Une conférence sur la transition énergétique durable et innovante lundi et mardi prochains    Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    Chengriha réclame la décontamination des sites    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Le Hirak maintient la pression    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    Les walis soumis à une évaluation périodique    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    «Elles sont profondes et particulières»    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Crainte de l'abstention à l'APN, bilan et perspectives au Sénat
Ouverture de la session de printemps du Parlement
Publié dans La Tribune le 03 - 03 - 2011


Photo : Riad
Par Faouzia Ababsa
Après un mois de relâche, le Parlement a repris officiellement ses travaux hier à l'occasion de l'ouverture de la session de printemps. La première cérémonie a été entamée au siège de l'Assemblée populaire nationale par une allocution du président de la troisième institution du pays. Nous noterons que c'est la première fois qu'Abdelaziz Ziari tient un discours éminemment politique. Il a reconnu l'illégitimité de l'APN en faisant clairement allusion au spectre de l'abstention qui a émaillé les élections législatives de 2007. Seuls 35% des électeurs, selon les chiffres officiels, avaient voté. M. Ziari n'a d'ailleurs pas caché sa crainte que les prochaines échéances électorales, qu'elles soient législatives ou locales ne connaissent le même sort que les précédentes. «[…] Une forte participation aux scrutins électoraux renforce la fonction parlementaire et la fonction politique d'une façon générale, ce qui corollairement accroît la crédibilité des institutions», a déclaré le président de l'APN. Et d'ajouter, à juste titre : «L'Etat n'est fort que par la force de ses institutions.» Ce qui n'est malheureusement pas le cas présentement. M. Ziari en a apparemment pris conscience puisqu'il reconnaît qu'«il ne peut y avoir de crédibilité des institutions élues sans une participation élevée aux scrutins électoraux qui les ont désignées». L'orateur ne manquera pas d'imputer la responsabilité aux partis politiques auxquels échoit justement la mobilisation des électeurs sur la base de leurs programmes respectifs. «[…] Partant de là, il est primordial que se mobilisent toutes les forces politiques pour parvenir à une participation élevée des citoyens aux élections, laquelle participation élevée ne peut être atteinte que si les élus ont prouvé leurs capacités à assumer les prérogatives, et que les institutions de l'Etat, œuvrant dans un esprit collaboratif et coordonnant leur action, valorisent les efforts ainsi consentis […].» Le troisième homme de l'Etat a esquissé une sorte d'interpellation aux élus. Lesquels, dira-t-il ? inquiet, «doivent prendre conscience que la participation massive des citoyens aux consultations électorales est assujettie à leur propre efficacité et à la façon dont le citoyen perçoit l'utilité et la valeur de celui qui va le présenté». Sur un autre registre, le
président de l'APN n'a pas manqué d'aborder les récentes mesures sociales prises par les différents conseils des ministres. Des mesures dont il s'est félicité. Toutefois, il faut relever ici une contradiction. Ce sont là quasiment les mêmes mesures qui avaient été proposées en amendement des deux précédentes lois de finances et rejetées par la majorité parlementaire et dont le même président de l'APN s'est félicité. Il n'est d'ailleurs pas exclu qu'à la reprise de débats sur les projets de loi tels que celui portant code communal, les députés de la majorité commencent leurs interventions en saluant les mesures des Conseils des ministres auxquelles ils se sont eux-mêmes opposés dans un passé très récent. Pour sa part et en déclarant solennellement ouverte la session de printemps du Sénat, M. Bensalah s'est contenté d'aborder le bilan du Conseil de la nation, non sans en tracer les perspectives à travers non seulement l'examen des différents textes qui lui seront soumis, mais aussi à travers les activités qu'il compte initier nationalement et
internationalement. Il faut rappeler que les parlementaires des deux Chambres auront à adopter les dernières ordonnances relatives à la levée de l'état d'urgence et à examiner les projets de loi portant code communal, l'organisation de la profession des avocats et celui de la sécurité sociale. Cela, mis à part les différentes séances consacrées aux questions orales. Et dans le cas où aucun autre projet de loi ne serait soumis par le gouvernement, l'APN notamment se contentera de visites des députés dans les wilayas, avant la clôture de la session de printemps. S'ensuivra alors l'adoption de la loi de finances complémentaire pour 2011 qui doit prendre en charge financièrement les dernières mesures et les différentes augmentations de salaires inhérentes aux statuts particuliers et autres régimes indemnitaires. Après cela, les députés qui sont, rappelons-le, issus de partis politiques, entreront de plain-pied dans la campagne électorale en prévision des législatives de 2012, désertant ainsi l'hémicycle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.