Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'AQMI, les Touareg et la menace transnationale
La lutte commune contre le terrorisme dans la région sahélo-saharienne au stade des intentions
Publié dans La Tribune le 25 - 09 - 2010

Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), implantée dans la région du Sahel, a réussi à se mettre sous les feux de l'actualité depuis quelques mois. Après le kidnapping de plusieurs personnes étrangères, les demandes de rançon et la libération de quatre de ses acolytes, voilà qu'elle parvient à effrayer la France qui est en état d'alerte maximum. Comment l'AQMI qui n'est composée que de quelques dizaines ou centaines (qu'importe !) d'hommes armés réussit-elle à échapper à toutes les forces de sécurité qui la pourchassent dans chaque pays de la région ? Il y a, plusieurs raisons, en premier, le Sahel est un territoire extrêmement difficile à contrôler en raison de son immensité, des conditions de vie, de ses frontières passoires, de la facilité de mobilité, etc. De juteux trafics de cigarettes, de drogue, d'armes transitent par cette zone et alimentent l'instabilité. En deuxième lieu, il faut reconnaître que ces pays ont échoué à éradiquer le terrorisme dans cette zone à cause de leurs forces éparpillées. Depuis des années, les Etats de ces pays parlent d'une lutte commune qui permettrait de pourchasser les éléments de l'AQMI dans chaque parcelle du Sahel mais cela reste au stade des intentions. Il y a en dernier lieu, les liens qu'ont tissés les éléments d'Al Qaïda au Maghreb islamique avec les habitants de la région sahélo-saharienne, à savoir les Touareg. Ces derniers n'ont pas de parti pris dans le conflit et tant que les terroristes ne s'attaquent pas à eux, ils nouent de bonnes relations avec eux et continuent leurs échanges commerciaux. Ainsi, l'importance des réseaux de complicités tissés par l'AQMI leur offre une force supplémentaire pour s'implanter dans cette zone escarpée. Et leur permet également d'accomplir leurs forfaits en toute quiétude et de faire dans les coups d'éclat en kidnappant des étrangers. A travers ces rapts, l'AQMI renfloue ses caisses car, il ne faut pas se voiler la face, certains pays, même signataires de la résolution de l'ONU interdisant le paiement de rançon, se plient à la volonté des terroristes pour libérer leurs concitoyens. Ce sera le cas peut-être de la France, dont cinq citoyens ont été kidnappés au Niger la semaine dernière. Paris est prêt à «engager le contact à tout moment» avec la branche maghrébine d'Al Qaïda, comme l'a déclaré vendredi dernier, le chef d'état-major des armées, qui exclut pour l'instant une intervention militaire. L'amiral Edouard Guillaud a expliqué : «Nous ne sommes absolument pas prêts à leur céder en toute circonstance, la France comme d'autres pays l'a d'ailleurs montré les fois précédentes», citant le président Nicolas Zarkozy, pour qui le paiement de rançons n'est pas une stratégie durable, tout en nuançant : «Tout est fonction des circonstances».
Faut-il rappeler que sous la pression de la France, le Mali a libéré en février dernier quatre terroristes après un simulacre de procès. En contrepartie, l'AQMI a remis en liberté l'otage français Pierre Camatte. Cette libération, qui avait suscité la colère de l'Algérie et de la Mauritanie, a été commentée, la semaine dernière par le président Amadou Toumani Touré : «C'était la décision la plus importante et la plus difficile que j'ai prise de ma vie : que faire ? Je ne négocie rien et j'abandonne la vie de Pierre Camatte ou bien fallait-il négocier ? Pierre est notre hôte et la France est un pays ami. Nous avons libéré ces gens après les avoir jugés et nous avons récupéré Pierre Camatte. Il y a deux écoles qui s'affrontent», a-t-il déclaré avant de reconnaître «dès qu'on commence à négocier, nous sommes dans une position de faiblesse. La solution, c'est le travail en amont, il faut faire en sorte qu'il n'y ait pas de prise d'otage». Des déclarations qui renvoient directement à la position de l'Algérie qui n'a cessé de prôner la lutte commune, le refus de négociation et du paiement de rançon. Aujourd'hui, il faut le
reconnaître, Bamako est réticente quant à rejoindre la lutte anti-AQMI et cela par crainte de raviver la rébellion touareg.
Les Touareg dont le nombre est d'environ 1,5 million répartis entre Niger, Mali, Algérie, Libye et Burkina Faso, ont posé, ces dernières années, de sérieux défis sécuritaires, surtout à Bamako et Niamey. Faut-il rappeler que le Mali a été confronté dans les années 90 et 2000 à des rébellions touareg qui ont pris fin en 2009. Mais la paix obtenue en échange d'une démilitarisation partielle du nord du Mali reste fragile. Actuellement et face à la multiplication des actions d'AQMI - la dernière étant l'enlèvement des sept otages, dont cinq Français au Niger transférés depuis au Mali - Bamako doit faire preuve de plus de disponibilité dans le combat du terrorisme. Raison pour laquelle, son président Amadou Touré a autorisé les pays
voisins comme la Mauritanie et l'Algérie à intervenir sur son territoire. Mais à vrai dire, le conflit dans le nord du Mali dépasse les frontières de ce pays pour la simple raison que la population touareg se trouve disséminée sur les cinq Etats, cités plus haut. Aussi, toute tension survenant au Mali -ou au Niger- a-t-elle des répercussions immédiates dans le pays voisin. Ce qui fait que le Sahel reste extrêmement difficile à contrôler. Il y a eu pourtant, en juillet 2009, une réunion à Bamako, la capitale malienne entre les responsables du mouvement touareg de l'Alliance démocratique du 23 mai 2006 pour le changement et les représentants du gouvernement malien ainsi que la médiation algérienne, qui s'est soldée par l'engagement de l'Alliance à coopérer avec le gouvernement malien en matière de lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel. Les trois parties ont décidé de mettre en place une série de mesures destinées à renforcer le processus de paix dans le nord du Mali. Parmi les mesures décidées : la création d'unités spéciales de sécurité dans le nord du Mali. Reste à savoir quelles sont la valeur de cet engagement et l'efficacité des unités spéciales ? Car, aujourd'hui, il apparaît clairement que face à des groupes mobiles, aguerris, éparpillés dans l'immense zone désertique aux confins du Mali, de la Mauritanie et de l'Algérie et qui ont des accointances et des relations familiales ou d'affaires avec les tribus locales, les Etats de la région semblent n'avoir ni les moyens ni une véritable offensive antiterroriste commune. L'AQMI continue donc à régner en toute quiétude sur le Sahel.
H. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.