Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    MCA -USMA J-4 : Bendebka «Pour ne pas décevoir les Chnaoua, toute défaite est interdite contre l'USMA»    MCA -USMA J-4 : Casoni «J'ai une idée précise sur l'équipe de l'USMA, mais... »    Migrants en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauraient tarder"    La Russie va réduire sa présence militaire en Syrie    Elections locales: 16 cas de saisine soumises à la justice    Le pétrole en ordre dispersé en Asie    Zimbabwe : le nouveau président appelle à éviter la vengeance    Méditerranée: 1.500 migrants secourus en 3 jours    Algérie : DZ Joker bombarde la chaine TV Ennahar dans une nouvelle vidéo    Mnangagwa attendu au Zimbabwe pour lui succéder    Le Parlement de Tobrouk donne son quitus    Un nouveau projet de loi adopté par le Conseil des ministres    Des téléphones mobiles LG produits en Algérie    2 600 agents de police mobilisés    "Je ne pouvais pas dire non !"    Séminaire d'arbitres d'élite ce samedi à Sidi-Moussa    Zetchi : "C'est un petit dérapage"    Bouteflika s'implique    Une nouvelle campagne de vaccination du "RR" du 26 décembre au 2 janvier    L'opération d'indemnisation lancée    Bedoui annonce la prorogation du scrutin jusqu'à 20h00 dans 44 wilayas    Saïd Boukhari n'est plus    Sur les traces des héros de la Révolution algérienne à El-Eulma    Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites    Locales 2017: affluence appréciable des électeurs à Alger-Centre durant la matinée    Sahara Occidental: la Namibie déplore la teneur du discours du Souverain marocain qui "mine tous les efforts d'une solution pacifique" (MAE)    Sahara Occidental: le Conseil de sécurité exprime son soutien aux efforts de Kohler    Vers une nouvelle tendance baissière ?    Graves révélations du syndicat des techniciens de la maintenance    Un mandat dans un contexte de crise    Effondrement d'un immeuble en plein centre-ville    L'Etat veut renforcer la protection des consommateurs    Elections locales : Les gens outrés par l'affichage anarchique    Un déficit fiscal de 4 milliards de dollars    Brèves....    Les Bourses européennes en ordre dispersé en l'absence de Wall Street    Tlemcen - Protection de l'enfant : tous concernés    Rendez-vous de la paix pour la Syrie à Sotchi    «Une étape historique dans la coopération éducative franco-algérienne»: Inauguration officielle de l'école française à Oran le 3 décembre    La cartographie politique confortée    "Je ne peux pas promettre le titre pour plaire aux fans"    Le ministère de l'Education annonce le calendrier    Il a été effectué hier    Une pièce retraçant les souffrances des Algériens lors de la Guerre de libération    400 chiites arrêtés en une semaine    Le Miptv et Canneseries au secours de l'audiovisuel    Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La laiterie de Beni Tamou se redéploie
18 mois après sa privatisation
Publié dans La Tribune le 30 - 03 - 2009


Photo : Zoheir
Par Samira Imadalou
Les groupes publics activant dans l'industrie agroalimentaire n'ont pas échappé à la privatisation comme ce fut le cas pour d'autres secteurs industriels. Dans ce cadre, la laiterie de Beni Tamou (Blida) relevant du groupe industriel public du lait (Giplait) a été cédée au français Lactalis en association avec le groupe algérien Soummam. La laiterie, qui employait plus de 300 personnes pour produire 120 000 litres de lait par jour pour une capacité de 340 000 litres, est ainsi entre les mains de Lactalis et de Soummam depuis 18 mois après avoir été proposée à la vente en février 2005. Une joint-venture a été créée pour acheter la laiterie au groupe Giplait afin de développer les produits existants de la laiterie et lancer une gamme complète de fromage de la marque Président, fabriquée en Algérie. Quel bilan faire de cette opération de privatisation une année et demi après sa concrétisation ? La question mérite d'être posée sachant que la laiterie a passé une période difficile après la découverte fin 2008 d'une quantité importante de matières premières laitières avariées. Ce qui a mis la laiterie au centre d'un scandale. Face à cette situation, ses responsables ont tenu à rappeler que beaucoup de choses ont été faites depuis son rachat. Selon un communiqué rendu public par le groupe, celle-ci s'est complètement investie dans la filière lait