Les opérateurs économiques tenus de déclarer leurs dépôts avant fin août    Covid-19 : Saïdal entame la production davantage de quantités d'Hydroxychloroquine    Covid-19 : les piscines non concernées par la réouverture progressive    Le projet de loi en cours: Les rixes avec armes blanches sévèrement punies    Polémique autour d'une agence naissante    Des produits locaux de nouveau libres à l'export    Aéroport d'Es-Senia: Quarante smartphones saisis    Football - Nationale 2: Une composante très discutable    Ligue des champions d'Europe: Pour qui sonnera le glas ?    Tébessa: Le directeur des travaux publics écroué pour corruption    Skikda: Installation du nouveau procureur général    Plaidoyer pour une révision des textes de loi: 1.537 incendies de forêts en deux mois    Covid-19: 69 décès et plus de 4.000 contaminations parmi les effectifs de la Santé    DISTORSIONS    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    Tiaret: Réinhumation des restes de quatre chouhada    La doyenne de la wilaya n'est plus    Affaire de l'enregistrement sonore : liberté provisoire pour Halfaia    Zeghmati, ‘'sabre au clair'' !    "Allo Chorta", une application mobile pour signaler tous les crimes    Les souscripteurs invités à finaliser les démarches administratives et financière    L'ambassadeur US annonce la fin de sa mission et salue l'évolution des relations    Benbouzid n'exclue pas un reconfinement    Ligue 2 : Les deux groupes connus    Hydrocarbures en méditerranée orientale: la tension monte entre Athènes et Ankara    Mandat d'arrêt international contre le général Ghali Belkecir    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans : La planche... de salut d'une doyenne    Constantine : Bachir Benmohamed n'est plus    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    Hausse des contagions au coronavirus en Europe    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Le gouvernement Diab démissionne    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mellal : «Je suis le président du CA, donc le seul habilité à provoquer une AG»
Publié dans Le Buteur le 20 - 08 - 2019

Le président de la JSK, Chérif Mellal, était l'invité de JOW Radio. Le premier responsable du club kabyle, qui s'est déplacé à la capitale le jour du match face à l'US Biskra, a évoqué plusieurs sujets notamment celui qui concerne les manigances de certains perturbateurs lesquels souhaitent le renverser le 24 août prochain. L'homme d'affaires, comme à son habitude, a déclaré que personne ne pourra le destituer et qu'il est l'unique décideur dans cette équipe. «Je suis au courant de tout, ça ne me gêne pas, je sais ce que je fais. Je suis le seul président du conseil d'administration et je suis le seul habilité à provoquer une assemblée générale. Donc, tout ce qui se trame n'est que du pipo.»
«J'ai éradiqué les mauvaises habitudes, cela n'a pas plu à certains»
La raison pour laquelle certaines personnes veulent à tout prix destituer Mellal, c'est le fait qu'ils n'aient plus de place au sein de l'équipe, estime le président. «J'ai éradiqué les mauvaises habitudes. Avec moi, personne ne fait des affaires sur le dos de la JSK. Et cela n'a pas été du goût de certains car cette situation ne les arrange pas.»
«Lorsque je suis venu, j'ai trouvé des joueurs qui partageaient leurs salaires avec des inconnus»
Toujours dans le même contexte, Chérif Mellal a fait rappeler que lorsqu'il était venu, il avait trouvé une habitude pour le moins bizarre. «Lorsque j'ai été nommé à la tête de la JSK, j'ai trouvé des joueurs qui partageaient leurs salaires avec des inconnus. J'ai fait donc de mon mieux pour que ça ne se reproduise plus. Une décision, encore une fois, qui n'a pas plu à certains.»
