Arsenal : Wenger regrette le départ de Walcott    PSG : Neymar, Ménès et la "presse de m..."    Manchester United: Mourinho ne lâche pas Fellaini    Energies renouvelables: Selon Boutarfa, les projets de grande taille permettent de réduire les coûts    "Bouteflika a recadré Ouyahia sur les privatisations et contrôlera aussi le PPP" (source proche de la Présidence)    Plus de 400 000 placements prévus pour 2018    Les banques appelées à redoubler d'effort    Le nouveau coup de pouce de Washington à Tel-Aviv    Le message ferme de Pékin à Taipei    Le FFS exige l'arrêt immédiat des poursuites judiciaires    «L'Etat ne s'est jamais désengagé des collectivités locales»    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    Des structures dans l'œil du cyclone    Abdeslam Benmeghsoula «C'est une victoire encourageante»    Brèves...    Béjaïa : La grève du Cnapeste inquiète les parents d'élèves    Plus de 40% des foyers ne sont pas alimentés en gaz    Une diva à Alger    LIBYE    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    REVENDICATIONS DES RÉSIDENTS EN SCIENCES MÉDICALES    Ã€ L’APPEL DU CNAPESTE    PALESTINE OCCUPÉE    Une réunion des APC et APW se tient aujourd'hui à Alger pour discuter de nouvelles sources de financement local    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Habitat précaire: Les promesses du ministre de l'Intérieur    La privatisation : ni une religion ni la thériaque !    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    Constructions illicites érigées sur des terres agricoles: Poursuite des démolitions dans les communes de la daïra d'Ain El Turck    Ligue 2: Le RCR et le CABBA en arbitres      Championnat d'afrique 2018 de judo : Benyakhlef estime obtenir des résultats positifs à Tunis    «Ghoulam mérite amplement cette distinction»    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Les cotations du 17 janvier    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Catalogne : Le bras de fer pour l'investiture de Puigdemont commence    5.000 enfants tués ou blessés depuis le début du conflit    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Les étudiants des ENS ne décolèrent pas    Mostaganem : Le compostage pour valoriser les déchets domestiques    Guterres appelle à son renforcement    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    Centre des arts et des expositions de Tlemcen    Mohamed Aissa fustige les ONG internationales    Exposition du photographe de Andres Aléjos à Oran, similitudes entre l'Algérie et le Mexique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La sous-traitance, un vecteur de développement des PME
Face à l'inertie régnant au sein du tissu industriel
Publié dans La Tribune le 16 - 06 - 2008


Photo : Archives
Par Smaïl Boughazi
L'ouverture du marché en Algérie ne s'est pas faite sans l'émergence et l'apparition de nouvelles formes d'activité et de production.
Si les grands projets structurant et d'envergure dans tous les secteurs étaient et sont, actuellement, la chasse gardée des grandes entreprises et des multinationales, les petites et moyennes entreprises n'ont que le choix de s'orienter vers d'autres formes d'activité afin d'optimiser leur rendement et, par ricochet, démarrer et intégrer le tissu industriel. Si la sous-traitance est considérée par nombre de spécialistes comme l'environnement naturel où peuvent vivre ces PME, l'externalisation, une autre forme d'activité, n'est pas exclue du tableau. Ces deux termes, la sous-traitance et l'externalisation, désignent l'opération par laquelle une entreprise confie à une autre tout ou une partie de l'exécution du contrat d'entreprise ou du marché public conclu avec son donneur d'ordre. Explicitement, la sous-traitance est un contrat par lequel une entreprise dite «mutuelle» demande à une autre entreprise dite «assujettie» de réaliser une partie de sa production ou des composants nécessaires à sa production.
