PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    188e anniversaire de l'allégeance à l'Emir Abdelkader, l'unité nationale comme message éternel    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    Pétrole : l'Opep entame une série de réunions techniques sur la situation du marché    Images d'ailleurs, regards d'ici    Saïd Bouhadja n'est plus    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Le verdict attendu pour le 1er décembre    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    L'Algérie sera présente    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    Boukadoum entame une visite à Abuja    Nouvelles de Tlemcen    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    LA CORDE ET LE NŒUD COULANT    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Les angles de l'ingérence    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Programme de 300 logements sociaux de Aïn El Turck: Un chantier qui traîne depuis presque une décennie    Une médaille pour nos revers !    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les vendeurs à la sauvette attendent d'autres aubaines pour refaire surface
Bouira
Publié dans La Tribune le 15 - 10 - 2008


Photo : S. Zoheïr
De notre correspondant à Bouira
Nacer Haniche
La fin du mois du Ramadhan, de la fête de l'Aïd et des préparatifs de la rentrée scolaire 2008/2009 a permis quelque peu aux piétons de gagner de l'espace sur les trottoirs, déjà trop étroits, de la ville de Bouira. Ces espaces ont été occupés durant plusieurs semaines par des vendeurs à la sauvette contre lesquels les pouvoirs publics n'ont rien pu faire, compte tenu de leur présence en force près des marchés et à plusieurs endroits connus par une forte densité de passants. En effet, déjà au début de l'été, les services du commerce et de l'hygiène qui ont supervisé et organisé la caravane «Pour un été sans intoxication alimentaire» à travers la wilaya de Bouira, avaient, comme cela a été fait à travers le territoire national, mis en garde les consommateurs contre l'achat de denrées alimentaires auprès de certains revendeurs à la sauvette ou autres commerçants qui exposent leurs produits en dehors des conditions et normes d'hygiène fixées par la réglementation, tels, par exemple, les marchands de poissons qui continuent de vendre leurs produits au-delà de 10h et les revendeurs de lait et de ses dérivés dans des endroits incommodes, comme ils ont tenu à préciser que la lutte contre le commerce informel ne peut réussir sans la contribution des consommateurs.
A travers un bilan établi au premier semestre 2008, les services de contrôle de la qualité et de la lutte contre la contrefaçon, relevant de la direction du commerce de Bouira, ont indiqué avoir effectué près de
3 817 interventions dans le cadre de leurs missions de contrôle. Ces interventions se sont soldées par la fermeture de 44 locaux commerciaux pour vente de produits périmés, absence d'hygiène, produits non conformes à la réglementation.Une trentaine de quintaux de produits alimentaires ont été saisis, entre viande rouge et blanche, boissons, lait et dérivés. Les pertes sont estimées à 386 965 DA. Pour l'activité commerciale, les services concernés ont procédé à 1 965 interventions durant le premier semestre 2008. Selon les mêmes sources, la perte qui a été causée au Trésor public s'élève à plus de 30 millions de dinars. D'autre part, les mêmes sources ajoutent que, durant la première semaine de Ramadhan 2008, les services de la Direction de la concurrence et des prix (DCP) ont effectué près de 350 interventions ayant abouti à la fermeture de 6 fonds de commerce et au dépôt d'une vingtaine de dossiers auprès des instances judiciaires. Au cours de ces opérations, les responsables ont fait état de la saisie de 100 kg de viande rouge et blanche, au niveau des différents points de vente, situés dans le chef-lieu de la wilaya et d'autres agglomérations urbaines.
Ces deniers jours, il a été constaté effectivement un recul du phénomène, mais cela n'est pas dû principalement au dispositif mis au point par les services du commerce, car, dans une société où dominent le chômage et la baisse du pouvoir d'achat, d'autres vendeurs, sinon les mêmes, ne tarderont pas à occuper à nouveau le domaine public et autres lieux pour exposer leurs marchandises, acquises par la spéculation, dont des produits de luxe provenant de l'étranger ayant échappé au contrôle de la douane ou autres services du commerce, qu'ils ont achetés sur les grands marchés de la région, tels Sidi Aïssa, dans la wilaya de M'sila, Alger, El Eulma et autres villes commerçantes du pays. Pour des citoyens que nous avons rencontrés, le trabendo et le commerce parallèle tirent profit des événements festifs célébrés par la population, dont le Ramadhan, les fêtes religieuses et toute autre occasion où les trabendistes trouvent un moyen pour se faire des bénéfices conséquents au détriment des finances locales et en dépit des mesures de répression en vigueur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.