«L'ANP œuvre sans relâche à la sécurisation des frontières»    Les députés valorisent l'engagement du Gouvernement de présenter la Déclaration de politique générale    Foot/ CHAN 2022: Algérie-Libye en ouverture le 13 janvier au stade de Baraki    Coronavirus: 3 nouveaux cas et aucun décès ces dernières 24h en Algérie    ONPO: 335 agences de tourisme autorisées à organiser la omra de l'année 1444 de l'hégire    La conjoncture difficile n'a pas eu raison de la détermination de l'Etat à préserver son caractère social    Escalade sioniste en Palestine: le silence de la communauté internationale déploré    «Toutes les conditions sont réunies pour son succès»    Ghardaïa: Deux morts et 17 blessés dans un accident de la route près de Mansoura    L'Algérie avance sur la voie de la véritable pratique démocratique    Benabderrahmane :«Près de 4 milliards USD à fin août 2022»    Ministère de l'Industrie: institution d'un comité de pilotage stratégique des filières textiles et cuir    Man City : Le taux de réussite délirant de Haaland    Real : Ancelotti n'accuse pas Benzema    Man City - Guardiola : "Certains joueurs n'étaient pas bons"    Benabderrahmane entame son grand oral    Elections communales partielles à Bejaia: la gestion participative domine la campagne    Ligue 1: l'ESS et le CSC se neutralisent, la JSK signe sa première victoire    Branchements illicites, manipulations frauduleuses sur les compteurs d'électricité: 1.814 cas de fraude et 436 dossiers devant la justice depuis janvier    Tiaret: L'appel des travailleurs de l'ONDECC    Commerce avec l'Algérie: L'Espagne a perdu plus de 230 millions d'euros en 2 mois    Entre contrebande et mauvaises habitudes: De nouveau, la pénurie d'huile de table    La pomme de terre victime de la pluie    Front social: La CSA veut être associée au dossier de revalorisation des salaires    L'invitation des artistes étrangers pour des spectacles fixée par décret    De l'engeance des «pourboireux»    Benabderrahmane au charbon    Anouar Malek arrêté en Turquie    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Verdict le 5 octobre    Un week-end pour la propreté    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Tirage clément pour l'Algérie    Nne E.N. New-look?    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Grazie Meloni !    Trabendisme mental !    Une sérieuse alerte    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'incivisme porte un nom, cette fois
Publié dans La Tribune le 22 - 05 - 2012

Quand on évoque les problèmes environnementaux, on parle très souvent de l'incivisme, voire de l'inculture, des populations. A chaque fois qu'un responsable municipal est épinglé sur la lancinante question de l'insalubrité publique, il désigne instantanément le laisser-aller du citoyen qui ne respecterait pas les horaires de collecte des ordures. Lorsqu'ils abordent le sujet, les médias et la presse focalisent aussi cette sacrée indifférence ambiante pour souligner la responsabilité collective. Faute d'un travail de sensibilisation en profondeur, les ménages, il est vrai, jettent leurs ordures anarchiquement. Mais force est de constater aujourd'hui que ceux-là même, qui dénoncent sans cesse l'attitude négative des masses, ne sont pas mieux éduqués en la matière. Pour preuve : lors des récentes élections législatives, partis politiques et candidats indépendants ont, sans honte ni remord, amoché toutes les villes du pays par un affichage sauvage et abusif de leurs portraits à tous les petits coins de rue. Rien n'a échappé à leur passage monstrueux. Les arrêts de bus, les réverbères, les devantures des magasins, les clôtures des institutions étatiques et des établissements scolaires, les moyens de transports et de locomotions, jardins, placettes et marchés ont été copieusement tapissés d'affiches multicolores et superposées.
Des brigades nocturnes de colleurs ont été engagées pour couvrir quasiment tout. Les ponts, les arbres bordant les principales routes, les monuments historiques et les stèles commémoratives sont, à ce jour, complètement voilés par les «têtes» des prétendants à la chambre basse du Parlement. Même les panneaux de signalisation routière n'ont pas échappé à cette furie maladive. Beaucoup d'automobilistes se sont plaints de cette regrettable situation. Ces dames et ces messieurs sont pourtant censés représenter l'élite du pays. Ils doivent, à ce titre, donner l'exemple en matière de civisme et de discipline. Ce triste phénomène existe depuis toujours. Mais, cette fois, le fléau a atteint un seuil intolérable en raison du record atteint en matière de listes de candidatures enregistrées. A la clôture des bureaux de vote, dans la soirée du 10 mai dernier, plusieurs associations écologiques de Béjaïa avaient rendu public un communiqué commun dénonçant «cette sauvagerie» qui n'a épargné aucun site dans toutes les villes de la wilaya. Les signataires du document ont appelé les responsables de cette situation à remettre les lieux en leur état initial dans les plus brefs délais. Les pouvoirs publics ont été également interpellés pour sanctionner les auteurs bien connus de ces dépassements. Les députés élus et les candidats malheureux de cette élection doivent, en principe, être fortement pénalisés pour ce massacre. De fortes amendes doivent être prononcées à leur encontre en guise de contribution à «la dépollution» exigée. Etant à la veille de l'ouverture de la saison estivale, un grand toilettage attend les autorités locales pour accueillir convenablement les estivants. Il faut tout décoller pour repeindre ensuite les façades dégradées. Le contribuable ne devrait pas casquer tout seul pour réparer les dégâts sciemment occasionnés par des formations politiques et des individus identifiés. Pour donner le bon exemple, il faut appliquer la loi, parce qu'il y a une réglementation par rapport à cette situation. Dans le code électoral, il doit y avoir des sanctions pour dégradation de biens collectifs. Avis au gouvernement et aux
collectivités locales. Le civisme et le respect de la loi commencent par ici.
K. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.