El Hachemi Djaaboub, nouveau ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale    Barça : Koeman réclame un attaquant    Rencontre entre Benbouzid et Chitour: L'utilisation des énergies renouvelables dans le secteur de la santé au menu    Lyon officialise l'arrivée de Paqueta    Le transport urbain collectif autorisé à circuler durant les week-ends    Finance islamique: accompagner et appuyer les banques par les lois nécessaires    L'Algérie a amorcé une étape de "changement positif"    Real Madrid: Hazard encore blessé !    Coronavirus : 162 nouveaux cas, 111 guérisons et 8 décès    Le Président Tebboune reçoit les lettres de créance de trois nouveaux ambassadeurs    Mohamed Bedjaoui inculpé dans l'affaire de l'autoroute est-ouest    Justice: le verdict du procès de Mourad Oulmi reporté au 10 octobre prochain    DECES DU CHEIKH SABAH AL AHMED : Le président Tebboune présente ses condoléances    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Un groupe de travail pour renforcer la numérisation    ORAN : La mer rejette un corps à Ain Turck    SURETE NATIONALE (DGSN) : Saisie d'une quantité de cannabis traité et de psychotropes    Sud : accroissement du nombre de cas importés de paludisme    Sportifs d'élite et de haut niveau: des accès à l'emploi et études envisagés par le MJS    Le projet de révision de la Constitution garantit aux juges une large indépendance dans l'exercice de leurs fonctions    Accidents de la route: 5 morts et 153 blessés en une journée    Laghouat: un bouquet d'activités artistiques en ouverture de la saison culturelle    La question fait l'objet d'une profonde réflexion    Bakou et Erevan affirment s'infliger de lourdes pertes    Benkhemassa dans l'équipe-type de la semaine    Le stage de Mostaganem a commencé    Aziz Benabdi signe pour 3 saisons    Mokka change de look    Labiodh Sidi Cheikh, une généalogie berbéro-arabe    Actucult    Véronique Cayla, ex-patronne d'Arte et du CNC, bientôt à la tête des César    Tazmalt marche pour la libération de son fils    Signature de huit conventions entre l'ADE et des microentreprises    À contre-"courant"    "Il est temps de restituer l'Etat à la nation"    L'Anie définit les contours de la campagne    Relogement de 138 familles    Le ministre promet d'ouvrir le dossier du secteur touristique    Moyen-Orient : Décès de l'émir du Koweït    Amnesty dénonce un acharnement judiciaire contre les manifestants    Les Etats arabes n'ont pas respecté leur engagement    L'ONU appelle à préserver la paix    La collection Tin Hinan de retour avant la fin de l'année    Leur reportage et nos anémies citoyennes    À l'abandon depuis des années    Deux ou trois réflexions après l'attaque au couteau de Paris    Le syndrome libanais    HUMEURS PREFABRIQUEES    Les délais de dépôt des comptes sociaux prorogés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : la fuite en avant des Etats-Unis
Washington veut imposer la Pax americana dans toute la région
Publié dans La Tribune le 25 - 01 - 2011

Alors que le Premier ministre libanais Saad Hariri était reçu à la Maison-Blanche par le président des Etats-Unis, Barack Obama, mercredi 12 janvier 2011, 11 ministres libanais ont donné leur démission et fait chuter leur gouvernement. Plus qu'à M. Hariri, ce camouflet était ostensiblement destiné à M. Obama.
