Opep: poursuite des discussions mardi autour d'une prolongation des réductions de production en vigueur    Santé du président : La présidence rassure et annonce que Tebboune rentrera dans les jours prochains    Covid-19 : mise en garde contre la consommation "anarchique" des anticoagulants    L'armée sahraouie poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    USMA : l'entraineur François Ciccolini suspendu deux ans par la LFP    Amnesty appelle à doter la Minurso d'un mécanisme de surveillance des droits de l'Homme    Energies renouvelables: le CEREFE analyse les raisons d'échec des programmes précédents    Covid-19: le confinement partiel à domicile élargi à 34 wilayas    Résolution du PE: la décision politique indépendante de l'Algérie "dérange" les parties étrangères    Tribunal de Koléa : une peine de trois ans de prison ferme requise contre Karim Tabou    Tipasa : report au 7 décembre du procès de "Mme Maya"    Coronavirus: 978 nouveaux cas, 605 guérisons et 21 décès ces dernières 24    REPRISE DU TRAFIC FERROVIAIRE : La SNTF apporte des précisions    TIN ZAOUATINE (TAMANRASSET) : Un terroriste armé se rend aux autorités militaires    Reprise des vols vers la France le 27 décembre    COVID-19 : Premières opérations de vaccination en janvier    Le confinement partiel prolongé de 15 jours, sauf pour les mosquées    SCOLARISATION A DOUBLE VACATION : Annulation des cours du samedi    Jeux olympiques et paralympiques 2020: versement de subventions financières à trois disciplines    Liga : Des statisitiques peu flatteuses pour Zidane et le Real Madrid    ASSE: Boudebouz a vu des Lillois "timides"    Ligue des champions: victoire du CRB devant Al-Nasr 2-0    Guardiola réagit au hat-trick de Mahrez    Talaie el Hourriyet regrette les «tâtonnements» et les «effets d'annonce» du gouvernement    Ouyahia et Sellal condamnés à cinq ans de prison    L'Iran réfléchit à sa riposte    Bouzidi à la rescousse, Abdeslam fait «demi-tour» !    Le barrage de Beni-Haroun rempli à 90%    Saisie de marchandises prohibées à travers plusieurs wilayas par la gendarmerie    Début de semaine agité sur le front social    Place au numérique    Un Goncourt et un Renaudot pas comme les autres remis aujourd'hui    Pas de majorité législative pour le président Kaboré    Abus de fonction, clientélisme et rapine    Repli historique du dinar face à l'euro    L'Eniem en arrêt technique à partir du 1er décembre    Plusieurs blessés lors de la "marche des liberté"    L'opposition maintient la pression sur Loukachenko    La sociologie et la Guerre d'Algérie revisitées    La crise des années 1980 sur fond d'histoire d'amour    Réflexion sur les violences faites aux femmes    Raymonde Peschard dite Taoues, ou l'histoire d'une battante    Décès du Professeur Tarek Bouktir, enseignant-chercheur à l'université Sétif 1    Aménagements extérieurs des 8700 logements sociaux d'Oued Tlelat: Les entreprises retardataires menacées de résiliation de contrats    Quand la société néglige son autre moitié    Les journaux absents chez les buralistes    L'Algérie remet les pendules à l'heure    La France face à ses contradictions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La laiterie de Beni Tamou se redéploie
18 mois après sa privatisation
Publié dans La Tribune le 30 - 03 - 2009


Photo : Zoheir
Par Samira Imadalou
Les groupes publics activant dans l'industrie agroalimentaire n'ont pas échappé à la privatisation comme ce fut le cas pour d'autres secteurs industriels. Dans ce cadre, la laiterie de Beni Tamou (Blida) relevant du groupe industriel public du lait (Giplait) a été cédée au français Lactalis en association avec le groupe algérien Soummam. La laiterie, qui employait plus de 300 personnes pour produire 120 000 litres de lait par jour pour une capacité de 340 000 litres, est ainsi entre les mains de Lactalis et de Soummam depuis 18 mois après avoir été proposée à la vente en février 2005. Une joint-venture a été créée pour acheter la laiterie au groupe Giplait afin de développer les produits existants de la laiterie et lancer une gamme complète de fromage de la marque Président, fabriquée en Algérie. Quel bilan faire de cette opération de privatisation une année et demi après sa concrétisation ? La question mérite d'être posée sachant que la laiterie a passé une période difficile après la découverte fin 2008 d'une quantité importante de matières premières laitières avariées. Ce qui a mis la laiterie au centre d'un scandale. Face à cette situation, ses responsables ont tenu à