«Certains veulent voir la JSK revenir 5 ans en arrière»
Pour une deuxième année à la tête de l'équipe, la majorité estime que le bilan de Mellal est positif. Finaliste de la Coupe d'Algérie en 2018 et deuxième au classement en 2019, personne ne s'attendait à de telles performances, notamment après tout ce que le club a enduré ces dernières années. Lorsque la question a été posée à Mellal, il s'est contenté de dire : «Je ne comprends pas moi aussi, apparemment ils veulent voir la JSK revenir cinq ans en arrière et jouer la relégation.»
«Cette année, on doit confirmer»
Après un parcours séduisant la saison passée, les Kabyles sont appelés à faire mieux cette saison puisque dans le football, on doit toujours avancer. D'ailleurs, même Mellal a déclaré que l'objectif est de décrocher un titre. «Nous avons réalisé un parcours honorable la saison passée mais cette année, on doit avancer. Notre objectif est de gagner un titre.»
«Nous sommes le club le plus structuré d'Algérie»
Allant encore plus loin, Mellal estime que la JSK est le club le plus structuré du championnat. «En toute modestie, nous sommes le club le plus structuré du championnat. Nous avons un staff étoffé en équipe seniors mais aussi en espoirs. Nous avons engagé un formateur français hautement diplômé pour suivre les jeunes talents. La JSK ne possédait pas tout cela par le passé.»
«On attend juste l'autorisation pour lancer le projet du centre de formation»
Comme tout le monde le sait, le projet du centre de formation est à l'arrêt. Et d'après le président kabyle, la JSK n'attend que l'autorisation du wali pour entamer les travaux. «Nous attendons toujours l'autorisation du wali pour entamer les travaux au niveau du centre de formation. En principe, cela devrait se faire d'ici au mois de septembre. Nous sommes aussi contents de renouveler notre contrat avec Cevital, notre partenaire officiel.»
«Je suis confiant, on reviendra avec la qualification du Soudan»
Dans quelques heures, la JSK s'envolera à destination du Soudan pour le match retour contre Al Merreikh. Le président Mellal s'est montré confiant. «Je suis confiant, nous avons toutes nos chances de nous qualifier. On ira au Soudan pour gagner.»
«J'assumerai toutes mes responsabilités en cas d'échec»
Avant de conclure, l'homme d'affaires kabyle s'est dit prêt à assumer toutes ses responsabilités, dans le cas où la JSK n'atteindrait pas ses objectifs. «J'assumerai toutes mes responsabilités en cas d'échec. Mais pour le moment, qu'on nous laisse travailler dans la sérénité.»
«Je suis l'actionnaire majoritaire !»
«Le jour où je suis venu à la JSK, j'ai injecté de l'argent dans la société SSPA/JSK mais je ne peux pas vous dévoiler le chiffre. Aujourd'hui, je suis l'actionnaire majoritaire dans la SSPA. Justement, il y a trois semaines, nous avons procédé à l'augmentation du capital du moment que les trois tiers ont déjà été consommés. D'ici quelque temps, nous allons provoquer une assemblée générale pour qu'on me nomme officiellement majoritaire. D'ici cinq ans, nous allons dépasser les 50 milliards dont nous avons déjà parlé. À mon arrivée, les comptes du club étaient gelés. Je me demande comment alors l'équipe a commencé à fonctionner.»
«La JSK a besoin d'un budget de 50 milliards»
Pour ce qui est des sponsors, Mellal dira : «Certains se trompent, ils croient que nous avons 12 sponsors et que les caisses sont pleines. C'est faux, je donne l'exemple d'ENIEM qui ne nous donne pratiquement rien. Il faut dire que d'autres équipes ont un budget de 100 milliards mais qui n'ont pas réussi à atteindre leurs objectifs. Soyons réaliste !»
«C'est à nous de former les joueurs !»
C'est clair, Mellal est contre l'idée de recruter un joueur avec un salaire faramineux. «Je me demande comment peut-on recruter un joueur à 300 millions alors qu'on ne peut pas terminer la saison à l'aise sur le plan financier ? Pour nous, c'est clair, nous prônons la formation, un joueur pareil, on peut l'avoir gratuitement.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.