Le président de la République reçoit le vice-président de la République de Turquie    Le vice-président de la République de Turquie visite Djamaâ El-Djazaïr    Tiaret: lancement des travaux de 148 projets d'AEP à l'échelle nationale dans quelques jours    Athlétisme/Championnats d'Afrique: Oussama Khennoussi en or au disque    Hadj-2024: arrivée du premier groupe de hadjis à Oran    Diplomatie économique: importance de renforcer la présence du produit algérien à l'étranger    Alger: fermeture temporaire de la RN 1 et de la rocade Sud au niveau de "la Côte" à partir de lundi    Réorganisation des associations pour de meilleurs services    Coup d'envoi de la saison estivale à partir de la nouvelle plage des Dunes    Bilan 2022/2024 et perspectives de l'économie algérienne 2025/2030    Un concours autour de l'intelligence artificielle dans l'agronomie    Cuba va participer à la procédure de l'Afrique du Sud contre l'entité sioniste    Manifestations dans des villes et capitales internationales pour dénoncer le génocide    Washington soutiendra l'entité sioniste en cas de conflit avec le Hezbollah    Ghaza: intensification des attaques sionistes contre les civils, les infrastructures et les équipes municipales    Ghaza: deux martyrs et plusieurs blessés dans une frappe sioniste contre un centre medicale    Priver 39.000 lycéens de Ghaza de passer leurs examens est "horrible et triste"    ONM de Skikda: décès du Moudjahid Mohamed Belakdar    Menace des Aigles d'un boycott    WA Tlemcen : des changements prévus qui vise le retour en Ligue 2    Zahra Tatar en or au lancer du marteau    «Ces élections ont un impact direct et important sur les attentes des citoyens»    Plages, forêts et maquis sous la loupe de 30.000 hommes d'intervention    La Protection civile sensibilise contre les risques de noyade    Lancement de la réalisation de 350 centres de proximité de stockage à travers le pays    «Les défis à venir exigent la consolidation des acquis»    Les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    L'Europe gangrénée par les populismes de gauche et de droite    Guillaume Meurice dénonce une instrumentalisation de l'antisémitisme à des fins politiques    Khenchela: ouverture du 12ème Festival national du théâtre pour enfant    Meeting international en Pologne: victoire de l'Algérien Mohamed Ali Gouaned en 1:44.60    Tous les moyens mobilisés pour promouvoir la médecine nucléaire en Algérie    La canicule continuera d'affecter des wilayas du sud jusqu'à mardi    Athlétisme/Championnats d'Afrique: trois médailles pour l'Algérie    Guelma: une caravane de sensibilisation pour exhorter les jeunes à s'inscrire sur les listes électorales        19e "Andaloussiates El Djazaïr": les ensembles de Blida et Constantine enchantent le public algérois    Election présidentielle en Algérie. En avant toute vers la stagnation    Algérie : Manœuvres insidieuses autour de l'exploitation du gaz de schiste dans le Sahara    Déshabillons-les !    Commission mémorielle ou marché aux puces    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



11 décembre 1960 : le FLN voulait contrecarrer les manifestations des partisans de de Gaulle
Selon un des responsables du réseau El Malik
Publié dans La Tribune le 11 - 12 - 2012

Les manifestations du 11 décembre 1960 avaient pour objectif de «contrecarrer» celles des partisans du général de Gaulle et réorganiser la Zone autonome d'Alger (ZAA), déstructurée durant la bataille d'Alger en 1957, a affirmé l'un des responsables du réseau El Malik du Front de libération nationale (FLN), M. Larbi Alilat. Retraçant l'historique des évènements du 11 décembre 1960, M. Alilat a indiqué, dans un entretien accordé à l'APS, que «Bettouche Belkacem et Benslimane Youcef, deux responsables du réseau El Malik avaient contacté les militants d'Alger du FLN pour les amener à infiltrer les manifestations pro-gaulliste, et d'en changer les slogans». A l'origine, le Mouvement pour la communauté (MPC), proche des milieux gaullistes avaient commencé, à partir du début décembre, à organiser des manifestations de soutien au plan d'autodétermination du général de Gaulle, en scandant «vive l'Algérie-algérienne» et «vive de Gaulle», a-t-il rappelé. Un groupe de militants, notamment Bara Mohand, Bettouche Belkacem, Benslimane Youcef et Larbi Alilat avaient décidé, au cours d'une réunion tenue à la rue de la Liberté (Alger), de retourner les évènements en faveur de la cause nationale, en infiltrant les rangs des manifestants et en scandant de nouveaux slogans, tels que «vive le FLN», «vive Ferhat Abbas». «Les manifestations avaient commencé le 10 décembre et elles étaient planifiées initialement en faveur de Charles de Gaulle, pour approuver sa politique en Algérie», a-t-il expliqué, indiquant que «pendant 4 jours le MPC faisait sortir les gens, qui ne pouvaient pas refuser». «Avec la constitution du réseau El Malik, nous avons pu infiltrer les manifestations et les retourner en notre faveur», a soutenu M. Alilat à ce propos. «Quand ils sont arrivés (MPC) à Alger le 10 décembre, la manifestation était extraordinaire. Nous n'avons pas accepté cela, le Front de libération nationale (FLN) n'a pas interdit de manifester, il a juste déconseillé d'y participer», a-t-il cependant affirmé.