Le remodelage du Moyen-Orient élargi
Pour comprendre ce qui se passe, il convient d'abord de resituer ce coup de théâtre dans le contexte général de la résistance proche-orientale au projet états-unien de remodelage de la région.Lorsque, le 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont attribué les attentats dont ils faisaient l'objet à un groupuscule islamiste terré dans une grotte afghane, ils ont déclaré la «guerre des civilisations». Contrairement à ce que préconisaient des stratèges comme Zbignew Brzezinski (favorable à une instrumentalisation des musulmans contre la Russie et la Chine) et certaines firmes pétrolières (favorables à un investissement militaire massif en Afrique et dans les Caraïbes pour contrôler les champs pétroliers du XXIe siècle), les straussiens ont imposé le monde musulman comme cible. En effet, de leur point de vue, la seule «menace révolutionnaire» capable de se propager dans le monde et de porter atteinte à l'impérialisme global est une résurgence de la révolution khomeiniste.Washington a donc décidé de prendre l'Iran en tenaille en positionnant ses troupes en Afghanistan et en Irak. Puis de détruire les alliés militaires de Téhéran : la Syrie et le Hezbollah libanais. Enfin, de raser l'Iran et ses 70 millions d'habitants. Toute résistance ayant été anéantie, les Etats de la région auraient été démantelés et redessinés sur une base ethnique, tandis que la Pax Americana aurait triomphé.Cependant ce plan grandiose, à peine initié, a échoué. La plus grande armée du monde a été incapable de contrôler l'Afghanistan et l'Irak occupés. Puis, l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri et la révolution colorée du Cèdre ne sont pas parvenus à provoquer la guerre avec la Syrie, Damas ayant immédiatement retiré ses forces de maintien de la paix stationnées au Liban depuis la fin de la guerre civile.Washington a alors sous-traité le problème à Tel-Aviv. A l'été 2006, Israël a attaqué le Liban, rasé tout le Sud du pays sous un tapis de bombes tel qu'on n'en avait pas vu depuis la guerre du Vietnam, mais a échoué à détruire le Hezbollah et à engager le combat avec la Syrie. Contre toute attente, c'est l'inverse qui s'est produit : le Hezbollah a tenu en échec l'armée la plus sophistiquée du monde et la Syrie n'a pas eu à entrer en lice.Mettant en œuvre leur «Plan B», les Etats-Unis ont eu recours à la prétendue justice internationale.
Le rôle du TSL dans la stratégie américaine
La Commission internationale d'enquête sur l'assassinat de Rafic Hariri a reçu pour mission de mettre en accusation le président syrien Bachar El Assad, ouvrant ainsi la voie à la guerre que le Pentagone aurait entreprise pour l'amener par la force devant la justice internationale.La Commission d'enquête était dirigée par deux agents sûrs, les Allemands Detlev Mehlis et Gerhard Lehman. Ils sont parvenus à occulter le rôle de leur pays dans l'assassinat, mais ont échoué à inculper le président El Assad, les services secrets syriens
ayant démasqué les faux témoins fabriqués par l'ONU.Passant au «Plan C», Washington a abandonné l'idée de détruire la Syrie préalablement à l'Iran et a recentré son dispositif sur le cœur du système. Il a mis en place un Tribunal spécial pour le Liban, cette fois chargé de mettre en accusation le commandant de la Force Al-Quod (unité des Gardiens iraniens de la révolution qui forme les combattants anti-impérialistes au Liban, en Palestine et ailleurs), le général Kassem Soleimani, et le guide suprême de la Révolution islamique, l'ayatollah Ali Khamenei. Cette accusation judiciaire devait être coordonnée avec l'accusation politique de l'AIEA de fabrication secrète d'une bombe atomique.La présidence de ce Tribunal très spécial a été confiée à l'Italien Antonio Cassese, jusque-là conseiller juridique des Moujahidine du peuple, un groupe armé qui revendique plusieurs milliers d'assassinats politiques en Iran pour le compte des Etats-Unis.La tactique du Tribunal très spécial et de son procureur général était de mettre en accusation l'ancien chef militaire du Hezbollah, Iman Mugniyeh (assassiné par le Mossad) et sa famille, puis de mettre en cause leurs supérieurs hiérarchiques, non pas au sein du Hezbollah, mais au sein de leur dispositif de formation militaire : le général Soleimani et le guide suprême Khamenei. Le Pentagone et Tsahal auraient alors attaqué un Iran affaibli par des sanctions internationales, prétendument pour amener les suspects devant la soi-disant justice onusienne. Pour une raison purement technique, l'acte d'accusation devait être publié avant la fin de l'exercice budgétaire 2010 du tribunal (en réalité avant la fin janvier 2011). Une conférence de presse était prévue au siège du Tribunal à La Haye samedi 15 janvier. C'est ce calendrier qui a précipité la crise.
