Tebboune opéré avec succès du pied droit    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    En attendant la bonne thérapie    Assainissement de l'affichage publicitaire à Aïn El Turck: Des panneaux illicites démantelés et des mises en demeure    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Après le sit-in à la Faculté de médecine: L'administration répond favorablement aux revendications des étudiants    Rapport Stora sur la colonisation: Pas de «repentance ni d'excuses»    Perte de 131.000 postes d'emploi    Des derbies et de belles affiches au menu    265 nouvelles contaminations et 6décès en 24 heures    Un nouveau projet de loi en cours    La présidence rassure sur l'état de santé du chef de l'Etat    "Ni repentance ni excuses"    Mondial 2021 de Handball. Algérie 26 – France 29 : Le sept national passe à côté d'un exploit    Plein cap sur l'électrique    Hollywood out !    Véritable moelleux au chocolat    L'état-major de l'ANP marque sa présence aux frontières sécuritaires du pays    La gamme Dacia étoffée    Expo «La Chine vue par Hachemi Ameur 3»    Le producteur Phil Spector, faiseur de tubes et magicien du son    Visant «la promotion de la distribution de l'activité culturelle et artistique» Une convention de coopération entre les ministères de la Culture et de la Défense nationale    LFP : Les sanctions tombent    Le MCA aura le statut de filiale de Sonatrach    3 décès et 249 nouveaux cas    Abbas attendu aujourd'hui à Béjaïa    Crise structurelle des caisses de sécurité sociale    "Le pouvoir se fait hara-kiri"    Six mois de prison ferme pour cinq hirakistes    Youcef Nebbache comparaîtra en citation directe le 28 janvier    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Près de 140 morts en trois jours    Les personnels du Commerce à nouveau en grève    La commune se tourne vers les marchés couverts    L'ONU réclame une aide d'urgence de 76 millions de dollars    Ferhat Aït Ali signe quatre autorisations provisoires    Transition énergétique : «Le rôle de Sonelgaz est incontournable» selon Chaher Boulakhras    Energies renouvelables : Création d'une entreprise de production et de distribution des énergies renouvelables    USM Alger : Nadir Bouzenad nouveau secrétaire général    Les Marocains "digèrent mal" le couscous maghrébin    "La question kabyle dans le nationalisme algérien 1949-1962", un livre de Ali Guenoun    Roman-pamphlet contre les tabous du viol    Investiture de Biden aujourd'hui: Une cérémonie sous haute surveillance    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    Le visa est devenu un enjeu diplomatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les projets se multiplient dans le secteur de la pêche
En attendant la réorganisation des circuits de distribution
Publié dans La Tribune le 10 - 06 - 2009


Photo : S. Zoheir
Par Smaïl Boughazi
Le secteur de la pêche est jugé porteur. Il peut contribuer à garantir l'autosuffisance alimentaire. Malgré de nombreux obstacles, le secteur connaît actuellement une dynamique particulière. Les pouvoirs publics misent beaucoup sur ces gisements que sont les ressources halieutiques. En plus du programme initié par le secteur en 2000, une pléiade de projets sont inscrits au titre du plan de développement du secteur.
Une trentaine de projets pilotes destinés à la recherche dans le domaine de l'aquaculture en Algérie seront réalisés d'ici à 2014. Ces investissements sont chapeautés par le Centre national de recherche et de développement en aquaculture (CNRDA) de Bousmaïl.
C'est ce qu'a indiqué hier à l'APS le directeur du développement de l'aquaculture, M. Abdelkader Bounouni. Selon la même source, au total 29 fermes pilotes, d'une capacité variant entre 5 et 30 tonnes, selon le type d'activité et l'endroit du projet, vont être réalisées sur des fonds de l'Etat au niveau des Hauts Plateaux. Leur mission est d'effectuer des recherches, des formations et des expériences scientifiques, en vue de les mettre à la disposition des investisseurs privés activant dans ce domaine.
Selon ce responsable, ces fermes seront équipées de toutes les commodités nécessaires (hébergement, restauration, laboratoires équipés…) en vue de permettre aux chercheurs de mener à bien leur travail.
Outre ces projets, dont certains sont au stade de l'étude et d'autres en appels d'offres, les responsables du secteur ont également identifié six projets similaires à travers tout le territoire national dont certains sont actuellement en réalisation. Dans la sphère production, le même responsable a indiqué que trois projets de coopération sont prévus durant les cinq prochaines années. Le premier consiste en la réalisation d'une ferme marine à Bousmaïl (Tipasa), en coopération avec les Espagnols. Le deuxième concerne l'élevage de crevettes à Skikda, en coopération avec des opérateurs sud-coréens. Ces derniers réaliseront également un projet d'élevage de crevettes d'eau douce à Ouargla. En plus de l'entrée en production d'une vingtaine de fermes aquacoles, une trentaine de projets sont actuellement en cours de réalisation ou d'étude, en vue d'atteindre une production de
10 000 tonnes à l'horizon de 2014, selon le même responsable. D'une manière générale, le programme vise à accroître la production halieutique en Algérie, pour la porter à plus de 274 000 tonnes à l'horizon 2025.
Ce programme devrait notamment se traduire par la réalisation de 15 ports de pêche à travers 13 wilayas du pays, ainsi que la consolidation du tissu industriel d'accompagnement, constitué notamment de 38 chantiers de construction et de réparation des embarcations de pêche, 12 autres de maintenance, 13 usines de glace, 14 chaînes de réfrigération et 11 unités de transformation des produits halieutiques.
En dépit de toute cette stratégie, force est de constater que le poisson reste toujours un produit de luxe pour le commun des consommateurs. Les professionnels estiment que «ce n'est pas seulement dû au déphasage production-besoin, mais aussi aux dérives des circuits de distribution». Pour y mettre un terme, ils préconisent la réorganisation du réseau de distribution, notamment dans le réaménagement de la poissonnerie.
Le ministère, de son côté, annonce la réalisation de 12 marchés de gros, des laboratoires pour le contrôle de la qualité des produits halieutiques, ainsi que la promotion de l'Institut technologique de la pêche et de l'aquaculture en institut national supérieur et la reconversion des deux écoles de formation technique de Collo et d'Oran en instituts technologiques régionaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.