Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vibrant hommage au plus populaire poète mystique algérien du XVIe siècle
25e édition du Festival Sidi Lakhdar Benkhlouf à Mostaganem
Publié dans La Tribune le 23 - 08 - 2009


Synthèse de Sihem Ammour
à propos du mythe de la naissance du poète mystique Sidi Lakhdar Benkhlouf, dans l'ouvrage dédié au poète par l'Association Azur de Mostaganem édité chez Dar El Gharb, il est relaté que la mère de Sidi Lakhdar, prénommée Koula, ne cessait pas de prier Dieu depuis de longues années afin d'avoir le bonheur de porter en son sein la vie. Lors d'un pèlerinage à Sidi M'hamed Lakhal, elle fit le serment que, si Dieu exauçait ses prières, elle nommerait son enfant comme le saint homme. Peu de temps après, elle tomba enceinte. Pendant sa grossesse, elle rêva qu'elle portait une ceinture verte incrustée de pièces d'or, signifiant que son futur enfant aurait des qualités exceptionnelles et deviendrait célèbre. Ce qui amena la mère à ajouter le prénom de Lakhdar à Lakhal. Ainsi, Sidi Lakhdar Ben Khlouf eut deux prénoms : «Lakhdar, le vert, couleur de l'espoir, et Lakhal, le noir, pour le protéger du mauvais œil car il était
enfant unique.»
Lors de la cérémonie d'ouverture, organisée par le comité communal des fêtes, l'esprit festif était à l'honneur avec exhibitions de troupes folkloriques à l'instar de Guerara, Ouled Ali, Diwan et Aïssaoua. Des spectacles de fantasia traditionnelle ont été donnés sur un air de fête où se mêlaient les salves de baroud aux youyous, au grand bonheur de la population habituée à ce rendez-vous culturel annuel, selon l'APS.
La piété et le recueillement étaient aussi présents lors de la lecture de la «fatiha» à la mémoire de Sidi Lakhdar Benkhlouf et à celle du regretté moqadem de la zaouïa, Hadj Miloud Bouferma, décédé mercredi dernier à l'âge de 90 ans. Il y a eu également la récitation collective du Coran, chaque soirée au mausolée de Sidi Lakhdar Benkhlouf.
Le volet culturel du festival comportait, entre autres, des communications de spécialistes mettant en exergue les qualités de Sidi Lakhdar Benkhlouf, ainsi que des récitals animés par des poètes. Il y avait également de la musique chaabie sur la place de la commune avec du medh et des quacidate du répertoire du poète Sidi Lakhdar Benkhlouf interprétées par des artistes, comme Kharoubi Abdellah, Benirat Mehdi, Atali Boubekeur, Kamel Bourdib, Abdellah Guettaf. Devenu orphelin de père très jeune, le génie précoce du poète se manifestait déjà à l'école coranique de Sidi M'hamed Lakhal et Sidi Bouhaya. La vie de Sidi Lakhdar Ben Khlouf se divise en deux parties.
La première jusqu'à quarante ans et la seconde est celle qui débuta après cet âge, où il écrit ses plus belles œuvres. La première partie de sa vie, il la passa à Mazagran. Il rejoignit l'armée du dey Kheïreddine pour combattre les Espagnols, ce qui lui inspira les poèmes épiques sur les batailles de Mazagran
et de Mostaganem. Aujourd'hui, plusieurs siècles après sa disparition, sa tombe est devenue un lieu sacré et de pèlerinage. La légende du poète a été amplifiée par le palmier qui s'y trouve et qui a une forme extraordinaire. Ce palmier, énigmatique, aurait même résisté, par miracle, à ceux qui ont tenté de le brûler ou de le couper.
Mort à l'âge de 124 ans, Sidi Lakhdar BenKhlouf est considéré comme l'un des plus populaires poètes algériens du XVIe siècle et il est devenu célèbre grâce à ses medh et à son épopée. Il est surnommé «le louangeur du Prophète (QSSSL)». En fait, la légende raconte qu'il avait vu le prophète Mohamed (QSSSL) en rêve, ce qui a marqué un véritable tournant dans sa vie et dans ses écrits. Et, depuis, il avait fait le serment de dédier ses vers au Prophète (QSSSL) dans
un poème de deux cents vers qui commençait par «Dieu te bénisse, ô toi qui as toutes les perfections; Sois béni autant de fois qu'il y a de plantes sur la terre; ô toi, flambeau qui illumine les nuits noires; ô ! Couronne des nobles prophètes».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.