APN : Examen de la levée de l'immunité parlementaire de Boudjemaa Talaï    Raison d'Etat    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Forum des chefs d'entreprises (FCE): Mohamed Sami Agli élu nouveau président    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Projets d'infrastructures sportives en souffrance à Alger    CAN 2019, Groupe C Algérie 2 - Kenya 0 : Débuts réussis pour la sélection algérienne    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Création d'une commission spécialisée en vue des JM-2021    Fiba-Afrique : Le Mozambicain Anibal Manave nouveau président    Un fonctionnaire de la direction de l'Action locale arrêté en flagrant délit de corruption    Protection des plages contre la pollution    Les moustiques posent un problème de santé publique pour les habitants    Côte d'Ivoire : Scandale des 18.000 tonnes de riz avarié importé de Birmanie    Secteur de l'hydraulique à Mostaganem : Une enveloppe de 5,5 milliards DA pour financer cinq projets    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    Karim Ziani (Orléans) raccroche les crampons    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs, les priorités    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    La nécessaire diversification énergétique    Levée de l'immunité parlementaire du député Boudjemaa Talai et du sénateur Amar Ghoul    Le Sénat examine le dossier Amar Ghoul    L'Etat à la rescousse    Un médecin placé en détention provisoire    Baisse "importante" des quantités en mai 2019    Les Algériens suffoquent !    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    L'Algérien Toufik Hamoum à latête d'un conseil technique de l'Unesc    ALGERIE TELECOM : L'ex-PDG devant le procureur jeudi prochain    ACCUSES D'ENGENDRER DE GRAVES DOMMAGES POUR LE PARTI : Ould Abbes et Bouchareb indésirables au FLN    REMISE EN LIBERTE LOUISA HANOUNE : Une nouvelle demande introduite par les avocats    L'Iran a utilisé le système Sol-Air Khordad pour abattre le drone de reconnaissance Furtif US RQ-4A    La conjoncture impose des solutions structurelles    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Premiers incidents post-congrès    Déclaration    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Juge et partie, un non-sens !
Des présidents de clubs veulent intégrer la CNRL
Publié dans La Tribune le 17 - 07 - 2017

En fait, tout footballeur va à la commission comme un autre va à Cloche-merle, étant persuadé, dès la formulation de sa plainte, d'en sortir satisfait compte tenu de la systématisation des infractions à laquelle, en réalité, n'échappe aucun club professionnel, aussi structuré et organisé soit-il
Dans la dernière réunion ayant regroupé les présidents de clubs de football professionnel et le président de la ligue de football du même nom, un important point était à l'ordre du jour, celui de la Commission nationale de règlement des litiges (Cnrl). D'année en année, l'activité de ladite commission gagne en intensité ce qui, au demeurant, est logique sachant la multiplication de démarches faites désormais par les footballeurs trainant un contentieux avec leur employeur. Sur cet aspect de la question, et n'importe quel sportif lambda est en mesure de disserter à satiété, l'exception étant devenue la règle. En effet, quel est actuellement le joueur qui jurerait ne pas avoir un «problème» avec son employeur, même si à chaque fois pour des raisons surréalistes le contentieux demeure en état de latence jusqu'à la fin de la saison où, l'appel des sirènes aidant, les footballeurs envisagent de monnayer leurs talent auprès de tout mieux disant ? En fait, tout footballeur va à la commission comme un autre va à Cloche-merle étant persuadé dès la formulation de sa plainte d'en sortir satisfait compte tenu de la systématisation des infractions à laquelle, en réalité, n'échappe aucun club professionnel aussi structuré et organisé soit-il. Il y a d'abord le contrat et, de part et d'autre, deux parties agissant en dilettante et rarement connaisseuses du contenu tant dès le départ les dés sont pipés entre elles. Le footballeur aguiché par le salaire mirobolant proposé et l'employeur conscient qu'il ne s'agit en réalité pour lui que d'un document sans grande importance, dans le sens où les dispositions réglementaires contenues sont et peuvent être négociées en temps opportun, comme par exemple dans le cadre d'une séparation difficile mais qui peut se régler tout aussi à l'amiable. En effet, parmi tous les sujets de contentieux échouant sur la table de la Cnrl la majorité tourne autour de non respect de délais de contrat, de non versement de salaires qu'aussi bien les footballeurs que leurs employeurs ont appris dans un modus vivendi sidérant à dépasser comme larrons en foire en faisant concessions de part et d'autre. Malgré tout, ces deals n'empêchent pas la réalité d'une bousculade aux portes de la commission de résolution des litiges. Est-ce parce qu'à chaque fois la Cnrl a donné avantage aux footballeurs qu'au cours de la réunion de mercredi passé entre le président de la LFP et les présidents de clubs que ces derniers ont fait pour le moins une suggestion étonnante, celle de faire partie de la commission ? En somme, le plus court chemin pour un loup d'entrer dans la bergerie. Effectivement, est-il besoin de souligner que déontologiquement la commission concernée est censée être juste et impartiale et, au vu des décisions qu'elle prend depuis quelques temps, elle confirme qu'elle l'est même si de l'aveu de certains plaignants parfois certains de ses membres n'ont pas hésité à vouloir les dissuader de persister et signer dans leur plainte et, plus paradoxale, encore proposer en aparté des solutions médianes. En 2009, nous saurons d'un joueur du Mouloudia de Constantine qu'un membre de la commission, en aparté, lui avait proposé la résolution immédiate de son litige pour peu qu'il revoit à la baisse ses revendications. Selon notre interlocuteur ledit membre agissait pour le compte du président de club avec lequel il était en bisbille.
Ceci étant, il serait donc inconséquent que des représentants de clubs puissent prétendre à faire partie de la Commission nationale de résolution de litige et si tant est que la ligue accède à cette requête autant assurer son équilibre par l'intégration à titre paritaire de représentant des footballeurs.
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.