Décès de l'ancien ministre des Affaires religieuses, Dr Saïd Chibane: le Président Tebboune présente ses condoléances    L'Opep+ décide de maintenir son plan de production décidé en octobre dernier    Algérie-Jordanie: nécessité d'élargir la coopération bilatérale à d'autres secteurs    Maroc: des milliers de citoyens dans la rue pour protester contre la cherté de la vie    Clôture des travaux du colloque international sur la géopolitique de l'extrémisme    La 47e conférence de l'Eucoco se tiendra l'année prochaine à Saragosse, en Espagne    Djaafar Abdelli, nouveau DG de la CNR    Le Roi Abdallah II de Jordanie achève sa visite d'Etat en Algérie (Vidéo)    Démantèlement d'une organisation de trafic de drogue opérant entre le Maroc et l'Espagne    3e Conférence des ministres arabes de l'enseignement technique et professionnel du 24 au 26 décembre à Alger    Cancer de la gorge: entre cinq et six nouveaux cas enregistrés par semaine à l'EHUO    Cyclisme/Tour international du Nil (3e étape): l'Algérien Abderrahmane Kessir vainqueur    Khenchela : les combats d'Aouchaaoua, une des grandes batailles de la wilaya-1    Le Roi Abdallah II de Jordanie se recueille à la mémoire des martyrs de la Guerre de libération nationale    "Non-Aligned, Scenes of the Labudovic's Reels", un film documentaire sur le parcours du cameraman serbe Steven Labudovic    Pêche: Salaouatchi inspecte l'opération de levée des restes d'une péniche au port d'El-Djamila à Alger    Ligue 1 Mobilis : un coup d'épée en tête du classement, la JSK renverse Paradou    Constantine : les cadres du sport appelés à faire du CHAN 2023 une réussite    Concert euphorique de Hamidou à Alger    Mostaganem: La CNAS sensibilise les employeurs    Maladie de Parkinson: La plupart des patients tardent à consulter un médecin    Courage politique    Commerce: Le code-barres obligatoire dès mars prochain    Quatre personnes sauvées de l'asphyxie    Sétif: La statue de Aïn Fouara de nouveau vandalisée    Ces «anonymes» modernes que nous sommes !    Le FFS : un parti qui se confond avec la patrie    Le tribunal de Dar El Beïda prend une autre dimension!    Le défi du transport intermodal    «On a ouvert un nouveau livre»    Un Palestinien tombe en martyr    15 ans de prison ferme pour le principal accusé    Le grand souk!    L'appel de Moualfi aux industriels    L'épopée spatiale algérienne    Une famille nombreuse? Ça se gâte.    Défi royal pour le Sénégal    Les flops du Mondial    Un exploit pour rien    Une ville qui rayonne de splendeur    Berceau rural au patrimoine de l'humanité    Place aux compétitions!    Terrorisme: Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison    Une circulaire qui fait jaser en France    FAF - D'importantes décisions prises par le Bureau fédéral    Ligue 1- Mise à jour du championnat: Quatre affiches explosives au programme    L'ancien ministre Baraki condamné à 10 ans de prison    Quel avenir pour l'Europe ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Messaoud passe entre les gouttes
Publié dans La Tribune le 30 - 05 - 2017

Passé entre les gouttes, Messaoud ? Mais lesquelles, puisqu'elles ont cessé d'exister depuis longtemps. Peut-être pas totalement, ne serait-ce que parce que les «fiches bleues» n'ont pas entièrement disparu des usages et que dans la Fonction publique certains corps de métier sont pourvus en recrues par voie de concours. Une sélection dont l'organisation et le déroulement sont souvent décriés par des candidats eux-mêmes. Les uns y voyant la présence persistante du favoritisme quand d'autres font valoir que tout est déjà joué avant les épreuves juste pour le respect de la forme et de la «tradition». On ne sait plus qui croire. Il y a quelques mois seulement, on pouvait lire dans la presse les récriminations et dénonciations de postulants au titre de professeur chef de service des hôpitaux. Comme les candidats à l'examen de 5e, le brevet ou le bac, eux aussi mettent en cause des «trucs» de triche déguisée qui abaissent le niveau et dévalorisent une fonction autrefois très respectée. Bref, le dépérissement, des valeurs comme de la vraie vertu, est partout qui s'étend et ravage.
En principe, un contexte général si peu ragoutant aurait pu permettre à un certain Messaoud Benagoune, le plus connu des ministres nommés jeudi dernier, de poursuivre tranquillement et même avec les honneurs de la République, son bonhomme de chemin. Jusque-là, il avait accompli un parcours sans faute. Il est vrai que pour quelqu'un qui a surtout excellé dans l'arnaque et le faux, il n'y a pas de gloire à en tirer. Ou peut-être si, celle d'avoir eu la «longévité la plus courte» (pardon pour l'oxymore) dans la fonction de ministre : deux jours en comptant la passation de pouvoir et le trajet aller-retour jusqu'au ministère. Voilà bien un record à enregistrer au Guinness. Il parait que le bonhomme n'a jamais occupé un emploi ni eu une fiche de paie de sa vie. Et bien, maintenant c'est fait, il aura une fiche de paie pour deux jours de travail. Ça va chercher dans les 20 000, voire 30 000 DA, deux jours de travail (en fait un demi-jour, mais la République est généreuse) quand on a servi avec autant de diligence et d'entregent l'Etat. Bon, maintenant si Messaoud Lemsaouad n'est pas content et qu'il s'estime victime d'un licenciement abusif, il a toujours la possibilité et le droit reconnu à tout travailleur (même si lui n'a travaillé qu'un demi-jour) de demander réparation. Mais il faut qu'il sache qu'aucun juge algérien, et encore moins un inspecteur du travail, n'aura le culot de demander sa réintégration dans le seul boulot qu'il a jamais exercé, celui de ministre plus qu'éphémère, évanescent, aérien. Il vaut mieux, pour lui, s'adresser plutôt au Bureau international du travail (BIT) à Genève. Pas sûr qu'il lui obtienne un poste de travail, mais une carte de réfugié, c'est possible.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.