Pour ce qui concerne l'externalisation, ce phénomène consiste, pour l'entreprise mère, à se concentrer sur son activité principale ou le cœur de métier qu'elle maîtrise parfaitement et, à faire réaliser par des intervenants extérieurs (autres entreprises, cabinets spécialisés, etc.) des travaux ou des ouvrages qui font partie des activités secondaires selon des normes et des spécifications qu'elle a choisies, et dont la bonne conduite des opérations est sous la responsabilité de ces intervenants. En Algérie, même si le terme définit clairement le rôle que peuvent jouer les PME dans la promotion de ce mode d'activité, il est néanmoins primordial de s'interroger sur le niveau qu'elle a atteint au sein des entreprises. La sous-traitance a certainement des bienfaits que personne ne peut nier. Ce moyen contribue, en clair, à réduire les coûts, à augmenter la cadence des réalisations ; permet une spécialisation pointue et, en même temps, facilite la réalisation des projets. Même si elle a été longtemps ignorée ou oubliée, la sous-traitance a, ces dernières années, consenti des progrès. Le recours à cette solution pourrait, à coup sûr, être l'élément déclencheur du développement des PME, véritables piliers de toutes les économies. En fait, les PME peuvent trouver en ce mode d'activité tous les ingrédients qui les stimuleront et rehausseront leur rendement. C'est une évidence, mais il reste à s'interroger sur celui qui pourrait réguler ces activités et les mettre aux normes en vigueur. Quelque 400 000 PME activent en Algérie avec une prédominance des très petites entreprises du secteur privé, recensées cette année par les pouvoirs publics. Cette population nécessite un cadrage bien précis afin de créer une synergie et l'environnement adéquat. Ce nombre considérable de PME est l'un des facteurs qui peuvent propulser la culture de la sous-traitance et faire en sorte que la spécialisation reste une condition sine qua non pour tout projet en chantier. Ainsi, chaque entreprise pourrait intervenir efficacement dans son champ d'action. Le lancement de plusieurs projets d'envergure en Algérie a permis d'augmenter, selon les spécialistes, les parts de marché de la sous-traitance, même si les statistiques inhérentes à ce sujet ne sont pas connues. Le cadrage de ce phénomène existe bel et bien. Les pouvoirs publics, pour remettre les choses à leur place, ont mis sur pied, depuis 2003, un conseil national pour la sous-traitance, et ce, en vertu du décret exécutif n°03-188 du 22 avril 2003 portant composition, organisation et fonctionnement du Conseil national chargé de la promotion de la sous-traitance. Les missions fondamentales dudit conseil sont, entre autres, la proposition de toute mesure destinée à réaliser une meilleure intégration de l'économie nationale, favoriser l'insertion des PME dans le courant mondial de la sous-traitance, la promotion des opérations de partenariat avec les grands donneurs d'ordre tant nationaux qu'étrangers et la coordination des activités des Bourses algériennes de sous-traitance et de partenariat. A leur tête, la Bourse algérienne de sous-traitance et de partenariat (BASTP), mise en place par le ministère de la PME.
Cette dernière est aussi l'un des acteurs incontournables pouvant donner un nouveau souffle à la sous-traitance. C'est un organisme qui a vu le jour en 1992 pour cadrer et même rassembler toutes les données ayant trait à ce sujet. Cette association professionnelle, créée en 1992, avec l'appui des pouvoirs publics, conformément aux directives du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et de l'Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s'est donné la tâche de ressembler toutes les informations en relation avec la sous-traitance, devenant ainsi «un centre d'information de technique industrielle et de promotion de la sous-traitance inter-entreprises visant l'utilisation optimale [la plus complète et la plus rationnelle possible] des capacités existantes ou à créer». Elle apparaît non seulement comme le point de rencontre et l'instrument de régulation entre l'offre et la demande de travaux de sous-traitance industrielle, mais aussi comme un instrument d'assistance aux partenaires en présence et particulièrement les PMI sous-traitantes. Trois autres Bourses de sous-traitance régionales activent au niveau de la région Est depuis 1993, à l'Ouest depuis 1997 et dans le Sud en 1998.
A signaler que cette 3ème édition du Salon de l'externalisation en Algérie (SEA) se déroulera du 17 au 18 novembre prochain à Alger. Cette manifestation de portée indéniable pour les PME sera aussi, selon les organisateurs, un rendez-vous important pour les entreprises désirant évaluer et mettre à jour leurs méthodes de travail.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.