Le journaliste Tarek Aït Seddik n'est plus    L'information locale au centre des préoccupations    Les médicaments prescrits dans le protocole thérapeutique disponibles    Forte hausse des exportations algériennes en 2021    Une politique difficile à mettre en œuvre    Quel avenir pour la force Takuba au Mali ?    JSK - Royal Leopards de nouveau annulé    Quid des nouveaux statuts de la FAF ?    Le Maroc et le Sénégal passent en quarts de finale    Les personnels de l'éducation boudent le vaccin    Un casse-tête chinois    Quand les plans de l'AEP font défaut    Ali Ghediri de nouveau devant le juge aujourd'hui    Le procès du groupe Benamor à nouveau reporté    Le refus de remplacement des candidats rejetés suscite l'ire des partis    Les secrets du président de la FIFA...    «On reviendra plus forts... Soyez en sûrs»    Le Chabab à une longueur du titre de champion de l'aller    Des enjeux plus grands qu'un sommet    Le gouvernement renonce à la suppression des subventions des carburants    Pas de président à l'issue du deuxième tour de vote    Participation algérienne à la 53e édition    La 1ère édition à Constantine en mai prochain    50 pièces de monnaie rares saisies à el Ogla    L'Afrique ou les changements anticonstitutionnels    Tlemcen: Des habitants attendent toujours leur livret foncier    Dans la vie, rien n'est acquis une fois pour toutes    Promotion des enseignants aux grades supérieurs: Le Snapest boycotte le concours    Es-Sénia: Le service des cartes grises fermé à cause de la Covid-19    Loi de finances 2022 revue et corrigée : après les avocats, à qui le tour ?    Chlef: Un complexe sportif pas comme les autres    Jungle/Pub sur Internet ?    Les Français accepteraient-ils d'être gouvernés par un président raciste ?    Albert Cossery : l'écrivain égyptien de l'indolente paresse et de la douce allégresse (1/3)    Les APC sans majorité absolue débloquées    «Le pays est toujours ciblé»    Le temps de l'efficacité    La Sadeg améliore sa desserte    9 Tonnes de sucre stockées illicitement    Cinq éléments de soutien arrêtés    L'Algérie redessine les contours de la région    Le Tchad et la Libye veulent raffermir leurs relations bilatérales    Messi penserait à un retour au Barça    Un challenge au sommet de l'UA    Les preuves du complot    Fermeture des espaces culturels    L'illusion d'un eldorado européen    Rachid Taha au coeur de l'actualité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Messaoud passe entre les gouttes
Publié dans La Tribune le 30 - 05 - 2017

Passé entre les gouttes, Messaoud ? Mais lesquelles, puisqu'elles ont cessé d'exister depuis longtemps. Peut-être pas totalement, ne serait-ce que parce que les «fiches bleues» n'ont pas entièrement disparu des usages et que dans la Fonction publique certains corps de métier sont pourvus en recrues par voie de concours. Une sélection dont l'organisation et le déroulement sont souvent décriés par des candidats eux-mêmes. Les uns y voyant la présence persistante du favoritisme quand d'autres font valoir que tout est déjà joué avant les épreuves juste pour le respect de la forme et de la «tradition». On ne sait plus qui croire. Il y a quelques mois seulement, on pouvait lire dans la presse les récriminations et dénonciations de postulants au titre de professeur chef de service des hôpitaux. Comme les candidats à l'examen de 5e, le brevet ou le bac, eux aussi mettent en cause des «trucs» de triche déguisée qui abaissent le niveau et dévalorisent une fonction autrefois très respectée. Bref, le dépérissement, des valeurs comme de la vraie vertu, est partout qui s'étend et ravage.
En principe, un contexte général si peu ragoutant aurait pu permettre à un certain Messaoud Benagoune, le plus connu des ministres nommés jeudi dernier, de poursuivre tranquillement et même avec les honneurs de la République, son bonhomme de chemin. Jusque-là, il avait accompli un parcours sans faute. Il est vrai que pour quelqu'un qui a surtout excellé dans l'arnaque et le faux, il n'y a pas de gloire à en tirer. Ou peut-être si, celle d'avoir eu la «longévité la plus courte» (pardon pour l'oxymore) dans la fonction de ministre : deux jours en comptant la passation de pouvoir et le trajet aller-retour jusqu'au ministère. Voilà bien un record à enregistrer au Guinness. Il parait que le bonhomme n'a jamais occupé un emploi ni eu une fiche de paie de sa vie. Et bien, maintenant c'est fait, il aura une fiche de paie pour deux jours de travail. Ça va chercher dans les 20 000, voire 30 000 DA, deux jours de travail (en fait un demi-jour, mais la République est généreuse) quand on a servi avec autant de diligence et d'entregent l'Etat. Bon, maintenant si Messaoud Lemsaouad n'est pas content et qu'il s'estime victime d'un licenciement abusif, il a toujours la possibilité et le droit reconnu à tout travailleur (même si lui n'a travaillé qu'un demi-jour) de demander réparation. Mais il faut qu'il sache qu'aucun juge algérien, et encore moins un inspecteur du travail, n'aura le culot de demander sa réintégration dans le seul boulot qu'il a jamais exercé, celui de ministre plus qu'éphémère, évanescent, aérien. Il vaut mieux, pour lui, s'adresser plutôt au Bureau international du travail (BIT) à Genève. Pas sûr qu'il lui obtienne un poste de travail, mais une carte de réfugié, c'est possible.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.