Le conseil de Darren Bent à Benrahma pour réussir à West Ham    Touba se rattrape bien avec Waalwijk    Rudi Grcia évoque le recrutement de Slimani !    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le commerce informel a la peau dure à Bouira
En dépit des contrôles et des mesures draconiennes
Publié dans La Tribune le 23 - 09 - 2008


Photo : Zoheïr
De notre correspondant à Bouira
Nacer Haniche
Au fur et à mesure qu'on se rapproche de la fin du mois de Ramadhan, donc de la fête de l'Aïd, les vendeurs s'implantent de plus en plus sur la voie publique. Des denrées alimentaires exposées dans certains coins de la ville dans des conditions suspectes aux articles scolaires et effets vestimentaires qui ont envahi à l'occasion de la rentrée des classes de nombreux quartiers et les places publiques, en passant par les jouets, les pétards et autres produits qui suscitent l'intérêt et la curiosité des enfants, les trabendistes et les vendeurs à la sauvette ne manquent pas d'idées. Ils proposent tout ce qui est importé et rendent le commerce informel de plus en plus florissant au moment où les autorités ne cessent de faire le bilan des sorties effectuées par les différentes brigades. En effet, comme signalé par le passé, ces vendeurs viennent depuis quelques jours narguer les services de sécurité et les contrôleurs chargés de la lutte contre le commerce illicite, et, à constater l'état des lieux notamment après la rupture du jeûne, on conclurait que la guerre contre l'informel et la contrefaçon est loin d'être gagnée.
Des commerçants que nous avons interrogés sur le phénomène ont exprimé leur lassitude. «Nous payons le loyer, la sécurité sociale, les impôts et d'autres taxes. Nous sommes quotidiennement surveillés par les contrôleurs alors que ceux qui n'ont pas le droit d'exercer cette activité sont en train de se remplir les poches en toute quiétude», déplorent ces commerçants. Par ailleurs, on constate à Bouira que plus les mesures prises par les pouvoirs publics deviennent draconiennes, plus il y a de vendeurs et de commerçants qui s'empressent d'enfreindre la réglementation.
Au niveau de la commune de Bouira, en dépit des mesures mises en place par les services chargés de réglementer l'activité commerciale, les vendeurs à la sauvette et les spéculateurs continuent de dicter leur loi. Certains squattent les trottoirs toute la journée pour vendre du pain et d'autres denrées et la nuit pour écouler des friandises et du tabac. «Regardez le jeune là-bas qui vend du pain et des gâteaux sur le trottoir. Il le fait en toute quiétude, alors que normalement, ce genre de pratiques est interdit», lance un commerçant outré. D'autre part, du côté des services concernés, les infractions enregistrées sont liées à l'absence de registre du commerce, à l'utilisation d'abattoirs clandestins, à la commercialisation des produits impropres à la consommation et au non-respect des normes d'hygiène dans la conservation et l'exposition des produits alimentaires. Les mêmes sources indiquent que, durant la première semaine de Ramadhan, les services de la Direction de la concurrence et des prix (DCP) ont effectué près de 350 interventions ayant abouti à la fermeture de 6 fonds de commerce et au dépôt d'une vingtaine de dossiers auprès des instances judiciaires. Au cours de ces opérations, les responsables avancent la saisie de 100 kg de viandes rouge et blanche, au niveau des différents points de vente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.