Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    La semaine en bref…    Italie : Saipem condamnée pour corruption en Algérie    Boumerdès : des habitants s'opposent à un projet touristique    A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach    Oran : Peine capitale à l'encontre du meurtrier de la petite Salsabil et son complice    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    C'est important d'avoir des partis maghrébins à la Fête de l'Humanité    Ligue des Champions : L'ESS croit en ses chances    JSK : Tout pour garder la première place    Championnat algérien : La Fifa enquête sur la corruption dans le football, selon BBC Arabic    La présidentielle 2019 au menu    Assises sociales ce samedi    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Dakar accueillera la cérémonie le 8 janvier 2019    Benalla, ex-collaborateur de Macron, s'explique devant le Sénat    Instruction ignorée    Le niet de Hasbellaoui    La Chine ne dévaluera «jamais» le yuan    Des sujets sensibles à l'ordre du jour    ACTUCULT    Tous ont combattu ! Qui a trahi ?    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    Ligue 2: Une aubaine pour l'ESM, le MCEE et l'USB    En perspective des Jeux méditerranéens de 2021: Plus de 1 milliard DA pour la réhabilitation des infrastructures sportives    Inter-régions: Les choses sérieuses commencent    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Procès Salsabile à Oran: Peine capitale requise contre les deux accusés    Vers l'éradication du site de stockage de «la jumenterie»: Plus de 100 tonnes de déchets hospitaliers du CHUO traitées    Bousfer: 17 constructions et extensions démolies    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Quand une ville coule, c'est Dieu qui est responsable    L'événement Maurice Audin : Macron ouvre des brèches en Algérie    Eric Zemmour et sa philosophie du prenom gallicisé    Scandaleux !    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Belmadi prépare déjà le Bénin    Premières tendances des élections législatives et locales    Pari difficile pour Benghabrit    Un policier tue deux personnes à Oran    Ould Kablia brise le silence    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La laiterie de Beni Tamou se redéploie
18 mois après sa privatisation
Publié dans La Tribune le 30 - 03 - 2009


Photo : Zoheir
Par Samira Imadalou
Les groupes publics activant dans l'industrie agroalimentaire n'ont pas échappé à la privatisation comme ce fut le cas pour d'autres secteurs industriels. Dans ce cadre, la laiterie de Beni Tamou (Blida) relevant du groupe industriel public du lait (Giplait) a été cédée au français Lactalis en association avec le groupe algérien Soummam. La laiterie, qui employait plus de 300 personnes pour produire 120 000 litres de lait par jour pour une capacité de 340 000 litres, est ainsi entre les mains de Lactalis et de Soummam depuis 18 mois après avoir été proposée à la vente en février 2005. Une joint-venture a été créée pour acheter la laiterie au groupe Giplait afin de développer les produits existants de la laiterie et lancer une gamme complète de fromage de la marque Président, fabriquée en Algérie. Quel bilan faire de cette opération de privatisation une année et demi après sa concrétisation ? La question mérite d'être posée sachant que la laiterie a passé une période difficile après la découverte fin 2008 d'une quantité importante de matières premières laitières avariées. Ce qui a mis la laiterie au centre d'un scandale. Face à cette situation, ses responsables ont tenu à rappeler que beaucoup de choses ont été faites depuis son rachat. Selon un communiqué rendu public par le groupe, celle-ci s'est complètement investie dans la filière lait depuis le début de l'année 2008 en s'associant avec l'ensemble des collecteurs et producteurs du centre de l'Algérie qui travaillaient déjà avec elle pour développer la collecte. Pour cela, un programme a été mis en place afin d'apporter un soutien à l'ensemble de la filière : un support technique, une aide à la nutrition du cheptel (complément alimentaire pour bétail et lait d'allaitement pour les veaux), une mise à la disposition à titre gracieux pour les producteurs et les collecteurs de tanks frigorifiques d'une capacité de stockage de 60 000 litres.La laiterie de Beni Tamou a par ailleurs apporté un soutien financier aux éleveurs pour leur permettre d'acheter des vaches et aussi en sélectionnant les meilleures vaches productrices adaptées à l'environnement algérien. Les responsables de cette unité ont également déclaré avoir adhéré à la politique économique agricole algérienne en aidant ainsi le développement de la collecte de lait afin d'éviter l'importation massive de poudre de lait. Et aussi en développant une politique de semences fourragères adaptées au terroir algérien afin d'accroître la production fromagère et éviter ainsi l'importation massive de compléments alimentaires. Dans ce cadre, un plan d'essai d'une nouvelle semence permettant un nombre important de coupes a été mis en place chez trente éleveurs et commence à donner des résultats plus qu'encourageants.
Pour cette année, la stratégie va consister à accentuer encore ce plan de développement en utilisant le nouveau dispositif d'aide à la filière lait. Ainsi, un plan d'équipement de tanks frigorifiques est prévu ; une centaine sera à nouveau installée. Côté équipement, des camions citerne spécifiques à la collecte du lait ont été réceptionnés. L'option est également au soutien à l'importation de génisses. Un grand plan de formation technique concernant la tenue des étables, l'hygiène de la traite, l'hygiène du bétail a été mis en place. Il est accompagné d'un plan de formation sur les conduites des troupeaux, sur l'utilisation de la production fourragère et sur
l'amélioration de l'utilisation de l'insémination artificielle. Dans la continuité du développement de la nouvelle semence fourragère
appropriée au terroir, celle-ci pourra être testée au cours de cette année. Par ailleurs, la laiterie a affiché son adhésion au nouveau dispositif de développement de la filière lait mis en place par le ministère de l'Agriculture. Un programme qui a donné des résultats. La laiterie, qui avait collecté 500 000 litres/mois en 2008, a doublé ce volume pour le porter à la fin de l'année à 1 million de litres/mois. Pour les deux premiers mois de cette année, les efforts de la laiterie, et le nouveau dispositif du ministère de l'Agriculture ont permis
d'augmenter la collecte de 60% de la collecte. La quantité de lait cru intégrée dans la production a ainsi atteint 1 600 000 litres durant le mois de février passé.
S. I.
Projet d'importation de 6 000 vaches pour la wilaya de Sidi Bel Abbès
La production laitière à Sidi Bel Abbès sera prochainement renforcée avec l'importation de 6 000 vaches laitières. Une commission à
caractère technique et financier a été installée à cet effet. Cette commission, composée de représentants de la chambre du commerce, de la DSA, de la chambre d'agriculture, de banques, de l'institut technique est chargée de suivre l'opération (chambre de commerce et d'industrie de la Mekkera) jusqu'à sa concrétisation. L'importation de 6 000 vaches laitières a pour objectif l'augmentation de la production laitière à hauteur de 64 millions de litres/an. Ces vaches seront réparties à travers 200 fermes à raison de 30 vaches chacune. Des contacts sont en cours avec une société australienne pour la réalisation d'infrastructures d'élevage (étables, écuries) selon des standards internationaux afin de préserver en bonne santé ces espèces animales, a-t-on encore annoncé. Par ailleurs, il sera procédé à la création d'une unité de production de génisses locales, avec l'implantation d'embryons importés, par un personnel qualifié. D'autre part, il a été souligné que ces projets contribueront à la création de quelque 1 400 emplois et la réalisation de plusieurs unités de transformations du lait dans une wilaya considérée comme un bassin laitier important au niveau national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.