Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Lutte contre les feux de forêt : Henni appelle les services des forêts à redoubler de vigilance    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Création de la coordination mondiale des jeunes pour la solidarité avec le Sahara occidental    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Man City - Mahrez : "À Liverpool, je sais qu'ils nous détestent, mais..."    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Karaté-do - Championnat national: La région du Centre se distingue à Tlemcen    Raison politique ou économique ?    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    MC El-Bayadh: Un authentique exploit    Saïd Bouteflika jette un pavé dans la mare    Mbappé : La Liga va déposer plainte    De Bruyne «player of the year»    Les Canaris ne lâchent pas la LDC    L'appel de Chanegriha    Une famille italienne et un Togolais enlevés par des hommes armés    35 terroristes neutralisés dans le Nord L'armée burkinabè a neutralisé    Le déficit mondial risque d'être brutal    Paroles d'experts    L'exemple de Constantine    11 décès en 48 heures    Bouira déploie les grands moyens    Combien au premier trimestre 2022?    Youcef Cherfa ausculte son secteur    Le RND affiche son total soutien    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Colloque national sur Anouar Benmalek    «Nassim Essabah» chauffe la salle Ibn Khaldoun    Promouvoir le rôle de la société civile et en faire un partenaire efficient    Le Président Tebboune reçoit le ministre congolais des Hydrocarbures    Henni prévoit une récolte record en matière de céréales    Chanegriha appelle les Algériens à adhérer "avec force" à l'initiative "Main tendue" annoncée par le président Tebboune    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Situation dans les camps de réfugiés sahraouis: Le Makhzen pris «en flagrant délit d'escroquerie diplomatique»    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    Le comédien Ahmed Benaissa n'est plus    Le nouveau baccalauréat et l'immense champ des arts    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un créneau dynamique en quête de promotion
Artisanat et métiers traditionnels à Béjaïa
Publié dans La Tribune le 26 - 09 - 2012


De notre correspondant à Béjaïa
Kamel Amghar

Le produit de l'artisanat local reprend de plus en plus sa place sur le marché national à la faveur d'une nouvelle tendance, palpable, chez le consommateur algérien. Remis au goût du jour, les poteries, les ustensiles en bois, les vêtements et les bijoux traditionnels, la tapisserie et la maroquinerie locales, comme la vannerie et les meubles d'autrefois, connaissent un regain d'intérêt notable. Ils sont presque à la mode. Le Salon national des arts traditionnels du bois (19-25 septembre), qui vient de s'achever à Béjaïa, comme pour confirmer cette réalité, a drainé un grand flux d'amateurs et de curieux. Organisée par la Chambre de l'artisanat et des métiers de Béjaïa, la manifestation a vu la participation de 48 artisans, dont 9 femmes, issus de 19 wilayas. Les concourants ont exposé, à l'occasion, de véritables chefs-d'œuvre (statuettes, œuvres décoratives, objets utilitaires) qui seraient, selon des spécialistes, éligibles aux grandes expositions internationales. Une trentaine de sculpteurs sur bois ont animé des «ateliers de démonstration» où le public, très intéressé, a vu transformer des bouts de chêne ou de cerisier en de belles créations. Ceci pour souligner l'amélioration notable de la qualité des produits et la finesse des créateurs. Cette remarque sera, d'ailleurs, fortement soulignée par des conférenciers avertis qui ont conseillé aux artisans de se constituer en coopératives et associations spécialisées, dans l'objectif de «sauvegarder et de développer leurs activités». Des recommandations ont été également formulées à l'endroit des pouvoirs publics pour aider la filière à s'organiser et à se faire connaitre dans les grands salons internationaux. De plus en plus qualifiés, les artisans algériens se sont ouvert une petite brèche vers l'exportation. A la Chambre de l'artisanat et des métiers (CAM) de Béjaïa, qui regroupe plus de 7 000 professionnels, on compte deux artisans (un potier et un céramiste) qui ont déjà monté plusieurs opérations d'exportation vers la France et la Hollande. Trois autres microentreprises ont également fait leur entrée sur des marchés extérieurs. Cela concerne les scourtins (petits sacs circulaires utilisés dans la trituration traditionnelle des olives), les peintures au sable et les meubles sculptés. Cette évolution répond aux efforts engagés ces derniers temps par les autorités de tutelle, qui ont insufflé une dynamique nouvelle à cette filière prometteuse. En plus des facilités accordées aux jeunes artisans, il y a aussi les divers salons et autres foires qui ont permis la vulgarisation et la promotion de ce créneau, intimement lié à la culture et au tourisme. Recourant à l'Internet, certains jeunes artisans innovent aussi en matière de communication et de mise en valeur de leur discipline. Pour maintenir cette dynamique, tous les acteurs du secteur (ministères, chambres des métiers, artisans et organisateurs d'événements) sont appelés à œuvrer de concert pour codifier et défendre la spécificité de l'artisanat algérien. Cela participe évidemment à la création d'un cachet à même de promouvoir le secteur en créant des liens étroits et des échanges réguliers entre les artisans eux-mêmes, et en développant le marché et les réseaux commerciaux des produits de la filière.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.