Une secousse tellurique de 3,2 enregistrée à Mostaganem    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Le général-major Tlemsani installé dans ses nouvelles fonctions    Les pistes de relance    Nouveau calendrier pour les pensions de retraite    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Air Algérie frôle le crash    Critères pour faire valoir vos droits à la retraite    Où en est la réflexion pour l'examen d'une proposition de création d'une caisse des retraites ?    Douanes: mouvement partiel ciblant 27 inspections divisionnaires au niveau national    Tebboune et Poutine échangent sur la Libye et l'Opep    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Ennahdha appelle au départ de Fakhfakh    Les états-Unis haussent le ton contre Khalifa Haftar    La ville de Tanger reconfinée    Pékin sanctionne un diplomate et trois parlementaires américains    Ghacha suivi par Malines    L'UEFA prend note de la décision    "J'ai transféré 11,3 milliards de centimes du CSA à la SSPA"    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    Le personnel soignant appelle à la prévention    Distribution de 1 183 logements sociaux locatifs (LSL)    Pourquoi le sacrifice du mouton est dangereux    De nouvelles structures sanitaires réquisitionnées    Repêchage d'un corps à Sidi-Djelloul    Le Premier ministre achève sa visite de travail dans la wilaya de Sidi Bel-Abbès    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Le prénom amazigh Mastan inscrit à l'APC d'El-Biar    Publication inédite de "Printemps d'Alger" d'Emmanuel Roblès    Quand l'art se réfugie dans le monde virtuel    Mon Hebdo est né    Belkhir Mohand-Akli, le chanteur folk kabyle    Ligues 1 et 2: 23 clubs endettés, 14 interdits de recrutement    Migration clandestine: l'approche algérienne dans le traitement du phénomène présentée    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Championnat d'Italie : La Juventus s'approche de son 9e titre d'affilée    Paraguay : La justice rejette une nouvelle demande de libération de Ronaldinho    Foot der des verts    Abderrahmane Benkhalfa: Plaidoyer pour l'ouverture du capital des entreprises publiques    FAF - Reprise du championnat: La réunion de toutes les incertitudes    Le temps de la normalisation    Le confinement durci dans 9 communes    Ouargla : le commissaire divisionnaire Bouziane Bendaida installé au poste de chef de sûreté de wilaya    Concours du meilleur design de timbre-poste: les délais de participations prolongés    Artiste-peintre et professeur de dessin: Vibrant hommage à El Hachemi Mohamed    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les millions de dollars du lobbying marocain
Ils sont dépensés pour arracher le soutien américain dans le conflit sahraoui
Publié dans Liberté le 16 - 02 - 2010

Pour combler les insuffisances de la diplomatie marocaine, incapable de rallier ses alliés à ses thèses royales dans le conflit du Sahara occidental, Rabat dépense des millions de dollars annuellement aux Etats-Unis dans le cadre du lobbying dans le but de s'assurer du soutien américain.
Un dossier publié dans le numéro 425, du 16 au 22 janvier 2010, de l'hebdomadaire marocain, le Journal hebdomadaire, dirigé par le journaliste marocain, Aboubakr Jamaï, et le responsable du bureau de Washington du journal, l'Américain d'origine marocaine Abdelkader Rhanime, confirme que le Maroc dépense chaque année des millions de dollars US dans sa machine de lobbying pour s'assurer une certaine influence auprès des décideurs à Washington dans le dossier du Sahara occidental.
Selon les chiffres qu'a pu obtenir le Journal hebdomadaire, notamment auprès du Département de la Justice et de Propublica Influence Tracker, le Maroc a payé pour la seule année 2008, 2,8 millions de dollars à différentes boîtes de lobbying. La plus grande partie de ce montant, 1,5 million de dollars, a été versée au Moroccan American Center for Policy (MACP), dirigé par Robert Holley. 495 000 dollars sont revenus à Gabriel & Co, une organisation qui appartient à Edward Gabriel, l'ancien ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, devenu “Monsieur Maroc” à Washington. Il est en réalité la tête pensante du MACP, dont le patron Robert Holley était son conseiller politique à l'ambassade américaine à Rabat. Pour information, Edward Gabriel est un démocrate proche des Clinton. C'est d'ailleurs B. Clinton qui l'avait désigné comme ambassadeur des Etats-Unis au Maroc en 1998.
Les responsables marocains étaient satisfaits du boulot accompli par l'organisation d'Edward Gabriel, dont ont résulté des articles de presse favorables au Maroc dans le Washington Post ou le New York Times, qui avait publié un article sur le Maroc, défendant la nécessité de la lutte contre le terrorisme comme explication des dérapages répressifs du régime marocain. Il y a eu également cette lettre signée, le 3 avril 2009, par 229 députés démocrates et républicains du Congrès en faveur du plan d'autonomie. À en croire le Journal hebdomadaire, ce n'est pas l'appui algérien et ses pétrodollars qui vont révéler le faible rendement du lobbying marocain, comme l'affirment les responsables marocains, mais c'est l'apparition sur la scène américaine d'Aminatou Haïdar qui va changer la donne.
Lorsqu'on demande à Susan Sholte, présidente de la Western Sahara Foundation, principale organisation américaine de soutien aux indépendantistes sahraouis, si elle reçoit de l'argent de l'Algérie, elle nie vigoureusement. Rien ne permet de la contredire. D'ailleurs, c'est Mme Scholte qui a réussi à nominer Aminatou Haïdar aux prestigieux prix de la Robert F. Kennedy Foundation et de la John Thome Foundation, qui a été attribué, respectivement, en 2008 et en 2009.
Et lorsque Haïdar mènera sa grève de la faim à Lanzarote, ce n'est pas l'Etat algérien qui mène campagne, c'est bien la Robert F. Kennedy Foundation qui s'est chargée de sonner le tocsin en sa faveur à Washington. Il ne faut pas oublier que Barack Obama est proche de la famille Kennedy, et le ralliement de Ted Kennedy à sa campagne, considéré comme l'un des éléments décisifs de la victoire d'Obama, n'est pas fortuit. Cela profitera inévitablement à Aminatou Haïdar. Ceci étant, il n'y a pas que les démocrates qui soutiennent la cause sahraouie, quand Mme Susan Scholte ralliera John Bolton à la cause d'Aminatou Haïdar. Ce républicain pur et dur a été le représentant des Etats-Unis à l'ONU en 2005 et 2006, ainsi que l'adjoint de James Baker, lorsque ce dernier était l'envoyé spécial des Nations unies au Sahara occidental, un dossier qu'il connaît bien. Jeudi 17 décembre, il est venu participer à la manifestation devant l'ambassade du Maroc à Washington pour dénoncer le traitement de la militante sahraouie par les autorités marocaines. C'est d'ailleurs ce même jour que le Maroc a cédé à la pression internationale en autorisant le retour d'Aminatou Haïdar à El-Aïoun. Depuis, dans les couloirs du ministère des Affaires étrangères, on peste aujourd'hui contre ces lobbyistes américains qui se sont rempli les poches sans que le Maroc en profite.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.