Réactions au TSL
Pour éviter la guerre programmée, la Syrie, l'Arabie saoudite, le Qatar et l'Iran ont décidé de mettre leurs différends en sourdine et de joindre leurs efforts pour faire entendre raison à Washington. Il s'agissait de convaincre l'administration Obama d'abandonner un plan conçu par sa faction la plus extrémiste et de lui offrir une issue honorable.Dans ce but, le président Bachar El Assad, le roi Abdallah ben Abdelaziz Al Saoud, l'émir Hamad Ibn Khalifa Al Thani et le président Mahmoud Ahmadinejad se sont succédé à Beyrouth. Chacun d'entre eux a enjoint les partis et communautés sur lesquels il exerce une influence d'asphyxier le Tribunal spécial en ne renouvelant pas son budget et en retirant ses juges libanais. Le TSL n'aurait pas été dissous. Il aurait survécu sur le papier, mais serait tombé dans une profonde léthargie.L'administration Obama a refusé la porte de sortie qui lui était offerte. N'ayant à vrai dire aucun plan de rechange à substituer à celui des Straussiens, le président états-unien a envoyé sa secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, informer les capitales concernées que le TSL irait jusqu'au bout de sa mission. Toutefois, a-t-elle laissé entendre, l'administration Obama se contentera dans un premier temps d'isoler Téhéran et ses alliés et n'envisage pas d'attaquer l'Iran à brève échéance. Chacun est donc prié d'appliquer les sanctions onusiennes et de se préparer à les renforcer.
La crise
A ce stade, on se frottait les mains à Washington, car le camp de la paix était bloqué dans une impasse. Après que le Spiegel et la télévision canadienne aient annoncé l'imminente inculpation de la famille d'Imad Mugniyeh, toute action politique du Hezbollah et de ses alliés contre le TSL serait présentée comme un aveu de culpabilité. Pour retrouver sa marge de manœuvre, Sayyed Hassan Nasrallah décidait de publier des images filmées par des drones israéliens, interceptées par son organisation. Elles attestent qu'Israël a préparé l'attentat contre Rafic Hariri. Cependant ces révélations furent insuffisantes pour blanchir le Hezbollah car elles ne permettent pas d'établir si c'est bien l'Etat hébreu qui a réalisé ou non l'opération.La publication par Odnako, l'hebdomadaire des élites politiques russes, de notre enquête a modifié la donne. L'arme nouvelle utilisée pour ce meurtre ayant été fabriquée par l'Allemagne, ni le Hezbollah, ni l'Iran ne peuvent encore être soupçonnés. Du coup, aux yeux de l'opinion publique proche-orientale, les choses s'inversent : le Hezbollah ne peut plus être accusé de lutter contre le TSL pour fuir ses responsabilités.Convaincu par nos arguments et soutenu par le roi Abdallah Ier, le Premier ministre Saad Hariri était prêt à négocier une solution en faveur de la paix. Toutefois,
l'hospitalisation du roi aux Etats-Unis affaiblissait son autorité. Son demi-frère et successeur désigné, le prince Sultan, et son neveu, le prince Bandar, apparaissaient en capacité d'exercer rapidement le pouvoir et d'imposer leur ligne pro-états-unienne. Saad Hariri choisissait alors de prendre ses distances avec le monarque saoudien et de s'aligner sur la position états-unienne.Mardi 11 janvier à New York, le roi Abdallah renonçait à la médiation qu'il avait entreprise avec son homologue syrien. Immédiatement, la coalition du
8 Mars sommait Saad Hariri de clarifier d'urgence la situation : elle l'enjoignait de retirer les juges libanais, de refuser de continuer à financer le TSL et à collaborer avec lui, enfin de poursuivre les faux témoins devant la justice libanaise. Dans la plus grande discrétion, les services de sécurité de l'Etat (dépendant du président de la République, le général Michel Sleimane) étaient réorganisés. Face à l'absence de réponse de Saad Hariri, les actions de ses sociétés perdaient en quelques heures 9% en Bourse.Mercredi 12 janvier à Beyrouth, les 10 ministres de la coalition du 8-Mars (dont seulement 2 sont membres du Hezbollah) démissionnaient pendant la rencontre Hariri-Obama à Washington, suivis d'un onzième ministre (proche du président Sleimane). Le quorum n'étant plus réuni, le gouvernement était dissous.