Le réseau El Malik a été constitué vers la fin juillet 1960, à sa tête Bara Mohand, Bettouche Belkacem et Larbi Alilat. Il avait pour mission de contrecarrer les manifestations des partisans du général de Gaulle et de reconstituer ainsi que réorganiser la Zone autonome d'Alger, sérieusement décimée durant la Bataille d'Alger en 1957. Le réseau El Malik dépendait étroitement de la wilaya IV historique, par le truchement de Belkacem Bettouche, qui était en relation avec la wilaya IV, bien avant la constitution du réseau. «Nous nous sommes rencontrés lors d'une réunion informelle, dans un lieu situé à Belcourt (actuellement Mohamed-Belouizdad) et nous avions décidé de faire quelque chose, pour empêcher cela», a-t-il précisé. «Nous étions une vingtaine de militants réunis dans la maison de Roudjali Ahmed pour créer ce réseau. Le but de la réunion n'était pas d'organiser des manifestations, mais c'était de placer à la tête du réseau un groupe qui va essayer de reconstituer la ZAA. Ensuite, nous avions envoyé un rapport aux wilayas III et IV historiques pour qu'il parvienne au Gouvernement provisoire de la République algérienne (Gpra)», a raconté M. Alilat, qui a précisé que les militants avaient demandé au Gpra de les autoriser à travailler avec ce titre. M. Alilat a affirmé que les évènements avaient démarré du quartier de Belcourt, avant qu'ils ne fassent tâche d'huile dans d'autres quartiers d'Alger, en dépit du blocus des éléments de l'armée coloniale, qui avaient essayé par tous les moyens d'empêcher «nos militants d'exprimer leur colère». Faisant le bilan de ces manifestations, qui ont duré 3 jours, M. Alilat a indiqué qu'«il y avait beaucoup de morts et de nombreux blessés», ajoutant que «l'armée coloniale n'avait pas fait dans la dentelle, en tirant aveuglément sur la foule». Les pieds-noirs, avaient tiré sur la foule, selon lui, «sans pour autant décourager les manifestants», a-t-il dit. Les principaux acquis de ces évènements, a ajouté M. Alilat, étaient que le MPC avait été rebaptisé pour devenir le mouvement pour la coopération, signifiant ainsi «que de Gaulle avait fait un grand pas vers nous». Au plan international, ces évènements étaient le prélude aux négociations entre le FLN et la France, qui allaient déboucher sur l'indépendance de l'Algérie en 1962. «Les évènements ont donné une force extraordinaire à Krim Belkcacem qui représentait l'Algérie à l'ONU. Krim avait dit alors «qu'il fallait que le cri de Belcourt retentisse à Manhattan (Etats-Unis)», a-t-il confié. Pour lui ces évènements étaient incontestablement le début de la fin des «ultras» de la colonisation. «Les ultras étaient estomaqués. S'il y a bien des gens qui avaient eu peur c'était bien les Français. Quand ils ont vu la manifestation du 11 décembre, ils avaient compris que ça n'allait pas bien pour eux», a-t-il expliqué. Larbi Alilat est né en 1922. Il a adhéré au Parti du peuple algérien (PPA), alors qu'il avait tout juste 17 ans. Il rejoint les rangs de l'Armée de libération nationale (ALN) dès le déclenchement de la Révolution, en novembre 1954, dans la région de la Soummam (Petite Kabylie). Arrêté en 1956, il sera placé sous mandat de dépôt, avant d'être libéré en 1960, pour constituer quelques temps après le réseau El Malik.
APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.