L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les colons juifs délogent les Palestiniens et les poussent à l'exil
à l'ombre des révoltes arabes
Publié dans La Tribune le 01 - 03 - 2011

L'aviation de l'armée d'occupation israélienne a bombardé dans la nuit de samedi à dimanche une maison palestinienne dans l'est de
Dir Al Balah, dans la bande de Ghaza, la détruisant entièrement, a rapporté l'agence de presse palestinienne Wafa. C'est un fait presque banal, diront certains, quand on pense à la guerre d'agression israélienne contre Ghaza durant l'hiver 2008/2009 et qui a fait au moins 1500 morts, plus de 5 000 blessés et laissé près d'un million de civils sans abri. Mais depuis cette date, les habitants de Ghaza ont reconstruit leurs maisons même s'il reste beaucoup de choses à faire en raison du blocus israélien imposé à cette zone depuis quatre ans. Cela n'est pas le cas des habitants palestiniens de la Cisjordanie et d'El-Qods occupées. L'armée israélienne n'intervient pas directement dans la démolition des habitations palestiniennes que le gouvernement de Tel-Aviv juge illégales. Les forces de sécurité préfèrent observer de loin faire les bulldozers des autorités locales israéliennes. Dans la matinée de dimanche, une maison appartenant à une famille palestinienne dans le village de Néguev occidental a été réduite en ruine par les Israéliens sous prétexte de construction sans permis. Les médias et les habitants de Zaroura ont été éloignés de leur village. Hier encore, les autorités israéliennes ont délivré d'autres ordres de démolition de six maisons, d'une mosquée et même d'une école situées dans le village de Ramadhin, au sud-ouest d'Al-Khalil, a indiqué l'agence de presse Wafa. D'autres immeubles au centre-ville d'Al-Khallil seraient également menacés de démolition dans les prochains jours. La ville sainte d'El-Qods n'est pas exempte de cette campagne de démolition. Une dizaine de familles palestiniennes ont reçu l'ordre de quitter leurs demeures qui seront bientôt détruites car construites de façon illégale et ne répondant à aucune norme urbaine. Ce qui n'est qu'un procédé sournois pour contraindre ces familles palestiniennes à quitter les lieux et permettre ainsi à Tel-Aviv d'étendre son influence sur cette zone qui fait l'objet d'une lutte acharnée entre l'occupant israélien et l'Autorité palestinienne. Les deux parties réclament l'appartenance de la ville sainte à leurs territoires respectifs. Autrement dit, aussi bien les Palestiniens que les Israéliens veulent faire d'El-Qods la capitale de leurs Etats. Par ailleurs, l'occupant sous-traite aussi avec les colons juifs qui, tous les jours, débarquent sans être invités dans les villages isolés palestiniens pour les déloger de la manière la plus violente qui soit. Leur action est soigneusement encadrée par les forces de sécurité israéliennes.
Ces derniers jours, au moment même où le monde est préoccupé par les troubles qui secouent le monde arabe, les colons juifs ont multiplié la violence à l'égard du peuple palestinien. A Naplouse, à Al-Khallil, dans la vallée du Jourdain ou encore dans les villages isolés autour de Ramallah, les colons juifs ont bloqué certaines routes et tabassé des Palestiniens de passage en leur interdisant de rejoindre leurs domiciles. D'autres colons juifs ont aussi détruit les puits et les récoltes de fermiers palestiniens ont investi certaines maisons et agressé leurs occupants. Dans un long article, publié en août 2008, le journaliste palestinien Khalid Amayreh a dénoncé ces agressions en série des colons israéliens qu'il a qualifiées de «pogroms». A Hébron, où il réside, ce journaliste avait averti que «les attaques ont pris des proportions de pogroms. Fait particulièrement scandaleux, ces agressions se produisent en présence de
soldats israéliens qui regardent passivement pendant que des colons fortement armés attaquent des Palestiniens civils sans défense». Et d'ajouter : «Parmi les derniers actes de sauvagerie, on citera une attaque contre une noce palestinienne et la tentative de
lynchage d'un garçon arabe près de Hébron, une attaque contre une voiture civile près de Naplouse qui a laissé une fillette de six ans dans un état critique avec une hémorragie cérébrale massive, le passage à tabac et la lapidation d'enfants arabes près de Tuwwani dans le sud de la Cisjordanie et l'incendie de vergers et de champs palestiniens dans plusieurs parties des territoires occupés.» A travers ces actes ignobles, Israël poursuit la réalisation de ses objectifs de colonisation. Ces pratiques sèment la terreur au sein des civils palestiniens dont certains préfèrent aller s'installer dans les camps pour réfugiés où ils deviennent carrément des nomades car à chaque fois qu'ils essayent de s'installer dans un endroit, les autorités israéliennes les en chassent et détruisent leurs demeures. Un projet de résolution des pays arabes visant à sanctionner la colonisation israélienne a été déposé en février auprès de l'ONU mais le veto des Etats-Unis a encore sauvé Tel-Aviv. Est-ce pour longtemps ? On l'ignore mais vu la crise interne que traverse l'Autorité palestinienne et le conflit opposant le Fatah au Hamas depuis 2007, le gouvernement de Benyamin Netanyahou (bien qu'il soit dans une mauvaise posture depuis quelque temps) peut poursuivre ses objectifs de colonisation. Et ce sera encore plus de Palestiniens à prendre la route de l'exil.
L. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.