Y a-t-il un «Plan D» ?
En toute logique, le Tribunal spécial devrait publier sous peu, peut-être samedi, son acte d'accusation. Mais, il ne devrait plus avoir de budget à la fin du mois et devrait donc, soit devenir bénévole, soit cesser ses travaux.En Occident, où la censure est totale sur les arguments de l'opposition, l'opinion publique devrait croire à la culpabilité du Hezbollah et à la volonté états-unienne de servir la
justice. Mais au Proche-Orient, plus personne n'est dupe : les Etats-Unis et Israël manipulent le TSL, ils masquent la vérité et
instrumentent le tribunal pour justifier une guerre générale dans la région. Ayant perdu sa légitimité, Washington ne peut espérer aucun soutien au Proche-Orient, hormis de ses vassaux stipendiés. Il faut donc passer au «Plan D», Mais y en a t-il un ?
«Majorité» et «minorité» au Liban
Les élections législatives de 2005 ont donné une large victoire à la coalition du 14-Mars, réunie autour de la famille Hariri (soutenue par les Etats-Unis, l'Arabie saoudite et la France). Celle-ci a été depuis lors qualifiée de «majorité». Cependant, rapidement, elle a perdu l'une de ses deux principales composantes, le Courant patriotique libre (CPL) fondé par le général chrétien Michel Aoun.A contrario, la coalition du 8 Mars a été qualifiée en 2005 de «minorité», mais n'a cessé de s'étoffer depuis. Réunie autour du Hezbollah, elle est soutenue par la Syrie, l'Iran et le Qatar.Les élections législatives de 2009 ont donné lieu à une vaste fraude : en violation du Code électoral, des dizaines de milliers de Libanais de la diaspora se sont vu accorder des cartes d'électeurs. Un pont aérien a été mis en place par la coalition du 14 Mars pour les transporter gratuitement au Liban, obligeant à une réorganisation complète de l'aéroport de Beyrouth. Cette manipulation a profondément modifié un scrutin réunissant au total 1,4 million d'électeurs seulement. Malgré tout, la coalition du 14 Mars (la «majorité») n'a obtenu que 44,5% des suffrages exprimés, tandis que celle du 8 Mars (la «minorité») obtenait 55,5% des voix. Cependant, grâce à un découpage électoral violemment inéquitable, la coalition du 14 Mars a conservé la majorité à l'Assemblée avec 72 sièges, tandis que la majorité populaire restait minoritaire à l'Assemblée avec 56 sièges. La majorité
parlementaire a élu le leader de la coalition du 14 Mars, Saad Hariri, comme Premier ministre. Il est parvenu à composer un gouvernement d'union nationale comprenant 15 ministres du 14-Mars, 10 ministres du 8-Mars et 5 ministres neutres (des techniciens proposés par le président de la République). C'est ce gouvernement qui vient de chuter.Le Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze Walid Jumblatt a pris ses distances avec la coalition du 14-Mars. Dans le cas où ses députés joindraient leurs votes à ceux de la coalition du 8-Mars, la majorité populaire deviendrait alors aussi la majorité parlementaire.Selon l'accord national, la fonction de président de la République revient à un chrétien maronite, celle de Premier ministre à un musulman sunnite et celle de président de l'Assemblée à un musulman chiite.
T. M.
* Analyste politique français, président-fondateur du Réseau Voltaire et de la conférence Axis for Peace. Il publie chaque semaine des chroniques de politique étrangère dans la presse arabe et russe. Dernier ouvrage publié : L'Effroyable imposture 2, éd. J. P. Bertand (2007).
In voltairenet.org


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.