Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Game is over
Publié dans La Tribune le 24 - 07 - 2017

«The game is over in Syria.» Les propos de l'ancien ambassadeur américain à Damas, Robert Ford, dans une interview accordée au journal saoudien Al-Chark Al-Awsat, le 19 juin, auront été prémonitoires sur l'évolution future de la situation en Syrie. Le diplomate US qui était en poste à Alger en 2006 est connu pour avoir été à la manœuvre dans plusieurs points d'instabilité notamment au Proche-Orient. Pour lui la tragédie irakienne a accouché d'un échec pour son pays et ses alliés. Un mauvais calcul qui n'aura fait finalement que renforcer le fameux «axe du mal» cher à J.W.Bush. La situation sur le terrain syrien aura finalement évolué dans le mauvais sens pour les Américains et leurs alliés. Et ce, malgré les grands moyens mis dans la bataille. Le «Printemps arabe» devait continuer sa mission morbide, fragiliser la Syrie en faisant chuter le régime en place et le substituer par un régime «ami», couper le Hezbollah de sa base arrière syrienne, et mettre l'Iran en joue en atomisant l'axe Téhéran-Baghdad. Le résultat s'est avéré, près de sept ans après le début des grandes manœuvres, négatif voire aléatoire pour «l'équilibre» voulu par Washington dans la région. Les Américains n'ont probablement pas évalué à sa juste mesure la situation sur le terrain, ils n'auraient pas imaginé l'intervention des Iraniens et des Russes dans la bataille, avec cette détermination. Aujourd'hui la Syrie semble de plus en plus sortir du guêpier préparé et mené contre elle par plusieurs acteurs internationaux et régionaux. Après cette épreuve probablement la plus dramatique de l'histoire du pays, la Syrie ne s'en trouvera que plus ragaillardie. Mauvaise nouvelle pour tous ceux qui ont grandement misé sur le départ d'Assad et la chute du régime. Israëel, par exemple, qui poussait indirectement à la fragilisation de la Syrie en renforçant les fameux groupes armés, se retrouve aujourd'hui face à une situation plus problématique qu'avant. Le mouvement de résistance Hezbollah sort davantage renforcé de cette guerre après avoir pris les plus grands risques en y participant. En plus de l'engrangement de l'expérience le mouvement libanais peut désormais compter sur une autre base arrière : l'Irak. C'est justement là que les stratèges américains, français, britanniques et même turcs, c'est-à-dire atlantistes auront perdu la partie. Hériter d'une situation géopolitique moins favorable à l'arrivée alors qu'on a tablé sur un bouleversement de la région en notre faveur c'est indéniablement perdre la guerre. Difficile de l'admettre. La Russie semble se charger actuellement «d'aider» l'hyper-puissance à sauver la face. Et sortir du guêpier syrien avec le moins de «dégâts» pour l'image. Le diplomate Robert Ford, rompu à la lecture des événements et ayant une grande connaissance de la région, avait déjà prédit ce revers. Le jeu est terminé.
M. B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.