Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Un budget supplémentaire, des hôtels et des services hospitaliers réquisitionnés: De nouvelles mesures pour lutter contre la Covid-19 à Oran    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Les précisions du wali d'Alger    L'aveu du Pr Benbouzid    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Le chanteur Belkhir Mohand-Akli s'éteint à 69 ans    Marchandises-prix: baisse de 14,3 % à l'exportation, hausse de 1,3 % à l'importation au 1er trimestre 2020    Goudjil et Chenine s'impliquent lourdement    Les 4 samedis    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    La reprise à nouveau renvoyée    Khacef veut continuer à Bordeaux    Mohamed Yahiaoui installé à la tête de la commission    Vers un mouvement de désobéissance civile au Mali    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Suite à une panne dans le réseau: Des coupures du courant électrique dans plusieurs quartiers à Sidi Chami    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    Les précisions de Ferhat Ait Ali    Les Algériens non concernés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Transfert de Neymar au PSG: Lorsque le sport brise l'isolement politique du Qatar
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 08 - 2017

En pilotant l'arrivée très probable du footballeur brésilien Neymar au Paris Saint-Germain, le Qatar fait un pied de nez à ses adversaires arabes qui tentent de l'isoler depuis deux mois et accroît sa visibilité mondiale, son «soft power», via le sport, estiment des experts. «Le transfert (annoncé) de Neymar au PSG (propriété du Qatar) a été piloté en haut lieu au Qatar et a servi surtout à déployer une stratégie de communication qui occulte dans la durée le débat sur toute autre question, notamment celle du soutien au terrorisme», juge Mathieu Guidère, professeur de géopolitique arabe à Paris. «Cela a permis de détourner l'attention et de la focaliser sur un thème consensuel, le sport», ajoute-t-il.
Pour Andreas Krieg, analyste associé au King's College de Londres, le transfert imminent de Neymar «envoie un signal très fort (du Qatar) au monde sportif» et constitue un acte de «défi» envers l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis. Le 5 juin, ces deux pays, Bahreïn et l'Egypte ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar et lui ont imposé des sanctions économiques en l'accusant d'entretenir des liens avec des groupes extrémistes et de ne pas prendre assez de distance avec l'Iran. S'en est suivie une campagne quotidienne visant à isoler Doha sur la scène arabe et bien au delà. De son côté, le Qatar a rejeté en bloc toutes les accusations, affirmant que ses adversaires cherchaient à placer sa politique étrangère «sous tutelle». Petit mais richissime émirat gazier, le Qatar (2,6 millions d'habitants) joue un rôle grandissant depuis une vingtaine d'années dans plusieurs conflits et dossiers sensibles du monde arabe. Mais il a aussi développé une stratégie d'influence via de gigantesques investissements internationaux dans l'immobilier, l'hôtellerie, l'industrie, le transport aérien, la finance, les médias et le sport. Les principaux symboles de ce «soft power» sont les chaînes de télévision Al-Jazeera et BeIn Sports, sans parler de Qatar Airways qui était jusqu'à la dernière saison le sponsor maillot du FC Barcelone. Le Qatar poursuit aussi les préparatifs pour organiser la Coupe du monde de football en 2022, malgré d'innombrables polémiques. Dans un discours le 21 juillet, l'émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a lui-même insisté sur la nécessité de développer le «+soft power+ au niveau international» avec la participation de «la meilleure expertise nationale, arabe et étrangère». L'arrivée annoncée de Neymar au PSG constitue indéniablement un «coup de com» pour le Qatar à un moment particulièrement délicat pour lui, estiment des experts. «Pour le moment, les adversaires du Qatar sont paralysés face à cette stratégie de contournement parce qu'aucun d'eux ne possède un levier de communication aussi puissant dans le domaine du sport international», explique M. Guidère.
«Depuis plusieurs jours, personne ne parle plus de l'image négative mais seulement du transfert de Neymar. En Occident, l'idée du sport l'emporte sur le reste également. Il est clair que le sport sert ici à briser l'isolement politique du Qatar». Le porte-parole du gouvernement français Christophe Castaner a de a abondé dans ce sens, soulignant que la mise en scène du transfert de Neymar au PSG représentait «une opération de communication» pour le Qatar mais que Doha doit toujours «faire toute la transparence» sur une éventuelle implication dans le financement du terrorisme. Selon M. Krieg, Neymar est «un coup de soft power», alors que le Qatar «doit démontrer au monde maintenant qu'il est robuste». «Il a l'économie et la situation financière les plus stables», contrairement à ses adversaires arabes, avec une réserve: «il ne doit y avoir aucune perturbation des exportations de GNL» (gaz naturel liquéfié), dont il est premier exportateur mondial, souligne cet expert.
Pour lui, «avoir le meilleur joueur (de football) montre au reste du monde que si le Qatar est déterminé», il a des moyens illimités dans lesquels il peut puiser à cette fin et pour promouvoir ses intérêts. «Ils voulaient ce joueur et ils ont utilisé l'argent pour l'acheter à n'importe quel prix», conclut M. Krieg. Depuis le début de la crise avec ses adversaires arabes, le Qatar a cherché à montrer qu'il continuait à faire affaire avec les Occidentaux. Deux importants contrats ont été annoncés, le premier avec les Etats-Unis pour l'acquisition d'avions de combat F-15 (environ 11 milliards d'euros), le second avec l'Italie (sept navires de guerre pour cinq milliards d'euros).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.