Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    Réunion sur la Libye: rejet de l'ingérence étrangère et insistance sur la prohibition des armes    Entrevue du Président de la République accordée aux médias nationaux    Boulmerka dénonce la tenue de compétitions sportives à Laâyoune occupée    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    Ce que propose le PAD    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    ConsumerLab d'Ericsson Forte croissance de l'utilisation de l'internet en Algérie    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Dans leur confort lointain, ils pensent !    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Agenda sportif du week-end    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Sensibilisation à la formation professionnelle    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    LA FAUSSE DEFINITION DE LA RENTE    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Procédures étranges et comportement bizarre des employés
La CNEP Constantine malmène ses clients
Publié dans La Tribune le 14 - 12 - 2009

De notre correspondant à Constantine
A. Lemili
Il est de notoriété publique que l'administration constantinoise, sans exception, est exécrable. Rongée par la bureaucratie, aucune administration vers laquelle le citoyen se dirigerait sans être stressé n'existe. Des services de l'état civil aux guichets de la poste en passant par ceux de l'Algérienne des eaux ou de la Sonelgaz, toute relation avec l'un de ces organismes est beaucoup plus proche de la corvée, voire de la peine que de l'acte routinier qu'il devrait être.
La Cnep ne déroge pas à l'ambiance et plus particulièrement l'agence Didouche Mourad qui, selon les informations que nous avons recueillies ici et là auprès d'agents et de cadres des autres unités, serait un peu «le biribi». Autrement dit, ladite agence servirait de réceptacle aux agents dont les autres unités se débarrassent pour des raisons d'indiscipline et, parfois, pour incompatibilité d'humeur avec les responsables.
H. M. s'est présenté à l'agence Didouche Mourad en date «du 23 novembre dernier», nous dira-t-il. Objectif : «Retirer 120 000 DA pour des besoins urgents.» Il est d'entrée rabroué par l'une des agents qui décide de sélectionner «les petits retraits» (moins de 40 000 DA). Il lui sera, ensuite, conseillé de revenir après la fête de l'Aïd El Adha parce que l'agence préférait privilégier les retraits modestes plutot que le sien, ne s'inquiétant pas du tout qu'il y eût urgence en réalité.
Quant à C.N., il rentrait de Ghardaïa après avoir passé la nuit à rouler. Le retrait qu'il prévoyait de faire devait lui servir au payement d'un agneau que sa famille avait acheté en son absence. Il devra faire face à hauteur du comptoir à l'hostilité du seul agent présent, les femmes ayant profité des largesses du directeur qui les a libérées à midi et peu importe les clients qui n'auraient eu la possibilité de faire le déplacement que durant l'après-midi. Première confrontation : «Vous allez retirer combien ?», questionne agressivement l'agent.
«25 000 DA», répond le client.
«Il faudrait d'abord que je vérifie s'il n'y a pas opposition sur votre compte», ajoute l'agent. «Pourquoi opposition ? Je suis un client régulier et mieux encore un… citoyen naïf qui paie loyer, redevances Sonelgaz, eau, téléphone à temps. Alors, opposition… opposition, je demande à voir ce que pourrait m'opposer la Cnep ?».
Effectivement, le client est en situation d'opposition. Son tort ? Ne pas avoir effectué de retrait durant les douze derniers mois. «Bien sûr que je n'ai pas retiré. J'ai un compte d'épargne pour épargner des économies et non pas pour dépenser», répondra-t-il logiquement. Accrochage verbal rapide, menace de l'agent, suivie d'actes puisqu'il quittera son siège et rejoindra le client qu'il aurait tabassé n'étaient les cris de quelques… clientes présentes et, enfin, le directeur de l'agence et l'agent de sécurité également présents sur place depuis le début.
Renseignements pris au téléphone auprès d'un cadre de la direction régionale qui a requis l'anonymat, il s'avérait que l'agent agressif «était un proche parent du directeur régional» et qu'il s'agissait aussi d'«une personne sujette à une maladie chronique qui la rendait malheureusement quelque peu agressive» (sic). Et enfonçant le clou, notre interlocuteur ajoutera : «Malheureusement, tout cela n'est pas sans contribuer au climat délétère qui règne dans l'agence et au malaise que vit la clientèle de la Caisse d'épargne. Des plaintes de ce genre, il y en a régulièrement et elles sont rarement traitées pour des raisons subjectives… bien entendu.»
En attendant, nombreux sont les clients qui préfèrent retirer leur argent de la Cnep et le déposer dans des banques, notamment celles étrangères où le taux d'intérêt est plus conséquent. L'autre motif demeurant forcément le délestage de sa mission originelle qui consistait à privilégier les épargnants à l'accès au logement. La caisse, est-il besoin de le répéter, n'étant devenue qu'un organisme d'épargne dont les taux sont dérisoires comparés à ceux d'autres institutions financières.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.