PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les fausses accusations d'envoi par l'Algérie de mercenaires en Libye démolies
Dans un article publié par l'ancien conseiller de feu Edward Kennedy
Publié dans La Tribune le 31 - 05 - 2011

Les fausses informations qui ont circulé au début de la crise libyenne faisant état de l'envoi par Alger de mercenaires pour soutenir Mouamar El Gueddafi, continuent de susciter des réactions. Aux Etats-Unis, deux articles ont été publiés dernièrement. Le premier article est celui d'un lobbyiste américain travaillant pour le compte du Maroc, Edward Gabriel, paru récemment dans le journal spécialisé dans les affaires du Congrès américain, «The Hill». Ce lobbyiste pro-marocain, qui avait été l'ambassadeur américain au Maroc de 1997 à 2001 et, actuellement, conseiller du gouvernement marocain, s'était adonné à des dénigrements sur la position de l'Algérie vis-à-vis de la crise libyenne. Un deuxième article se voulant une réplique cinglante au premier a été publié, juste après par un éminent juriste, M. Gare Smith. Ce dernier a dénoncé les fausses accusations d'envoi de mercenaires par l'Algérie en Libye dans un article intitulé «Le Maroc est-il en quête d'une unité régionale ou d'une hégémonie sur ses voisins ?». Dans son article, cité par l'APS, le juriste considère qu'Edward Gabriel «accuse l'Algérie hâtivement et d'une manière décousue et semble avoir l'intention d'attiser davantage le différends entre le Maroc et l'Algérie». Affirmant que de telles allégations ne peuvent rester sans réponse, M. Smith écrit dans le journal spécialisé dans les questions du parlement américain que «contrairement aux assertions de Gabriel, l'OTAN elle-même n'a fait aucune déclaration indiquant que le gouvernement algérien appuie El-Gueddafi et je mets au défi quiconque de produire une telle preuve». «Ironiquement, alors qu'il professe, d'une part, des relations plus étroites avec ses voisins du Maghreb, le Maroc persiste, d'autre part, à payer des lobbyistes comme Gabriel pour ‘‘remuer le pot'' en faisant de telles allégations spécieuses», poursuit ce juriste, qui avait dirigé auparavant le Bureau du département d'Etat américain pour la démocratie et les droits de l'homme. Il a ajouté que «l'Algérie a protesté contre ces fausses allégations dans le passé et continuera de le faire». Cet ancien conseiller en politique étrangère du feu sénateur Edward Kennedy explique que «conformément à sa position de longue date de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres pays, l'Algérie a déclaré publiquement qu'elle ne prend pas partie dans le conflit libyen, qu'elle respecte scrupuleusement les résolutions du Conseil de sécurité relatives à la Libye et que, comme la plupart, y compris l'OTAN, elle est favorable à une solution politique à la crise libyenne». «Regardons de plus près les faits : Gabriel prétend que l'Algérie a voté contre la décision de la Ligue arabe relative au soutien de l'ONU pour la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne sur la Libye. Il a tort. La décision de la Ligue arabe a été adoptée par consensus, par tous ses membres», rappelle M. Smith. En outre, ajoute-t-il, «l'Algérie a exprimé, immédiatement après, son engagement à respecter la résolution 1973 de l'ONU, qui a établi une zone d'exclusion aérienne sur la Libye et elle l'a fait scrupuleusement». Abordant la question des mercenaires, M. Smith décortique cette question et démolit, sans laisser le moindre doute, la fausse thèse de l'implication de l'Algérie. «Gabriel allègue également que 15 Algériens ont été capturés par les rebelles libyens. Cela peut être vrai. Mais même si c'est le cas, cela ne prouve en rien quant à la position du gouvernement algérien à l'égard de la Libye», soutient ce juriste qui a été également le représentant des Etats-Unis à l'ex-Commission des droits de l'homme de l'ONU. En effet, explique-t-il, «les mercenaires des pays africains voyagent souvent à travers le continent pour combattre dans les guerres d'autres pays. Mais ces activités individuelles sont loin de représenter la politique étrangère de leur gouvernement. Gabriel affirmerait-il que la capture d'un Marocain reflète le soutien de Rabat à El-Gueddafi», s'interroge-t-il. Pour M. Smith, «la crise en Libye est grave et exige, à la fois, l'attention de la communauté internationale et celle des dirigeants régionaux matures». En conséquence, relève-t-il, «l'utilisation de cette crise comme un prétexte pour attaquer un voisin qui œuvre de bonne foi afin de régler la situation est irresponsable et soulève de sérieuses questions au sujet des véritables intérêts régionaux du Maroc». Des observateurs algériens ont déjà soupçonné «la main» du Maroc dans cette campagne propagandiste contre l'Algérie, confirmée, par ailleurs par un membre du Conseil National de Transition libyen. L'article de l'ancien conseiller en politique étrangère du feu sénateur Edward Kennedy vient encore une fois d'anéantir la thèse concoctée par le royaume chérifien.Après le démenti ferme du ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci qui avait déclaré, rappelons-le, «nous avons apporté les démentis les plus clairs à ces accusations que nous considérons dilatoires, basées sur des agendas qui n'ont rien à voir avec l'affaire libyenne. Ces accusations sont beaucoup plus anciennes que la crise en Libye, cela est très clair», le premier ministre, Ahmed Ouyahia a affirmé, samedi dernier, en réponse à une question sur la réouverture des frontière de l'Algérie avec le Maroc «nous avons besoin d'un climat empreint de bonne foi et de confiance mutuelle entre voisins (...) mais les dernières déclarations officielles marocaines accusant l'Algérie de financer des mercenaires africains en Libye, n'encouragent malheureusement pas cette tendance». Il faut signaler enfin que les allégations du Maroc ont également refroidi les relations algéro-françaises. La réaction de Paris qui a laissé planer le doute sur une éventuelle implication de l'Algérie dans l'envoi de mercenaires en Libye n'a pas été du goût des officiels à Alger. Faut-il rappeler que le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernad Valéro, interrogé sur des informations faisant état d'une éventuelle aide de l'Algérie au régime de Mouammar Kadhafi, a répondu: «votre question est pertinente. Aujourd'hui, je n'ai pas d'information sur ce sujet. L'implication d'étrangers dans des actions criminelles contre la population civile serait grave et en contradiction avec les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité». En réponse à ces déclarations qui visaient à maintenir l'ambiguïté, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Amar Belani s'est suffit de dire «laissez-moi vous dire que la règle voudrait que l'on ne porte pas une appréciation quelconque sur une question lorsque l'on affirme, en même temps, ne pas avoir d'information sur les sujets en question». Apparemment dans cette affaire où les règles ne sont pas respectées, tout était biaisé dès le départ.
H.Y. /APS

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.