rappeler que beaucoup de choses ont été faites depuis son rachat. Selon un communiqué rendu public par le groupe, celle-ci s'est complètement investie dans la filière lait depuis le début de l'année 2008 en s'associant avec l'ensemble des collecteurs et producteurs du centre de l'Algérie qui travaillaient déjà avec elle pour développer la collecte. Pour cela, un programme a été mis en place afin d'apporter un soutien à l'ensemble de la filière : un support technique, une aide à la nutrition du cheptel (complément alimentaire pour bétail et lait d'allaitement pour les veaux), une mise à la disposition à titre gracieux pour les producteurs et les collecteurs de tanks frigorifiques d'une capacité de stockage de 60 000 litres.La laiterie de Beni Tamou a par ailleurs apporté un soutien financier aux éleveurs pour leur permettre d'acheter des vaches et aussi en sélectionnant les meilleures vaches productrices adaptées à l'environnement algérien. Les responsables de cette unité ont également déclaré avoir adhéré à la politique économique agricole algérienne en aidant ainsi le développement de la collecte de lait afin d'éviter l'importation massive de poudre de lait. Et aussi en développant une politique de semences fourragères adaptées au terroir algérien afin d'accroître la production fromagère et éviter ainsi l'importation massive de compléments alimentaires. Dans ce cadre, un plan d'essai d'une nouvelle semence permettant un nombre important de coupes a été mis en place chez trente éleveurs et commence à donner des résultats plus qu'encourageants.
Pour cette année, la stratégie va consister à accentuer encore ce plan de développement en utilisant le nouveau dispositif d'aide à la filière lait. Ainsi, un plan d'équipement de tanks frigorifiques est prévu ; une centaine sera à nouveau installée. Côté équipement, des camions citerne spécifiques à la collecte du lait ont été réceptionnés. L'option est également au soutien à l'importation de génisses. Un grand plan de formation technique concernant la tenue des étables, l'hygiène de la traite, l'hygiène du bétail a été mis en place. Il est accompagné d'un plan de formation sur les conduites des troupeaux, sur l'utilisation de la production fourragère et sur
l'amélioration de l'utilisation de l'insémination artificielle. Dans la continuité du développement de la nouvelle semence fourragère
appropriée au terroir, celle-ci pourra être testée au cours de cette année. Par ailleurs, la laiterie a affiché son adhésion au nouveau dispositif de développement de la filière lait mis en place par le ministère de l'Agriculture. Un programme qui a donné des résultats. La laiterie, qui avait collecté 500 000 litres/mois en 2008, a doublé ce volume pour le porter à la fin de l'année à 1 million de litres/mois. Pour les deux premiers mois de cette année, les efforts de la laiterie, et le nouveau dispositif du ministère de l'Agriculture ont permis
d'augmenter la collecte de 60% de la collecte. La quantité de lait cru intégrée dans la production a ainsi atteint 1 600 000 litres durant le mois de février passé.
S. I.
Projet d'importation de 6 000 vaches pour la wilaya de Sidi Bel Abbès
La production laitière à Sidi Bel Abbès sera prochainement renforcée avec l'importation de 6 000 vaches laitières. Une commission à
caractère technique et financier a été installée à cet effet. Cette commission, composée de représentants de la chambre du commerce, de la DSA, de la chambre d'agriculture, de banques, de l'institut technique est chargée de suivre l'opération (chambre de commerce et d'industrie de la Mekkera) jusqu'à sa concrétisation. L'importation de 6 000 vaches laitières a pour objectif l'augmentation de la production laitière à hauteur de 64 millions de litres/an. Ces vaches seront réparties à travers 200 fermes à raison de 30 vaches chacune. Des contacts sont en cours avec une société australienne pour la réalisation d'infrastructures d'élevage (étables, écuries) selon des standards internationaux afin de préserver en bonne santé ces espèces animales, a-t-on encore annoncé. Par ailleurs, il sera procédé à la création d'une unité de production de génisses locales, avec l'implantation d'embryons importés, par un personnel qualifié. D'autre part, il a été souligné que ces projets contribueront à la création de quelque 1 400 emplois et la réalisation de plusieurs unités de transformations du lait dans une wilaya considérée comme un bassin laitier important au niveau national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.