Le nouveau directeur de la Sûreté de la wilaya installé    Banalisation de la mort jusqu'à quand ?    A propos de la loi portant règlement budgétaire pour 2017 (2e partie et fin)    Selon le ministre des Finances, la programmation triennale des budgets permettra plus de transparence    Hommage au frère Belaïd Abdesselam    Atatürk immolé à Sainte-Sophie    «Officiellement, je ne serai plus en place à compter du 24 juillet»    Les subventions de la wilaya et de l'APC toujours bloquées    Meziane buteur, Benghit exclu    «Oui, la situation est alarmante !»    Comment intégrer les médecins libéraux ?    Donnez-nous juste le signal, et on clignotera !    Les angoisses fertiles    Une convention de coopération entre l'EPTV et l'Ismas    Plus de 2 700 artistes ont bénéficié d'une aide financière    Un terroriste capturé à In M'guel    Nouveau record des contaminations    "Les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    Les propositions de Rahabi    Trois suspects placés en détention provisoire    CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Cap sur les mines    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Démission du ministre de la Justice    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Le FFS face au défi du rassemblement    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ces mares d'eau qui tuent
Publié dans La Tribune le 23 - 05 - 2010


Photo : A. Lemili
L'arrivée de la saison estivale annoncera bien des événements. L'été demeure la période propice à l'organisation des fêtes familiales, toutes natures confondues, mais elle est aussi et d'abord celle où chacun pense à ses vacances, aux moyens de s'évader dans les meilleures conditions.
Toutefois, nos compatriotes ne sont pas tous logés à la même enseigne et il arrive malheureusement qu'une bonne partie d'entre eux n'en profite pas et ceux qui n'y arrivent pas essayent autant que faire se peut de s'inventer des substituts.
Ainsi, pour les jeunes et plus particulièrement les enfants qui n'ont pas la possibilité d'aller à la plage, il restera sans doute les piscines quoi que même les bassins ne soient pas disponibles et, si tant est qu'ils le soient, y accéder n'est pas à la portée de toutes les bourses, d'une part, et se baigner dans de bonnes conditions n'est pas évident, d'autre part, en raison de l'affluence mais également de la qualité douteuse d'une eau rarement régénérée, les propriétaires ou gérants de bassin étant peu regardants sur la question d'autant plus qu'en l'absence de contrôle officiel et de répression, ils ne courent pas de grands risques.
Le palliatif donc pour un grand nombre d'adolescents, voire de jeunes, est de recourir à ce que la providence fournit quasi régulièrement : des bassins conjoncturels où sont, entre-temps, collectées les eaux de pluie notamment dans les régions où la nature n'a pas été parcimonieuse.
Et comme elle peut être capricieuse, il arrive, qu'anticipant sur les périodes, des journées de printemps se caractérisent par une montée des températures exceptionnelle face à laquelle les enfants trouvent une solution rapide et qui présente néanmoins tous les risques possibles : les retenues collinaires, étangs et mares ponctuelles avant leur assèchement.
Ces «oasis» providentielles, situées souvent à la périphérie de la ville, ont commencé à drainer à partir du début du mois les jeunes, dont certains épargnés par les examens de fin d'année et d'autres n'hésitant pas tout bonnement à sécher les cours. Ils ne sont d'ailleurs repérables par un badaud non averti ou un adepte des randonnées champêtres qu'à l'écho que renvoient leurs cris ou, à mesure que l'on se rapproche de leur «havre», des ébats bruyants dans une eau compacte à force de remontée de boue ou encore un «plouf», onomatopée d'un plongeon des plus osés compte tenu de la profondeur relative du «bassin».
L'exposition de ces enfants est d'autant plus réelle du fait de leur isolement de toute présence humaine rassurante et dans la foulée ils peuvent constituer des victimes potentielles de rôdeurs, aux mœurs assez souvent tendancieuses et qui, dans des situations extrêmes, peuvent assez facilement basculer dans la violence. C'est forcément aux parents que peuvent être faits les griefs en ce sens. Lucide, un élu de la commune du Khroub avec lequel nous avons évoqué le sujet a déclaré : «Personnellement, à chaque fois que vient l'été, j'ai toutes sortes d'appréhensions. Les habitants, et ce n'est pas le propre de notre commune, ont droit légitimement à un cadre de vie normalisé, adapté à la saison. Je ne m'étendrai pas sur les problèmes foisonnant auxquels est confrontée la population. Mais, s'agissant uniquement du volet que vous évoquez, l'absence de bassin et plus particulièrement public est dramatique, se reposer sur l'initiative du privé n'est qu'un leurre qui ne profite qu'aux enfants dont les familles sont aisées. Même l'opération «plan bleu» (excursions programmées vers les plages au profit des enfants de familles démunies) est dépouillée de
son objectif.
Notre interlocuteur précisant que, s'agissant des drames qui endeuillent certaines familles au début et/ou au cours des étés, «c'est un raccourci superbe notamment pour quelques journaux d'imputer ces tragédies aux différents responsables à hauteur de l'administration locale. Nul ne peut ignorer que ni les services de la commune, ni ceux de la daïra ou de la wilaya n'ont pour vocation de surveiller les grands espaces et encore moins disposeraient des moyens idoines pour cela, exception faite pour les organismes spécialisés tels que les DSA, la Sonelgaz et ses filiales, la Seaco, l'ONA mais dans un domaine tout à fait particulier et qui relève de leurs attributions.
C'est à mon avis plutôt le rôle des parents».
Quoi qu'il en soit, l'idée est, bien entendu, de croiser les doigts pour qu'il ne se passe rien dans un avenir proche, mais la réalité en a toujours autrement décidé. A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.