depuis le début de l'année 2008 en s'associant avec l'ensemble des collecteurs et producteurs du centre de l'Algérie qui travaillaient déjà avec elle pour développer la collecte. Pour cela, un programme a été mis en place afin d'apporter un soutien à l'ensemble de la filière : un support technique, une aide à la nutrition du cheptel (complément alimentaire pour bétail et lait d'allaitement pour les veaux), une mise à la disposition à titre gracieux pour les producteurs et les collecteurs de tanks frigorifiques d'une capacité de stockage de 60 000 litres.La laiterie de Beni Tamou a par ailleurs apporté un soutien financier aux éleveurs pour leur permettre d'acheter des vaches et aussi en sélectionnant les meilleures vaches productrices adaptées à l'environnement algérien. Les responsables de cette unité ont également déclaré avoir adhéré à la politique économique agricole algérienne en aidant ainsi le développement de la collecte de lait afin d'éviter l'importation massive de poudre de lait. Et aussi en développant une politique de semences fourragères adaptées au terroir algérien afin d'accroître la production fromagère et éviter ainsi l'importation massive de compléments alimentaires. Dans ce cadre, un plan d'essai d'une nouvelle semence permettant un nombre important de coupes a été mis en place chez trente éleveurs et commence à donner des résultats plus qu'encourageants.
Pour cette année, la stratégie va consister à accentuer encore ce plan de développement en utilisant le nouveau dispositif d'aide à la filière lait. Ainsi, un plan d'équipement de tanks frigorifiques est prévu ; une centaine sera à nouveau installée. Côté équipement, des camions citerne spécifiques à la collecte du lait ont été réceptionnés. L'option est également au soutien à l'importation de génisses. Un grand plan de formation technique concernant la tenue des étables, l'hygiène de la traite, l'hygiène du bétail a été mis en place. Il est accompagné d'un plan de formation sur les conduites des troupeaux, sur l'utilisation de la production fourragère et sur
l'amélioration de l'utilisation de l'insémination artificielle. Dans la continuité du développement de la nouvelle semence fourragère
appropriée au terroir, celle-ci pourra être testée au cours de cette année. Par ailleurs, la laiterie a affiché son adhésion au nouveau dispositif de développement de la filière lait mis en place par le ministère de l'Agriculture. Un programme qui a donné des résultats. La laiterie, qui avait collecté 500 000 litres/mois en 2008, a doublé ce volume pour le porter à la fin de l'année à 1 million de litres/mois. Pour les deux premiers mois de cette année, les efforts de la laiterie, et le nouveau dispositif du ministère de l'Agriculture ont permis
d'augmenter la collecte de 60% de la collecte. La quantité de lait cru intégrée dans la production a ainsi atteint 1 600 000 litres durant le mois de février passé.
S. I.
Projet d'importation de 6 000 vaches pour la wilaya de Sidi Bel Abbès
La production laitière à Sidi Bel Abbès sera prochainement renforcée avec l'importation de 6 000 vaches laitières. Une commission à
caractère technique et financier a été installée à cet effet. Cette commission, composée de représentants de la chambre du commerce, de la DSA, de la chambre d'agriculture, de banques, de l'institut technique est chargée de suivre l'opération (chambre de commerce et d'industrie de la Mekkera) jusqu'à sa concrétisation. L'importation de 6 000 vaches laitières a pour objectif l'augmentation de la production laitière à hauteur de 64 millions de litres/an. Ces vaches seront réparties à travers 200 fermes à raison de 30 vaches chacune. Des contacts sont en cours avec une société australienne pour la réalisation d'infrastructures d'élevage (étables, écuries) selon des standards internationaux afin de préserver en bonne santé ces espèces animales, a-t-on encore annoncé. Par ailleurs, il sera procédé à la création d'une unité de production de génisses locales, avec l'implantation d'embryons importés, par un personnel qualifié. D'autre part, il a été souligné que ces projets contribueront à la création de quelque 1 400 emplois et la réalisation de plusieurs unités de transformations du lait dans une wilaya considérée comme un bassin laitier important au niveau national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.