Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Man Utd : Fernandes répond à Klopp    Le RCD fustige le gouvernement    Système ou pratiques ?    Un citoyen en appelle à Karim Younès    L'activiste Amar Berri arrêté, puis relâché    Le Care pointe l'absence de données économiques    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Développement du gisement de fer de Gara Djebilet    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Ni Bouzenad ni Laroussi à la rescousse    Les joueurs arrêtent la grève    Début de sprint pour l'OM    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    Des cabines électriques mobiles à la rescousse    14 marchés aux bestiaux hebdomadaires rouverts    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Lancement du concours du meilleur conte illustré sur Yennayer    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Conseils de l'ordre des médecins et chirurgiens-dentistes: Des syndicats dénoncent une «situation de blocage»    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Les faits têtus de la réalité    Deux mandats de dépôt pour détournement au Trésor public    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Meftah: Une usine de biscuits prend feu    Bouira: Deux morts et deux blessés dans une explosion de gaz    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La fermeture des magasins encourage le commerce informel
Cette mauvaise pratique se perpétue chaque année
Publié dans La Tribune le 16 - 09 - 2009


Photo : Riad
De notre correspondant à Bouira
Nacer Haniche
Au fur et à mesure qu'on se rapproche de la fin du mois de Ramadhan, donc de la fête de l'Aïd, les vendeurs s'implantent davantage sur la voie publique. Des denrées alimentaires sont exposées dans des conditions suspectes, ainsi que des articles scolaires et des effets vestimentaires, qui ont envahi de nombreux quartiers et places publiques. Les trabendistes et autres vendeurs à la sauvette, spécialisés dans la vente des jouets, des pétards et des produits suscitant l'intérêt et la curiosité des enfants, sont légion. Le commerce informel est de plus en plus florissant au moment où les autorités ne cessent de faire le bilan des sorties effectuées par les différentes brigades.
En effet, comme signalé par le passé, ces vendeurs sont venus depuis jeudi dernier narguer les services de sécurité et les contrôleurs chargés de la lutte contre le commerce illicite. A constater l'état des lieux, notamment après la rupture du jeûne, on conclurait que la guerre contre l'informel et la contrefaçon est loin d'être gagnée. Nous avons appris qu'à la première décade du mois de Ramadhan, les services du contrôle et de la répression des fraudes ont procédé à la fermeture de 21 fonds de commerce et à la saisie de 1,3 tonne de produits alimentaires de large consommation, en particulier les viandes rouge et blanche, ainsi que l'enregistrement de 224 dossiers de poursuites pour le même nombre d'infractions. Par ailleurs, des commerçants ont exprimé leur lassitude face à l'ampleur du phénomène et se félicitent de l'action des services de contrôle. «Nous payons le loyer, la sécurité sociale, les impôts et des taxes, alors que d'autres se remplissent les poches en toute quiétude sur les trottoirs», disent-ils. Par ailleurs, selon un citoyen de Bouira, les mesures prises par les pouvoirs publics doivent être plus rigoureuses à l'encontre des vendeurs à la sauvette et des trabendistes, afin qu'ils ne récidivent pas. Ce bilan concerne uniquement le travail effectué par une quinzaine de brigades de contrôle qui activent dans la wilaya. Le programme tracé et axé sur le seul contrôle des produits alimentaires a abouti à la fermeture de 18 commerces et à l'enregistrement de 97 dossiers de poursuites, outre la saisie au nombre de 6 opérations sur 356 interventions sur le terrain.Au niveau de Bouira, les mesures mises en place par les services chargés de réglementer l'activité commerciale, profitent quelque peu aux vendeurs à la sauvette. Dès la fermeture d'un commerce ou d'un magasin, des vendeurs viennent s'installer pour écouler leurs marchandises (pain et autres denrées et la nuit pour écouler des friandises et du tabac) sur les trottoirs qu'ils squattent à longueur de journée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.