PRISON D'EL-HARRACH : Amar Ghoul rejoint ses partenaires politiques    La tombe de Kamel-Eddine Fekhar profané    Le Harak ne sera jugé que sur les terrains où s'exerce son libre arbitre    STATION REGIONALE DE PROTECTION DES VEGETAUX A MOSTAGANEM : Alerte à la mineuse de la tomate de saison    AFFAIRES SONATRACH ET KHALIFA : Chakib Khelil et Rafik Khalifa seront rejugés    VIGNETTES AUTOMOBILES : La période d'acquittement prendra fin le 31 juillet    ŒUVRES UNIVERSITAIRES DE BECHAR : 31 individus placés sous contrôle judiciaire    GHRISS (MASCARA) : Un accident fait un mort et 2 blessés graves    NAAMA : Des protestataires bloquent l'entrée du FNPOS    (En cours) Algérie 0 - Sénégal 0    22e vendredi : Mobilisation et détermination à Tizi Ouzou    Tipasa : Le peuple de Hadjout marche toujours    Alger, 22e vendredi : La révolution pacifique supplante tout    Jijel. Loin d'Alger aussi, le rêve d'un changement pacifique    LA DIGNITE ET LA FIERTE D'UN PEUPLE    Bac 2019 à Sétif : Plus de 10.000 candidats admis    En Algérie, la Coupe des passions    Liverpool : Cette question que Jurgen Klopp trouve bizarre    Algérie-Sénégal : Historiquement, c'est les Verts qui ont l'avantage    Les Verts se remettent au travail    Des tablettes remises aux quarts-de-finaliste    La Revue nationale volontaire sur la mise en œuvre des ODD présentée par l'Algérie à New York    Mesures légales pour relancer la production    Trump accusé de racisme par le Congrès    Printemps arabe et trêve estivale    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La sonelgaz dévoile un nouveau modèle de consommation    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    Pour une nouvelle gouvernance locale autour de pôles régionaux    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Le calvaire des usagers    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les millions de dollars du lobbying marocain
Ils sont dépensés pour arracher le soutien américain dans le conflit sahraoui
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2010

Pour combler les insuffisances de la diplomatie marocaine, incapable de rallier ses alliés à ses thèses royales dans le conflit du Sahara occidental, Rabat dépense des millions de dollars annuellement aux Etats-Unis dans le cadre du lobbying dans le but de s'assurer du soutien américain.
Un dossier publié dans le numéro 425, du 16 au 22 janvier 2010, de l'hebdomadaire marocain, le Journal hebdomadaire, dirigé par le journaliste marocain, Aboubakr Jamaï, et le responsable du bureau de Washington du journal, l'Américain d'origine marocaine Abdelkader Rhanime, confirme que le Maroc dépense chaque année des millions de dollars US dans sa machine de lobbying pour s'assurer une certaine influence auprès des décideurs à Washington dans le dossier du Sahara occidental.
Selon les chiffres qu'a pu obtenir le Journal hebdomadaire, notamment auprès du Département de la Justice et de Propublica Influence Tracker, le Maroc a payé pour la seule année 2008, 2,8 millions de dollars à différentes boîtes de lobbying. La plus grande partie de ce montant, 1,5 million de dollars, a été versée au Moroccan American Center for Policy (MACP), dirigé par Robert Holley. 495 000 dollars sont revenus à Gabriel & Co, une organisation qui appartient à Edward Gabriel, l'ancien ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, devenu “Monsieur Maroc” à Washington. Il est en réalité la tête pensante du MACP, dont le patron Robert Holley était son conseiller politique à l'ambassade américaine à Rabat. Pour information, Edward Gabriel est un démocrate proche des Clinton. C'est d'ailleurs B. Clinton qui l'avait désigné comme ambassadeur des Etats-Unis au Maroc en 1998.
Les responsables marocains étaient satisfaits du boulot accompli par l'organisation d'Edward Gabriel, dont ont résulté des articles de presse favorables au Maroc dans le Washington Post ou le New York Times, qui avait publié un article sur le Maroc, défendant la nécessité de la lutte contre le terrorisme comme explication des dérapages répressifs du régime marocain. Il y a eu également cette lettre signée, le 3 avril 2009, par 229 députés démocrates et républicains du Congrès en faveur du plan d'autonomie. À en croire le Journal hebdomadaire, ce n'est pas l'appui algérien et ses pétrodollars qui vont révéler le faible rendement du lobbying marocain, comme l'affirment les responsables marocains, mais c'est l'apparition sur la scène américaine d'Aminatou Haïdar qui va changer la donne.
Lorsqu'on demande à Susan Sholte, présidente de la Western Sahara Foundation, principale organisation américaine de soutien aux indépendantistes sahraouis, si elle reçoit de l'argent de l'Algérie, elle nie vigoureusement. Rien ne permet de la contredire. D'ailleurs, c'est Mme Scholte qui a réussi à nominer Aminatou Haïdar aux prestigieux prix de la Robert F. Kennedy Foundation et de la John Thome Foundation, qui a été attribué, respectivement, en 2008 et en 2009.
Et lorsque Haïdar mènera sa grève de la faim à Lanzarote, ce n'est pas l'Etat algérien qui mène campagne, c'est bien la Robert F. Kennedy Foundation qui s'est chargée de sonner le tocsin en sa faveur à Washington. Il ne faut pas oublier que Barack Obama est proche de la famille Kennedy, et le ralliement de Ted Kennedy à sa campagne, considéré comme l'un des éléments décisifs de la victoire d'Obama, n'est pas fortuit. Cela profitera inévitablement à Aminatou Haïdar. Ceci étant, il n'y a pas que les démocrates qui soutiennent la cause sahraouie, quand Mme Susan Scholte ralliera John Bolton à la cause d'Aminatou Haïdar. Ce républicain pur et dur a été le représentant des Etats-Unis à l'ONU en 2005 et 2006, ainsi que l'adjoint de James Baker, lorsque ce dernier était l'envoyé spécial des Nations unies au Sahara occidental, un dossier qu'il connaît bien. Jeudi 17 décembre, il est venu participer à la manifestation devant l'ambassade du Maroc à Washington pour dénoncer le traitement de la militante sahraouie par les autorités marocaines. C'est d'ailleurs ce même jour que le Maroc a cédé à la pression internationale en autorisant le retour d'Aminatou Haïdar à El-Aïoun. Depuis, dans les couloirs du ministère des Affaires étrangères, on peste aujourd'hui contre ces lobbyistes américains qui se sont rempli les poches sans que le Maroc en profite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.