Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soft Power
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Le transfert du footballeur brésilien Neymar du FC Barcelone vers le Paris Saint-Germain continue d'occuper le devant de la scène médiatique internationale, suscitant controverses et polémiques. Les dirigeants du club catalan n'hésitant nullement à accuser les qataris, propriétaires du club parisien, de violation des règles du fair-play financier de l'Uefa et de transgression des normes de la concurrence économique de l'Union européenne. Cette affaire dépasse évidemment le cadre purement sportif ou de marketing tant le sport est devenu de nos jours un outil politique voire géopolitique de premier plan. Pour certains observateurs, la transaction constitue un coup stratégique du Qatar pour tenter de se sortir de l'isolement dans lequel tentent de le confiner ses quatre détracteurs, Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Egypte et Bahreïn. Doha, qui tente au travers de ses puissants relais médiatiques de prouver qu'il fait toujours des affaires avec les occidentaux, a piloté la transaction. Depuis l'éclatement de la crise avec ses voisins arabes, le Qatar a annoncé deux importants contrats, le premier avec les Etats-Unis pour l'acquisition d'avions de combat F-15 (environ 11 milliards d'euros), le second avec l'Italie (sept navires de guerre pour cinq milliards d'euros). La conclusion du transfert de Neymar pour le montant ahurissant de 222 millions d'euros, voudrait démontrer que le Qatar est toujours présent sur la scène mondiale au travers de ses «outils». L'affaire Neymar occupera en tout cas pour un temps la sphère médiatique internationale et fera oublier un tant soit peu la crise avec les «frères-ennemis» arabes. Le Qatar a investi depuis une dizaine d'années dans le domaine du sport et des médias sportifs à l'international, comme autant d'outils pour sa stratégie d'influence. Une stratégie de «Soft Power» qui a culminé avec le droit à l'organisation du Mondial de football en 2022. Malgré les polémiques qui se suivent le Qatar tente de résister. Les détracteurs de l'Emirat gazier condamnent déjà cette transaction au moment où pas très loin, au Yémen, des millions d'enfants meurent du cholera, faute de moyens pour se soigner à cause de la guerre imposée par une coalition dont fait partie le Qatar, notamment avant sa discorde avec Riyad. Il est évident que le football, sport le plus populaire de la planète, continue à chaque saison d'alimenter la bulle de l'argent qui risque de faire perdre à ce sport formidable son essence même. En 2015 la puissante Fifa avait failli éclater à cause des scandales qui l'ont éclaboussée. Scandales liés à l'argent. Aujourd'hui avec l'affaire Neymar, le football est de nouveau au cœur d'arrangements astronomique, sur fond d'intrigues géopolitiques entre Etats. Le football et les footballeurs, devenus une vulgaire marchandise, n'en sortent guère grandi.
M. B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.