semble être le cas puisque Mme Benghrabrit a annoncé le recours du ministère de l'Education aux brouilleurs et aux équipements de vidéosurveillance ainsi que l'élaboration de «sujets de réserve pour combler les lacunes enregistrées l'année dernière». Elle a également affirmé que cette année «les réseaux sociaux ne seront pas bloqués». La ministre de l'Education a insisté, par ailleurs, sur les «retards (qui) ne sont pas admis» le jour de l'examen ajoutant que les portables et tout autre moyen de communication devront être déposés à l'entrée du Centre dans une salle aménagée à cet effet. A ce propos, la première responsable du secteur a appelé les candidats à «rejoindre les salles d'examen une demi-heure avant le début des épreuves», rappelant que tout retard après 9h00 «privera le candidat de poursuivre l'examen». Par ailleurs, Mme Benghabrit a fait savoir que des affiches interdisant l'utilisation des appareils de fraude (portables, oreillettes, Bluetooth et autres) seront installées, à l'instar de l'année dernière, au niveau des Centres d'examen. Des conseils seront prodigués aux candidats pour les préparer psychologiquement à l'examen, rappelant que les comportements, pouvant priver les candidats de poursuivre l'examen, sont mentionnés dans les convocations. Les cas de fraude enregistrés constituent une «proportion infime», a estimé Mme Benghabrit qui a appelé «à ne pas assombrir l'image des examens». La ministre a rassuré les candidats que les mêmes mesures adoptées lors des précédentes sessions demeureront en vigueur lors de la session 2017. Elles consistent à proposer deux sujets au choix pour chaque épreuve d'examen et du maintien des 30 minutes supplémentaires pour chaque épreuve. Tous les Centres d'examen seront dotés de climatiseurs, notamment dans les régions du Sud, a indiqué la ministre, ajoutant qu'il sera procédé en coordination avec les directeurs de l'éducation, les autorités locales et les walis à la garantie des conditions idoines pour permettre aux candidats de passer leurs épreuves dans les meilleures conditions. Les examens nationaux qui se dérouleront du 24 mai au 15 juin concernent 2 millions de candidats, un effectif légèrement en hausse par rapport à la session 2016, (+4 670 candidats), pour lesquels 690 000 personnels sont réquisitionnés, soit 95% de l'ensemble des fonctionnaires du secteur. Le nombre de candidats aux trois examens nationaux pour la session 2017 est de 760 652 candidats pour l'examen de fin de cycle primaire, 566 221 candidats pour l'examen du BEM et 761 701 pour l'examen du Baccalauréat, avec une proportion de 35,50% de candidats libres. Ces candidats seront répartis sur 18 000 centres d'examens, a poursuivi la ministre, rappelant qu'il sera procédé au maintien des candidats à l'examen de fin de cycle primaire dans leur établissement pour la seconde année consécutive et le passage à l'évaluation continue de l'épreuve d'EPS pour les candidats scolarisés (Bac+BEM). Les résultats des examens seront proclamés au plus tard le 9 juin pour l'examen de fin de cycle primaire, le 27 juin pour l'examen du BEM et le 15 juillet pour l'examen du Bac.
H. Y./APS

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.